Accéder au contenu principal

Sursaut

elephant


Le rapport que s'apprêtent à remettre aujourd'hui à Paris quelque 150 experts de 50 pays sur la biodiversité constituera-t-il l'électrochoc permettant à l'humanité de prendre conscience de son impact réel et incontestable sur l'environnement de la planète et la survie de milliers d'espèces de la flore et de la faune ? On ne peut que l'espérer tant ce document, qui a nécessité trois ans de travail, dresse un portrait alarmant de la situation écologique mondiale : « un demi-million à un million d'espèces devraient être menacées d'extinction, dont beaucoup dans les prochaines décennies » indiquent les experts. Autrement dit, la Terre est aujourd'hui au début d'une nouvelle « extinction de masse », la sixième, dans laquelle l'Homme porte une lourde responsabilité.

Le rapport sera accompagné d'un « résumé pour les décideurs » qui doit être discuté ligne à ligne puis adopté par les 130 pays membres de l'IPBES, la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques, le pendant du GIEC (Groupe international des experts sur le climat) qui s'intéresse au réchauffement climatique.

On peut espérer qu'un accord international puisse être signé sur la biodiversité comme cela fut le cas en 2015, lors de la COP21, avec l'accord de Paris sur le climat. Mais même dans cette hypothèse, il restera énormément de chemin à faire. L'accord historique de 2015, bousculé par des dirigeants climato-sceptiques qui veulent en sortir (les Etats-Unis de Trump, le Brésil de Bolsonaro), peine toujours à se traduire par des actions concrètes. Et dans les autres pays, prendre des décisions paraît toujours aussi compliqué. Emmanuel Macron, qui avait promis de rendre sa grandeur à la planète (Make our planet great again) n'a pas vraiment déployé une politique écologique à la hauteur des enjeux. Le Conseil de défense écologique qu'il a annoncé jeudi dernier s'ajoute ainsi à quelque 60 comités déjà chargés de la transition énergétique…

Le sursaut qu'impose ce rapport sur la biodiversité viendra sans doute de la société civile, c'est-à-dire de la mobilisation sur ces questions de citoyens qui, individuellement, prennent conscience de l'enjeu écologique. Et cette mobilisation, c'est heureux, prend chaque jour de l'ampleur, de la pétition de l'Affaire du siècle aux grèves pour le climat engagées par les lycéens. Une mobilisation au niveau mondial comme au niveau local. Le succès du colloque « Le Monde nouveau » organisé par le Groupe La Dépêche fin mars à Perpignan montre que beaucoup sont prêts à s'engager pour faire bouger les choses, avec la conviction que l'heure n'est plus aux paroles, mais aux actes.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 29 avril 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan