Accéder au contenu principal

Le revers de la médaille

Château de Ripaille à Thonon-les-Bains
Château de Ripaille à Thonon-les-Bains

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de générosité pour rebâtir ce que les flammes ont dévoré a permis de constater que l'amour du patrimoine français recélait aussi quelque chose d'universel puisque les dons ont afflué de l'étranger pour ce qui était alors apparu comme Notre-Dame du Monde.

Le Loto du patrimoine s'inscrit dans cette passion française mais a, toutefois, eu un mérite particulier : donner un coup de projecteur sur le « petit » patrimoine. Vernaculaire, très local, souvent rural, ce patrimoine-là mobilise au quotidien à son chevet de petites associations qui font un long travail de restauration ou de préservation. Souvent sans beaucoup de moyens, parfois avec quelques subventions, ces associations se donnent sans compter, ici autour d'un moulin, là d'une petite chapelle, ailleurs autour d'un site archéologique. Les bénévoles se mobilisent avec le seul intérêt de faire connaître leur patrimoine de cœur et, surtout, transmettre la mémoire du lieu comme de ceux qui y ont vécu. Ils assurent ainsi une continuité historique au nom de l'intérêt général. La sélection de ces sites par la Mission patrimoine confiée à Stéphane Bern et les subsides que ces derniers recevront via le Loto du patrimoine est assurément une bonne chose.

Ce dispositif, éminemment sympathique et populaire, est, on le voit, nécessaire pour beaucoup des lieux sélectionnés, mais il ne saurait être suffisant. Il ne faudrait pas, en effet, que la lumière faite sur ces petits chefs-d'œuvre en péril ne fasse oublier qu'une politique patrimoniale digne de la France demande beaucoup plus de moyens, beaucoup plus de rigueur aussi, notamment dans le choix des sites à préserver sur lesquels historiens et spécialistes doivent avoir leur mot à dire. Tout miser sur le Loto du patrimoine, comme tout attendre des dons pour Notre-Dame de Paris – dont seulement 9 % ont été collectés pour l'heure – peut s'avérer contre-productif car leur généralisation conduirait à une philanthropie à l'américaine dont le bon vouloir se substituerait à l'impartialité de l'Etat dans ses choix comme dans ses priorités.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 15 juin 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Symboles

La confirmation hier par la compagnie aérienne australienne Qantas qu'elle annulait la commande de huit Airbus A380 marque un nouveau revers pour le superjumbo du constructeur aéronautique européen. Un gros porteur dont la pérennité est désormais suspendue, sans beaucoup d'illusions, à une négociation avec la compagnie Emirates, qui avait passé une méga-commande de 36 A380. L'histoire semble désormais jouée et l'A380 va vraisemblablement – sauf surprise venue de Chine ou d'Inde – tirer bientôt sa révérence, devenant le symbole d'un terrible et douloureux échec commercial, mais aussi devenant une page importante de l'histoire aéronautique mondiale.

L'échec, c'est finalement celui d'un avion mal-né qui a accumulé les déconvenues au moment même où le paysage aérien mondial s'est retrouvé chamboulé. L'idée de départ était pourtant séduisante : le plus gros avion commercial du monde avec ses deux ponts, ses quatre réacteurs, capable d'em…

Responsabilité

Le retrait prochain des troupes américaines de Syrie, tel un jeu de dominos, a des répercussions profondes, dont le retour dans l'Hexagone de quelque 150 jihadistes français dont des familles jusqu'à présent détenus en Syrie et en Irak. Ainsi, la France vient d'être contrainte de changer de doctrine à leur égard. Jusqu'alors, en effet, le gouvernement français s'était toujours opposé à leur retour – sauf pour les mineurs –, estimant qu'ils devaient être jugés sur place et y purger leur peine, sous réserve de bénéficier d'un procès équitable. Désormais, le rapatriement de ces ressortissants français est inéluctable, fut-il facilité par des avions américains. Le retour de ces jihadistes constitue ainsi un véritable défi pour la France, mais aussi un casse-tête politique face à l'extrême sensibilité de l'opinion publique sur le sujet.

Car les Français restent durablement marqués par les attentats terroristes perpétrés par Daech sur notre sol, de l'…