Accéder au contenu principal

Le compte est «don»

notredame
L'incendie sous les yeux de la foule ponts Sully et de la Tournelle. Photo Wikipedia GodefroyParis 


En quarante-huit heures, près d'un milliard d'euros de dons a été enregistré pour la reconstruction de Notre-Dame de Paris, ravagée lundi par un incendie historique. C'est dire combien cette tragédie a touché au cœur des millions de Français attachés à l'une des pièces maîtresses du patrimoine national. C'est dire aussi combien cette cathédrale, inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco, porte en elle un message universel, autant religieux que républicain, qui dépasse largement nos frontières. L'émotion a étreint bien au-delà de la communauté catholique, bien au-delà de l'Hexagone, tous ceux qui sont attachés aux merveilles culturelles et architecturales qui font l'histoire de l'Humanité.

L'importance inédite de ces promesses de dons, la rapidité de leur expression, participe évidemment de l'unité nationale encensée mardi soir par Emmanuel Macron lors de son adresse solennelle aux Français. Elle montre aussi combien la question du patrimoine est capitale en France. Et par conséquent elle oblige à s'interroger sur notre politique de préservation de nos joyaux, grands et petits, et sur les moyens que la puissance publique y affecte.

À cet égard, le débat qui a surgi – à droite avec le député LR Gilles Carrez comme à gauche avec l'économiste Julia Cagé et même au sein de la majorité – au sujet de la défiscalisation des dons est tout sauf polémique. Il est au contraire essentiel et mérite d'être posé. Que des familles d'entrepreneurs milliardaires aient été émues par l'incendie de Notre-Dame au point de débloquer dans les heures qui suivent des dizaines de million d'euros de dons est tout à fait compréhensible. Mais compte tenu de la défiscalisation des dons, c'est l'Etat – et donc chaque Français – qui prend ainsi en charge sur le budget national une large part de la générosité médiatique de ces puissants mécènes, qui sont ainsi en position de choisir, à la place de l'Etat et en toute subjectivité, quelles causes financer. D'autant plus gênant quand plusieurs de ces grands donateurs n'hésitent pas à pratiquer l'optimisation fiscale à haute dose pour amoindrir le montant de leurs impôts… Impôts qui pourraient parfaitement alimenter le budget du ministère de la Culture et donc la restauration du patrimoine dont le budget 2019 s'élève à seulement 332 millions d'euros.

Le comble a été atteint par ceux qui souhaitaient le classement en «trésor national» de Notre-Dame, une mesure qui aurait conduit à défiscaliser 90 % des dons… Face à la polémique, seul François-Henri Pinault, pour l'instant, a réagi en renonçant à tout abattement fiscal pour son don de 100 M€, manière de montrer que le mécénat, s'il est parfois critiqué voire culturellement incompris en France, peut aussi être un engagement sincère et désintéressé.

Le drame de Notre-Dame est un moment d'union nationale – ils sont toujours trop rares – mais il peut être aussi l'occasion d'une remise à plat sereine de la politique patrimoniale. Entre le loto du patrimoine, sympathique mais insuffisant, et une philanthropie à l'américaine qui se substituerait à l'Etat, il existe sans nul doute une autre voie, associant la générosité des Français, pour préserver ce qui fait la force et l'identité françaises.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 18 avril 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …