Accéder au contenu principal

Le compte est «don»

notredame
L'incendie sous les yeux de la foule ponts Sully et de la Tournelle. Photo Wikipedia GodefroyParis 


En quarante-huit heures, près d'un milliard d'euros de dons a été enregistré pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris, ravagée lundi par un incendie historique. C'est dire combien cette tragédie a touché au cœur des millions de Français attachés à l'une des pièces maîtresses du patrimoine national. C'est dire aussi combien cette cathédrale, inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco, porte en elle un message universel, autant religieux que républicain, qui dépasse largement nos frontières. L'émotion a étreint bien au-delà de la communauté catholique, bien au-delà de l'Hexagone, tous ceux qui sont attachés aux merveilles culturelles et architecturales qui font l'histoire de l'Humanité.

L'importance inédite de ces promesses de dons, la rapidité de leur expression, participe évidemment de l'unité nationale encensée mardi soir par Emmanuel Macron lors de son adresse solennelle aux Français. Elle montre aussi combien la question du patrimoine est capitale en France. Et par conséquent elle oblige à s'interroger sur notre politique de préservation de nos joyaux, grands et petits, et sur les moyens que la puissance publique y affecte.

À cet égard, le débat qui a surgi – à droite avec le député LR Gilles Carrez comme à gauche avec l'économiste Julia Cagé et même au sein de la majorité – au sujet de la défiscalisation des dons est tout sauf polémique. Il est au contraire essentiel et mérite d'être posé. Que des familles d'entrepreneurs milliardaires aient été émues par l'incendie de Notre-Dame au point de débloquer dans les heures qui suivent des dizaines de million d'euros de dons est tout à fait compréhensible. Mais compte tenu de la défiscalisation des dons, c'est l'Etat – et donc chaque Français – qui prend ainsi en charge sur le budget national une large part de la générosité médiatique de ces puissants mécènes, qui sont ainsi en position de choisir, à la place de l'Etat et en toute subjectivité, quelles causes financer. D'autant plus gênant quand plusieurs de ces grands donateurs n'hésitent pas à pratiquer l'optimisation fiscale à haute dose pour amoindrir le montant de leurs impôts… Impôts qui pourraient parfaitement alimenter le budget du ministère de la Culture et donc la restauration du patrimoine dont le budget 2019 s'élève à seulement 332 millions d'euros.

Le comble a été atteint par ceux qui souhaitaient le classement en «trésor national» de Notre-Dame, une mesure qui aurait conduit à défiscaliser 90 % des dons… Face à la polémique, seul François-Henri Pinault, pour l'instant, a réagi en renonçant à tout abattement fiscal pour son don de 100 M€, manière de montrer que le mécénat, s'il est parfois critiqué voire culturellement incompris en France, peut aussi être un engagement sincère et désintéressé.

Le drame de Notre-Dame est un moment d'union nationale – ils sont toujours trop rares – mais il peut être aussi l'occasion d'une remise à plat sereine de la politique patrimoniale. Entre le loto du patrimoine, sympathique mais insuffisant, et une philanthropie à l'américaine qui se substituerait à l'Etat, il existe sans nul doute une autre voie, associant la générosité des Français, pour préserver ce qui fait la force et l'identité françaises.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 18 avril 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan