Accéder au contenu principal

Courage et dévouement

pompiers


La nuit dernière, les pompiers de Béthune, appelés pour un enfant en détresse respiratoire, se sont retrouvés victimes, sitôt arrivés sur place, de violences et de jets de projectiles (cendriers, ciseaux, couteaux…) les contraignant à prendre la fuite en abandonnant du matériel. À 48 heures d'un préavis de grève des quelque 40 000 pompiers professionnels, ce grave incident illustre, mieux que de longs discours, les nouvelles difficultés auxquelles peuvent faire face les soldats du feu, dont ces scandaleuses attaques. Ces violences restent relativement rares – c'est heureux – mais elles sont en constante augmentation : +23 % en 2017, après une hausse de 17,6 % en 2016, ce qui représente tout de même 2 813 pompiers agressés…

Ces agressions illustrent non seulement les difficultés pour les pompiers à remplir leur mission de secours mais aussi combien ces missions ont évolué au fil des ans. De l'urgence à intervenir pour sauver des vies, on est passé à des interventions qui ne nécessitent parfois même pas de gestes de secours et relèvent bien souvent davantage de la médecine de ville voire des services sociaux. C'est que les pompiers sont devenus l'ultime recours pour une partie de la population, constituée de tous ceux qui sont en grande détresse sociale, mais aussi de ceux qui se sentent trop éloignés de services publics ou de services d'urgences eux-mêmes en difficulté.

La conséquence de cette évolution des missions est le risque de la désaffection, de la diminution des vocations, particulièrement en zone rurale. La question du recrutement avait déjà été posée en septembre dernier pour les pompiers volontaires qui représentent 80 % des effectifs.

Lors du 125e congrès des sapeurs-pompiers à Bourg-en-Bresse, le gouvernement via le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb, avait alors lancé un «plan d'action» pour relancer le volontariat en stagnation depuis plusieurs années, plan qui succédait à un «engagement national» pris par François Hollande en 2013… 37 mesures plutôt bien accueillies avaient été déclinées et seront mises en place d'ici 2021. Nécessaires, mais insuffisantes au vu de l'urgence.

Car les difficultés que rencontrent les pompiers doivent mobiliser toute la société. L'État, les collectivités territoriales, les entreprises et les citoyens. Il ne suffit plus de louer le professionnalisme, la bravoure, le sens du devoir et de l'intérêt général – bien réels – et parfois le sens du sacrifice des pompiers de France comme on l'a fait, par exemple, lors de l'incendie de Notre-Dame de Paris. Il faut maintenant un élan national, autant humain que financier, qui soit à la hauteur de la reconnaissance que les Français doivent aux pompiers.

En somme, pour reprendre la devise des sapeurs-pompiers, que «courage et dévouement» soient, de manière réciproque, aussi ceux des Français envers leurs pompiers.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 25 juin 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Symboles

La confirmation hier par la compagnie aérienne australienne Qantas qu'elle annulait la commande de huit Airbus A380 marque un nouveau revers pour le superjumbo du constructeur aéronautique européen. Un gros porteur dont la pérennité est désormais suspendue, sans beaucoup d'illusions, à une négociation avec la compagnie Emirates, qui avait passé une méga-commande de 36 A380. L'histoire semble désormais jouée et l'A380 va vraisemblablement – sauf surprise venue de Chine ou d'Inde – tirer bientôt sa révérence, devenant le symbole d'un terrible et douloureux échec commercial, mais aussi devenant une page importante de l'histoire aéronautique mondiale.

L'échec, c'est finalement celui d'un avion mal-né qui a accumulé les déconvenues au moment même où le paysage aérien mondial s'est retrouvé chamboulé. L'idée de départ était pourtant séduisante : le plus gros avion commercial du monde avec ses deux ponts, ses quatre réacteurs, capable d'em…

Responsabilité

Le retrait prochain des troupes américaines de Syrie, tel un jeu de dominos, a des répercussions profondes, dont le retour dans l'Hexagone de quelque 150 jihadistes français dont des familles jusqu'à présent détenus en Syrie et en Irak. Ainsi, la France vient d'être contrainte de changer de doctrine à leur égard. Jusqu'alors, en effet, le gouvernement français s'était toujours opposé à leur retour – sauf pour les mineurs –, estimant qu'ils devaient être jugés sur place et y purger leur peine, sous réserve de bénéficier d'un procès équitable. Désormais, le rapatriement de ces ressortissants français est inéluctable, fut-il facilité par des avions américains. Le retour de ces jihadistes constitue ainsi un véritable défi pour la France, mais aussi un casse-tête politique face à l'extrême sensibilité de l'opinion publique sur le sujet.

Car les Français restent durablement marqués par les attentats terroristes perpétrés par Daech sur notre sol, de l'…

L'alerte

L'enquête sur le complotisme que viennent de publier la Fondation Jean-Jaurès et l'organisme Conspiracy watch est capitale dans le sens où elle permet de mettre des chiffres sur un phénomène ancien dont l'ampleur constitue désormais une réelle menace pour la démocratie, en France comme ailleurs dans le monde.

Jusqu'à présent, les thèses complotistes restaient circonscrites à quelques cercles d'hurluberlus, particulièrement aux Etats-Unis où, au nom du premier amendement de la Constitution qui garantit une absolue liberté d'expression, tout un tas de théories ont pu se développer sans ambages. La Terre est plate, le monde est gouverné par la secte des Illuminati, les Américains ne sont jamais allés sur la Lune, etc.

Une digue contre ces élucubrations avait été bâtie au fil des ans par la classe politique dans sa majorité et par les médias. Cette digue a commencé à se fissurer en 2016 au moment de la campagne électorale présidentielle américaine qui a vu la vict…