Accéder au contenu principal

Besoin de dignité

oldpeople


Le drame qui s'est noué dimanche soir à la maison de retraite La Chêneraie au Lherm, au sud de Toulouse, faisant au moins cinq morts et une vingtaine de blessés, impose à chacun d'entre nous d'apporter, en premier lieu, soutien et compassion à des familles aujourd'hui profondément éplorées et légitimement en colère. Au soir de leur vie, les résidents de cet établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) de taille moyenne, ne méritaient pas de finir leurs jours de façon aussi tragique et violente. En attendant que l'enquête se prononce sur ce qui, aujourd'hui, apparaît comme une intoxication alimentaire fulgurante, ce drame soulève tout de même un certain nombre de questions auxquelles il serait bon que les pouvoirs publics apportent des réponses, d'autant plus que la question du grand âge et du financement de la dépendance des personnes âgées sont au cœur des débats et constituent un enjeu majeur pour la France dans les années qui viennent.

Ce drame intervient aussi dans un contexte particulier où les critiques contre les Ehpad se sont multipliées ces derniers mois. Que ce soient des affaires de maltraitance physique contre des personnes âgées, des conditions de vie et d'hygiène particulièrement dégradées pour les résidents, des personnels souvent de bonne volonté mais épuisés par des contraintes horaires insurmontables, ou des directeurs obligés à dégager un maximum de bénéfices pour des groupes privés de plus en plus importants : le fonctionnement des maisons de retraite interroge. Dans un livre récemment publié (« Tu verras maman tu seras bien », XO éditions), un ancien directeur d'Ehpad raconte cette pression exercée par les groupes propriétaires de maisons de retraite. « Je devais respecter une enveloppe de 4,35 € par jour et par résident pour le petit-déjeuner, deux repas et deux collations. Comment voulez-vous dans ces conditions proposer une nourriture qui fasse envie ? Essayez de manger pour 1 € par repas » témoignait Jean Arcelin dans nos colonnes fin mars, estimant, amer, que les Ehpad sont devenus « un business dont le cœur est l'exploitation commerciale de la plus grande vulnérabilité humaine. »

Car d'un côté les familles paient très cher des prestations vantées dans des brochures sur papier glacé et de l'autre, la réalité de ce que vivent leurs parents est aux antipodes de ces promesses. Entre les deux, certains groupes, qui ont un comportement analogue aux fonds vautours spéculatifs, dégagent des bénéfices colossaux. Né en 2003 de la fusion de quatre sociétés, coté en Bourse depuis 2006 et gestionnaire de plus de 800 établissements en Europe, le groupe Korian propriétaire de la Chêneraie – qui a chuté en Bourse hier – a ainsi dégagé 3,33 milliards d'euros de chiffre d'affaires l'an dernier, en hausse de 6,4 %…

Il ne s'agit pas bien sûr de jeter la pierre à tous les acteurs privés ou publics de la dépendance, mais à l'heure où la société doit penser la prise en charge du grand âge, il convient dès à présent de fixer un cadre et des règles claires où la rentabilité passera derrière la dignité humaine que l'on doit à nos anciens.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 2 avril 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan