Accéder au contenu principal

Notre-Dame du monde

frontpages


La cathédrale Notre-Dame de Paris, on le sait, est indissociable de l'Histoire de France. De Charles VII à Henri IV, de la Révolution française à la Libération, du couronnement de Napoléon Bonaparte à la conversion de Paul Claudel, des mariages royaux aux obsèques présidentielles, elle a marqué chaque étape de l'Histoire du pays. Mais la cathédrale est devenue au fil des siècles plus qu'un lieu de culte majeur pour les catholiques : un symbole universel, la célébration du génie créatif des hommes. Dans son « Notre-Dame de Paris » paru en 1831, Victor Hugo, qui fit de la cathédrale mal en point un monument populaire à sauver, ne s'y était pas trompé. « L'architecture est le grand livre de l'Humanité, l'expression principale de l'Homme à divers états de développement, soit comme force soit comme intelligence. » C'est sans nul doute ce qu'elle est – un joyau architectural unique – et ce qu'elle représente – neuf siècles d'histoire européenne – qui expliquent que l'émotion de chaque Français devant l'incendie ravageant Notre-Dame lundi soir a dépassé le cadre de nos frontières pour toucher le monde entier.

Des Etats-Unis à la Russie, du Vatican au Royaume-Uni, de l'Argentine à l'Allemagne, de Londres à San Francisco : les messages de soutien font chaud au cœur. Ils sont le moteur d'une mobilisation sans précédent pour collecter rapidement des fonds afin de rebâtir la cathédrale. On ne retrouvera bien sûr pas la «forêt» d'origine, cette charpente centenaire unique, dont les poutres provenaient d'arbres plantés sous Charlemagne, mais Notre-Dame retrouvera un jour – c'est certain – sa beauté aujourd'hui abîmée sous la cendre.

Il faut se réjouir de voir que cet objectif suscite la concorde de la classe politique – même si les messages empressés de certains ne sont pas exempts de visées électoralistes – et l'implication généreuse de grandes entreprises – fussent-elles parfois maîtresses dans l'art de l'optimisation fiscale pour éviter l'impôt. L'élan international en faveur de la reconstruction de Notre-Dame est assurément une chaîne humaine qui fait du bien.

Les questions sur le drame viendront ensuite : comment un tel incendie a pu avoir lieu ? Quelles négligences ont-elles pu être commises ? Mais aussi, plus tard, des questions sur le niveau de financement de notre politique patrimoniale : dispose-t-elle de suffisamment de moyens ? Le loto du patrimoine, si sympathique soit-il, ne cache-t-il pas la misère comme le craignent certains ?

Pour l'instant, l'heure est à la mobilisation pour chasser ces terribles images de Notre-Dame en flammes et redonner à ce grand vaisseau de pierres défiguré le visage familier auquel nous sommes tous attachés, croyants et incroyants, Français et citoyens étrangers. Hier la cathédrale était Notre-Dame du monde...

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 17 avril 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E