Accéder au contenu principal

L'effet Gilets jaunes

giletsjaunes
Gilets jaunes à Belfort, le 19 janvier 2019. Photo Wikipedia Thomas Bresson


Le mouvement des Gilets jaunes, ce phénomène aussi inédit qu'insaisissable né il y a cinq moins et qui s'apprête ce samedi à vivre son XXIIIe acte, suscite souvent des avis bien tranchés. Pour ceux qui le soutiennent, il s'agit d'un mouvement populaire qui se bat pour davantage de pouvoir d'achat, de justice fiscale et sociale, et de représentation démocratique et qui n'est toujours pas assez entendu par le «président des riches» qu'est Emmanuel Macron. Pour ceux qui s'y opposent, il s'agit d'un mouvement qui s'est fait progressivement noyauter par des extrémistes complotistes et dont les manifestations émaillées de violences plombent l'économie et mettent en péril les comptes du pays qu'Emmanuel Macron a promis de remettre d'aplomb. Les uns estiment n'avoir pas assez obtenu ; les autres pensent qu'on a déjà beaucoup trop donné.

Comme souvent, la vérité n'est ni blanche ni noire et l'extrême polarisation du débat public n'aide pas à dégager une position médiane… C'est pour cela que les prévisions 2019-2021 de l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) publiées cette semaine sont importantes. Le travail sérieux fourni par ces économistes montre la réalité d'un effet Gilets jaunes sur le pouvoir d'achat des Français. Celui-ci connaîtra en 2019 sa plus forte augmentation depuis 2007 : une hausse de 850 € en moyenne dont 440 sont attribuables aux mesures du gouvernement prises depuis le début du mouvement de grogne.

De ce constat Gilets jaunes et exécutif devraient tirer des leçons sur leurs positions respectives.

Pour le gouvernement d'abord. Emmanuel Macron avait prévu de mener une politique de l'offre en réduisant les déficits publics et en favorisant les entreprises. Sous le poids de l'opinion publique il a été contraint à faire le contraire. Les quelque 10 milliards de mesures en faveur du pouvoir d'achat prises le 10 décembre retardent peut-être le retour à l'équilibre budgétaire mais ont un effet bénéfique. Comme quoi une classique politique de relance keynésienne, de gauche donc, peut porter ses fruits.

Pour les Gilets jaunes ensuite. L'étude de l'OFCE montre que les mesures prises par Emmanuel Macron en décembre n'étaient en rien des « mesurettes. » On peut toujours les juger insuffisantes, mais elles ont eu un effet réel qui va s'accentuer dans le temps pour une majorité de Français et correspondaient bien aux revendications initiales du mouvement. Le reconnaître ne serait ni se renier ni renoncer à des combats sociaux futurs.

Emmanuel Macron va présenter la semaine prochaine un nouveau train de mesures (partiellement dévoilées) qui doivent ouvrir l'acte II de son quinquennat. Entre la mise en œuvre de son programme social-libéral et l'attente de l'opinion qui réclame une réorientation à gauche de la politique économique et sociale, le Président devra inventer ce «en même temps» qui tienne compte de l'effet Gilets jaunes mis en évidence par l'OFCE.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 19 avril 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Symboles

La confirmation hier par la compagnie aérienne australienne Qantas qu'elle annulait la commande de huit Airbus A380 marque un nouveau revers pour le superjumbo du constructeur aéronautique européen. Un gros porteur dont la pérennité est désormais suspendue, sans beaucoup d'illusions, à une négociation avec la compagnie Emirates, qui avait passé une méga-commande de 36 A380. L'histoire semble désormais jouée et l'A380 va vraisemblablement – sauf surprise venue de Chine ou d'Inde – tirer bientôt sa révérence, devenant le symbole d'un terrible et douloureux échec commercial, mais aussi devenant une page importante de l'histoire aéronautique mondiale.

L'échec, c'est finalement celui d'un avion mal-né qui a accumulé les déconvenues au moment même où le paysage aérien mondial s'est retrouvé chamboulé. L'idée de départ était pourtant séduisante : le plus gros avion commercial du monde avec ses deux ponts, ses quatre réacteurs, capable d'em…

Responsabilité

Le retrait prochain des troupes américaines de Syrie, tel un jeu de dominos, a des répercussions profondes, dont le retour dans l'Hexagone de quelque 150 jihadistes français dont des familles jusqu'à présent détenus en Syrie et en Irak. Ainsi, la France vient d'être contrainte de changer de doctrine à leur égard. Jusqu'alors, en effet, le gouvernement français s'était toujours opposé à leur retour – sauf pour les mineurs –, estimant qu'ils devaient être jugés sur place et y purger leur peine, sous réserve de bénéficier d'un procès équitable. Désormais, le rapatriement de ces ressortissants français est inéluctable, fut-il facilité par des avions américains. Le retour de ces jihadistes constitue ainsi un véritable défi pour la France, mais aussi un casse-tête politique face à l'extrême sensibilité de l'opinion publique sur le sujet.

Car les Français restent durablement marqués par les attentats terroristes perpétrés par Daech sur notre sol, de l'…

L'alerte

L'enquête sur le complotisme que viennent de publier la Fondation Jean-Jaurès et l'organisme Conspiracy watch est capitale dans le sens où elle permet de mettre des chiffres sur un phénomène ancien dont l'ampleur constitue désormais une réelle menace pour la démocratie, en France comme ailleurs dans le monde.

Jusqu'à présent, les thèses complotistes restaient circonscrites à quelques cercles d'hurluberlus, particulièrement aux Etats-Unis où, au nom du premier amendement de la Constitution qui garantit une absolue liberté d'expression, tout un tas de théories ont pu se développer sans ambages. La Terre est plate, le monde est gouverné par la secte des Illuminati, les Américains ne sont jamais allés sur la Lune, etc.

Une digue contre ces élucubrations avait été bâtie au fil des ans par la classe politique dans sa majorité et par les médias. Cette digue a commencé à se fissurer en 2016 au moment de la campagne électorale présidentielle américaine qui a vu la vict…