Accéder au contenu principal

Recherche campagne électorale désespérément

europe


À désormais un mois des élections européennes, on peine à se concentrer sur une campagne électorale désespérément atone. L'Europe n'intéresserait-elle pas les Français ? Non, puisque notre sondage BVA-La Dépêche montre – presque à rebours des idées reçues – que 59 % de nos concitoyens se déclarent intéressés par les élections européennes qui auront lieu, en France, dimanche 26 mai prochain. Si cette campagne européenne a tant de mal à décoller, on le doit avant tout au contexte politique qui prévaut en France aux stratégies des différentes formations.

La crise des Gilets jaunes qui rebondit de samedi en samedi depuis cinq mois, puis l'interminable Grand débat national qui doit trouver – enfin – sa conclusion ce soir avec les annonces d'Emmanuel Macron en conférence de presse ont occulté le débat et les enjeux des Européennes pour la France. Le débat public s'est, en effet, tout entier concentré sur des enjeux purement nationaux. 39 % des Français, selon notre enquête, déclarent ainsi que par leur vote aux élections européennes ils exprimeront leur soutien ou leur opposition à la politique du gouvernement…

Mais si la campagne patine à ce point, c'est aussi la faute aux choix stratégiques des formations politiques. Contrairement à ce qui se passe chez nos voisins, et notamment en Allemagne, où l'on conçoit parfaitement que mener une carrière politique au niveau européen est prestigieux et utile, en France, l'élection européenne est pensée comme un second choix. Anciens ministres à recaser, personnalités sans aucun engagement européen notable, hommes et femmes inconnus du grand public, aux parcours parfois diamétralement opposés et contraints de cohabiter sur la même liste, programmes illisibles et/ou inconnus des Français, etc. Seule semble compter l'envie… de «se compter», le score du 26 mai étant regardé uniquement comme indicateur du poids politique en France. Grave erreur.

L'Europe mérite mieux que cette cacophonie de la part d'un de ses pays fondateurs. Les Français méritent mieux de la part de partis qui réclament leurs suffrages. Dans un monde où les tensions politiques et commerciales se durcissent entre la Chine et les États-Unis, où les défis scientifiques, technologiques (sur la 5G ou l'intelligence artificielle) et environnementaux sont capitaux, une Europe forte est plus que jamais indispensable. Qui peut croire, comme le promettent tambour battant les partis nationalistes d'extrême droite, que l'Europe sera plus forte en étant l'addition de politiques protectionnistes, la somme de nations recroquevillées sur elles-mêmes ?

En dépit de son fonctionnement perfectible et largement amendable, l'Union européenne, a montré qu'elle pouvait améliorer concrètement la vie de ses 500 millions de citoyens et jouer un rôle dans la marche du monde. Nombre d'eurodéputés français sortants peuvent en témoigner. Encore faut-il pour cela que la campagne électorale prenne tout son sens, que le débat d'idées retrouve toute sa place.

Il reste un mois…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 25 avril 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Symboles

La confirmation hier par la compagnie aérienne australienne Qantas qu'elle annulait la commande de huit Airbus A380 marque un nouveau revers pour le superjumbo du constructeur aéronautique européen. Un gros porteur dont la pérennité est désormais suspendue, sans beaucoup d'illusions, à une négociation avec la compagnie Emirates, qui avait passé une méga-commande de 36 A380. L'histoire semble désormais jouée et l'A380 va vraisemblablement – sauf surprise venue de Chine ou d'Inde – tirer bientôt sa révérence, devenant le symbole d'un terrible et douloureux échec commercial, mais aussi devenant une page importante de l'histoire aéronautique mondiale.

L'échec, c'est finalement celui d'un avion mal-né qui a accumulé les déconvenues au moment même où le paysage aérien mondial s'est retrouvé chamboulé. L'idée de départ était pourtant séduisante : le plus gros avion commercial du monde avec ses deux ponts, ses quatre réacteurs, capable d'em…

Responsabilité

Le retrait prochain des troupes américaines de Syrie, tel un jeu de dominos, a des répercussions profondes, dont le retour dans l'Hexagone de quelque 150 jihadistes français dont des familles jusqu'à présent détenus en Syrie et en Irak. Ainsi, la France vient d'être contrainte de changer de doctrine à leur égard. Jusqu'alors, en effet, le gouvernement français s'était toujours opposé à leur retour – sauf pour les mineurs –, estimant qu'ils devaient être jugés sur place et y purger leur peine, sous réserve de bénéficier d'un procès équitable. Désormais, le rapatriement de ces ressortissants français est inéluctable, fut-il facilité par des avions américains. Le retour de ces jihadistes constitue ainsi un véritable défi pour la France, mais aussi un casse-tête politique face à l'extrême sensibilité de l'opinion publique sur le sujet.

Car les Français restent durablement marqués par les attentats terroristes perpétrés par Daech sur notre sol, de l'…

L'alerte

L'enquête sur le complotisme que viennent de publier la Fondation Jean-Jaurès et l'organisme Conspiracy watch est capitale dans le sens où elle permet de mettre des chiffres sur un phénomène ancien dont l'ampleur constitue désormais une réelle menace pour la démocratie, en France comme ailleurs dans le monde.

Jusqu'à présent, les thèses complotistes restaient circonscrites à quelques cercles d'hurluberlus, particulièrement aux Etats-Unis où, au nom du premier amendement de la Constitution qui garantit une absolue liberté d'expression, tout un tas de théories ont pu se développer sans ambages. La Terre est plate, le monde est gouverné par la secte des Illuminati, les Américains ne sont jamais allés sur la Lune, etc.

Une digue contre ces élucubrations avait été bâtie au fil des ans par la classe politique dans sa majorité et par les médias. Cette digue a commencé à se fissurer en 2016 au moment de la campagne électorale présidentielle américaine qui a vu la vict…