Accéder au contenu principal

La révolution des séries



Qu'il semble loin le temps où l'on suivait de semaines en semaines les aventures de Thierry la fronde, les enquêtes du commissaire Maigret ou du lieutenant Columbo, ou encore les péripéties de Magnum ou des ados de Beverly Hills 90 210. On patientait alors 7 jours pour connaître la suite ; une éternité aujourd'hui. La révolution des séries est passée par là et a bouleversé tous les codes de la télévision et plus largement de la culture et de l'économie. Et chacun y trouve son compte.Pour la création, d'abord, les séries sont devenues aujourd'hui clairement une locomotive. Les meilleurs réalisateurs, les meilleurs auteurs, les meilleurs acteurs signent sans hésiter pour embarquer dans des séries au long cours, riches de plusieurs saisons et de budgets pharaoniques. Ce format XXL par rapport à un long-métrage de cinéma permet aux scénaristes d'explorer la complexité des situations et des hommes, et d'aborder des thématiques tour à tour sensibles ou très actuelles.

Le public, ensuite, en redemande, cédant d'autant plus au binge watching (le visionnage intensif) que les plateformes de vidéos à la demande livrent souvent d'un coup tous les épisodes d'une saison et, via de puissants algorithmes d'analyse de votre consommation, vous recommande toujours les bonnes séries qui vont vous intéresser à coup sûr. À regarder en famille dans le salon, sur sa tablette au fond de son lit ou sur son smartphone dans les transports en commun.

Enfin, pour les géants du web et du divertissement, les séries sont un terrain d'affrontement capital. Netflix le pionnier, Amazon Prime, les réseaux américains comme HBO, et bientôt Apple et Disney : chacun veut sa part du gâteau et pour ce faire lance de nouvelles productions.

La France a également pris le train des séries. Les plateformes existent comme OCS ou sont en cours de développement comme Salto (qui rassemblera les groupes France Télévisions, TF1 et M6). Et les contenus sont là : les séries françaises ont gagné en qualité, en profondeur, leur french touch s'exporte bien et elles sont pourvoyeuses d'emplois et de développement économico-touristique en région.

Cet engouement pour les séries n'est pas près de s'arrêter puisque l'étude Global SVoD de Médiamétrie parue ce jeudi révèle que 5,5 millions de Français utilisent chaque jour un service de vidéo à la demande soit 9 % de la population ; montrant une hausse de 2,1 millions d'adeptes au quotidien en un an.

Pas étonnant dès lors que la diffusion lundi de la 8e et dernière saison de Game of Throne soit un tel événement attendu par plus d'un milliard de téléspectateurs dans 170 pays. Cette série complexe bâtie sur l'œuvre de George R. R. Martin, est déjà culte auprès du public comme des universitaires (historiens, sociologues, politologues, philosophes) qui explorent son riche univers en résonance avec notre société. Dis-moi quelle série tu regardes, je te dirai qui tu es…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 13 avril 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan