Accéder au contenu principal

La révolution des séries



Qu'il semble loin le temps où l'on suivait de semaines en semaines les aventures de Thierry la fronde, les enquêtes du commissaire Maigret ou du lieutenant Columbo, ou encore les péripéties de Magnum ou des ados de Beverly Hills 90 210. On patientait alors 7 jours pour connaître la suite ; une éternité aujourd'hui. La révolution des séries est passée par là et a bouleversé tous les codes de la télévision et plus largement de la culture et de l'économie. Et chacun y trouve son compte.Pour la création, d'abord, les séries sont devenues aujourd'hui clairement une locomotive. Les meilleurs réalisateurs, les meilleurs auteurs, les meilleurs acteurs signent sans hésiter pour embarquer dans des séries au long cours, riches de plusieurs saisons et de budgets pharaoniques. Ce format XXL par rapport à un long-métrage de cinéma permet aux scénaristes d'explorer la complexité des situations et des hommes, et d'aborder des thématiques tour à tour sensibles ou très actuelles.

Le public, ensuite, en redemande, cédant d'autant plus au binge watching (le visionnage intensif) que les plateformes de vidéos à la demande livrent souvent d'un coup tous les épisodes d'une saison et, via de puissants algorithmes d'analyse de votre consommation, vous recommande toujours les bonnes séries qui vont vous intéresser à coup sûr. À regarder en famille dans le salon, sur sa tablette au fond de son lit ou sur son smartphone dans les transports en commun.

Enfin, pour les géants du web et du divertissement, les séries sont un terrain d'affrontement capital. Netflix le pionnier, Amazon Prime, les réseaux américains comme HBO, et bientôt Apple et Disney : chacun veut sa part du gâteau et pour ce faire lance de nouvelles productions.

La France a également pris le train des séries. Les plateformes existent comme OCS ou sont en cours de développement comme Salto (qui rassemblera les groupes France Télévisions, TF1 et M6). Et les contenus sont là : les séries françaises ont gagné en qualité, en profondeur, leur french touch s'exporte bien et elles sont pourvoyeuses d'emplois et de développement économico-touristique en région.

Cet engouement pour les séries n'est pas près de s'arrêter puisque l'étude Global SVoD de Médiamétrie parue ce jeudi révèle que 5,5 millions de Français utilisent chaque jour un service de vidéo à la demande soit 9 % de la population ; montrant une hausse de 2,1 millions d'adeptes au quotidien en un an.

Pas étonnant dès lors que la diffusion lundi de la 8e et dernière saison de Game of Throne soit un tel événement attendu par plus d'un milliard de téléspectateurs dans 170 pays. Cette série complexe bâtie sur l'œuvre de George R. R. Martin, est déjà culte auprès du public comme des universitaires (historiens, sociologues, politologues, philosophes) qui explorent son riche univers en résonance avec notre société. Dis-moi quelle série tu regardes, je te dirai qui tu es…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 13 avril 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio