Accéder au contenu principal

Besoin de dignité

oldpeople


Le drame qui s'est noué dimanche soir à la maison de retraite La Chêneraie au Lherm, au sud de Toulouse, faisant au moins cinq morts et une vingtaine de blessés, impose à chacun d'entre nous d'apporter, en premier lieu, soutien et compassion à des familles aujourd'hui profondément éplorées et légitimement en colère. Au soir de leur vie, les résidents de cet établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) de taille moyenne, ne méritaient pas de finir leurs jours de façon aussi tragique et violente. En attendant que l'enquête se prononce sur ce qui, aujourd'hui, apparaît comme une intoxication alimentaire fulgurante, ce drame soulève tout de même un certain nombre de questions auxquelles il serait bon que les pouvoirs publics apportent des réponses, d'autant plus que la question du grand âge et du financement de la dépendance des personnes âgées sont au cœur des débats et constituent un enjeu majeur pour la France dans les années qui viennent.

Ce drame intervient aussi dans un contexte particulier où les critiques contre les Ehpad se sont multipliées ces derniers mois. Que ce soient des affaires de maltraitance physique contre des personnes âgées, des conditions de vie et d'hygiène particulièrement dégradées pour les résidents, des personnels souvent de bonne volonté mais épuisés par des contraintes horaires insurmontables, ou des directeurs obligés à dégager un maximum de bénéfices pour des groupes privés de plus en plus importants : le fonctionnement des maisons de retraite interroge. Dans un livre récemment publié (« Tu verras maman tu seras bien », XO éditions), un ancien directeur d'Ehpad raconte cette pression exercée par les groupes propriétaires de maisons de retraite. « Je devais respecter une enveloppe de 4,35 € par jour et par résident pour le petit-déjeuner, deux repas et deux collations. Comment voulez-vous dans ces conditions proposer une nourriture qui fasse envie ? Essayez de manger pour 1 € par repas » témoignait Jean Arcelin dans nos colonnes fin mars, estimant, amer, que les Ehpad sont devenus « un business dont le cœur est l'exploitation commerciale de la plus grande vulnérabilité humaine. »

Car d'un côté les familles paient très cher des prestations vantées dans des brochures sur papier glacé et de l'autre, la réalité de ce que vivent leurs parents est aux antipodes de ces promesses. Entre les deux, certains groupes, qui ont un comportement analogue aux fonds vautours spéculatifs, dégagent des bénéfices colossaux. Né en 2003 de la fusion de quatre sociétés, coté en Bourse depuis 2006 et gestionnaire de plus de 800 établissements en Europe, le groupe Korian propriétaire de la Chêneraie – qui a chuté en Bourse hier – a ainsi dégagé 3,33 milliards d'euros de chiffre d'affaires l'an dernier, en hausse de 6,4 %…

Il ne s'agit pas bien sûr de jeter la pierre à tous les acteurs privés ou publics de la dépendance, mais à l'heure où la société doit penser la prise en charge du grand âge, il convient dès à présent de fixer un cadre et des règles claires où la rentabilité passera derrière la dignité humaine que l'on doit à nos anciens.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 2 avril 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…

Les armes dans la peau

Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc da…