Accéder au contenu principal

Symbole

notredame
Photo Wikipedia Cécile Pallarès Brzezinski 

L'incendie qui a ravagé hier la toiture de la cathédrale Notre-Dame de Paris, les flammes qui ont fait s'effondrer sur elle-même la flèche de l'édifice le plus visité de la capitale sont un drame qui résonne en chacun d'entre nous. Qu'on soit Parisien ou provincial, qu'on soit chrétien, musulman, juif ou athée, l'émotion qui nous a étreint hier soir devant nos postes de télévision est celle que l'on ressent lorsqu'un symbole de la France est atteint. Car la cathédrale Notre-Dame est depuis longtemps bien plus qu'un simple lieu de culte. Avant même l'ère chrétienne où un temple gallo-romain dédié à Jupiter existait à son emplacement jusqu'à nos jours où des travaux colossaux étaient entrepris pour préserver ses trésors architecturaux, la cathédrale s'est inscrite dans l'Histoire de France, religieusement, politiquement, architecturalement et artistiquement aussi. Notre-Dame reflète depuis des siècles toutes les étapes de notre Histoire nationale, de l'émergence du nouvel art gothique à celle du baroque, de la Révolution au couronnement de Napoléon Bonaparte, les joies et les drames intimes et collectifs du peuple de Paris comme du pays entier sont lisibles au travers de Notre-Dame de Paris.

« Chaque flot du temps superpose son alluvion, chaque race dépose sa couche sur le monument, chaque individu apporte sa pierre. Ainsi font les castors, ainsi font abeilles, ainsi font les hommes. Le grand symbole de l'architecture Babel, est une ruche. » Dans Notre-Dame de Paris, paru en 1831, alors même que des émeutiers anti-légitimistes pillèrent l'édifice, Victor Hugo saisissait l'essence de ce que représentait, déjà, Notre-Dame de Paris et contribua ainsi à sauver un chef-d'œuvre alors en Péril. 188 ans après Hugo, Notre-Dame se retrouve aujourd'hui en péril. Nul doute que l'émotion va laisser place à la mobilisation pour entamer sa restauration.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 16 avril 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Moine-soldat

Dans le marathon de l’examen de la réforme des retraites à l’Assemblée nationale, le calendrier a marqué une pause ce jeudi à l’occasion de la niche parlementaire du Parti socialiste. Une pause mise à profit par le gouvernement pour aller sur le terrain défendre une réforme toujours massivement rejetée par 7 Français sur 10. À l’avant-veille de la quatrième journée de manifestation appelée par l’intersyndicale, Elisabeth Borne et Gérald Darmanin se sont ainsi rendus hier à Neuville-en-Ferrain, dans le Nord, Olivier Dussopt à Toulouse, où il a notamment rencontré six lecteurs de La Dépêche du Midi au siège de notre journal pour répondre à leurs questions et leurs inquiétudes. Celui qui enchaîne à un rythme soutenu les interviews dans les matinales et défend depuis lundi son texte devant une Assemblée nationale survoltée s’est montré tel qu’en lui-même : un moine-soldat de la macronie. Moine, parce que le ministre connaît sur le bout des doigts le catéchisme de la réforme, son dogme du r

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m