Accéder au contenu principal

Notre-Dame du monde

frontpages


La cathédrale Notre-Dame de Paris, on le sait, est indissociable de l'Histoire de France. De Charles VII à Henri IV, de la Révolution française à la Libération, du couronnement de Napoléon Bonaparte à la conversion de Paul Claudel, des mariages royaux aux obsèques présidentielles, elle a marqué chaque étape de l'Histoire du pays. Mais la cathédrale est devenue au fil des siècles plus qu'un lieu de culte majeur pour les catholiques : un symbole universel, la célébration du génie créatif des hommes. Dans son « Notre-Dame de Paris » paru en 1831, Victor Hugo, qui fit de la cathédrale mal en point un monument populaire à sauver, ne s'y était pas trompé. « L'architecture est le grand livre de l'Humanité, l'expression principale de l'Homme à divers états de développement, soit comme force soit comme intelligence. » C'est sans nul doute ce qu'elle est – un joyau architectural unique – et ce qu'elle représente – neuf siècles d'histoire européenne – qui expliquent que l'émotion de chaque Français devant l'incendie ravageant Notre-Dame lundi soir a dépassé le cadre de nos frontières pour toucher le monde entier.

Des Etats-Unis à la Russie, du Vatican au Royaume-Uni, de l'Argentine à l'Allemagne, de Londres à San Francisco : les messages de soutien font chaud au cœur. Ils sont le moteur d'une mobilisation sans précédent pour collecter rapidement des fonds afin de rebâtir la cathédrale. On ne retrouvera bien sûr pas la «forêt» d'origine, cette charpente centenaire unique, dont les poutres provenaient d'arbres plantés sous Charlemagne, mais Notre-Dame retrouvera un jour – c'est certain – sa beauté aujourd'hui abîmée sous la cendre.

Il faut se réjouir de voir que cet objectif suscite la concorde de la classe politique – même si les messages empressés de certains ne sont pas exempts de visées électoralistes – et l'implication généreuse de grandes entreprises – fussent-elles parfois maîtresses dans l'art de l'optimisation fiscale pour éviter l'impôt. L'élan international en faveur de la reconstruction de Notre-Dame est assurément une chaîne humaine qui fait du bien.

Les questions sur le drame viendront ensuite : comment un tel incendie a pu avoir lieu ? Quelles négligences ont-elles pu être commises ? Mais aussi, plus tard, des questions sur le niveau de financement de notre politique patrimoniale : dispose-t-elle de suffisamment de moyens ? Le loto du patrimoine, si sympathique soit-il, ne cache-t-il pas la misère comme le craignent certains ?

Pour l'instant, l'heure est à la mobilisation pour chasser ces terribles images de Notre-Dame en flammes et redonner à ce grand vaisseau de pierres défiguré le visage familier auquel nous sommes tous attachés, croyants et incroyants, Français et citoyens étrangers. Hier la cathédrale était Notre-Dame du monde...

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 17 avril 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Symboles

La confirmation hier par la compagnie aérienne australienne Qantas qu'elle annulait la commande de huit Airbus A380 marque un nouveau revers pour le superjumbo du constructeur aéronautique européen. Un gros porteur dont la pérennité est désormais suspendue, sans beaucoup d'illusions, à une négociation avec la compagnie Emirates, qui avait passé une méga-commande de 36 A380. L'histoire semble désormais jouée et l'A380 va vraisemblablement – sauf surprise venue de Chine ou d'Inde – tirer bientôt sa révérence, devenant le symbole d'un terrible et douloureux échec commercial, mais aussi devenant une page importante de l'histoire aéronautique mondiale.

L'échec, c'est finalement celui d'un avion mal-né qui a accumulé les déconvenues au moment même où le paysage aérien mondial s'est retrouvé chamboulé. L'idée de départ était pourtant séduisante : le plus gros avion commercial du monde avec ses deux ponts, ses quatre réacteurs, capable d'em…

Responsabilité

Le retrait prochain des troupes américaines de Syrie, tel un jeu de dominos, a des répercussions profondes, dont le retour dans l'Hexagone de quelque 150 jihadistes français dont des familles jusqu'à présent détenus en Syrie et en Irak. Ainsi, la France vient d'être contrainte de changer de doctrine à leur égard. Jusqu'alors, en effet, le gouvernement français s'était toujours opposé à leur retour – sauf pour les mineurs –, estimant qu'ils devaient être jugés sur place et y purger leur peine, sous réserve de bénéficier d'un procès équitable. Désormais, le rapatriement de ces ressortissants français est inéluctable, fut-il facilité par des avions américains. Le retour de ces jihadistes constitue ainsi un véritable défi pour la France, mais aussi un casse-tête politique face à l'extrême sensibilité de l'opinion publique sur le sujet.

Car les Français restent durablement marqués par les attentats terroristes perpétrés par Daech sur notre sol, de l'…

L'alerte

L'enquête sur le complotisme que viennent de publier la Fondation Jean-Jaurès et l'organisme Conspiracy watch est capitale dans le sens où elle permet de mettre des chiffres sur un phénomène ancien dont l'ampleur constitue désormais une réelle menace pour la démocratie, en France comme ailleurs dans le monde.

Jusqu'à présent, les thèses complotistes restaient circonscrites à quelques cercles d'hurluberlus, particulièrement aux Etats-Unis où, au nom du premier amendement de la Constitution qui garantit une absolue liberté d'expression, tout un tas de théories ont pu se développer sans ambages. La Terre est plate, le monde est gouverné par la secte des Illuminati, les Américains ne sont jamais allés sur la Lune, etc.

Une digue contre ces élucubrations avait été bâtie au fil des ans par la classe politique dans sa majorité et par les médias. Cette digue a commencé à se fissurer en 2016 au moment de la campagne électorale présidentielle américaine qui a vu la vict…