Accéder au contenu principal

Conquête

seis
Le sismomètre français SEIS déployé sur Mars. Photo NASA

C'est une découverte scientifique majeure qui vient d'être réalisée sur Mars : la détection d'un tremblement du sol martien. 130 ans après les débuts de la sismologie sur Terre et 50 ans après le premier sismomètre déployé par Apollo 11 sur la Lune en juillet 1969, la planète rouge devient ainsi le troisième corps tellurique de notre système solaire à être étudié par les sismologues. Cette avancée est aujourd'hui une bonne nouvelle dans trois domaines.

Le premier est bien sûr scientifique. La détection de ces signaux sismiques, leur confirmation et l'exploitation qui va en être faite va permettre de mieux comprendre comment s'est formé Mars, cette planète dont on découvre, année après année, mission après mission depuis les années 60, des caractéristiques qui laissent à penser qu'il y a bien eu de la vie, et donc qu'il pourrait à nouveau y en avoir. Cela fait plus de vingt ans que les scientifiques espéraient déployer avec succès un sismomètre sur la planète rouge. Ils ont eu raison de persévérer et peuvent se réjouir du premier succès si rapide de la mission InSight.

Le second domaine où la découverte d'hier est importante est politique. Le sismomètre SEIS qui a détecté les secousses a été conçu à Toulouse sous la houlette du Centre national d'études spatiales et de l'Institut de physique du globe de Paris, avec la participation de nombreux laboratoire du CNRS. Il montre que la France – et donc l'Europe – est un acteur de poids dans le domaine spatial, et un partenaire incontournable, ici des Etats-Unis. Ce succès rejaillit également sur la communauté scientifique de Toulouse qui fait plus que jamais de la Ville rose la capitale du spatial, et montre que l'Etat a raison de mettre – et on l'espère d'augmenter – des moyens dans la recherche scientifique, pour permettre de telles découvertes, qui contribuent au développement économique et technologique de la nation.

Enfin, le troisième domaine où cette découverte est importante est tout simplement d'ordre civilisationnel. L'exploration de Mars, et plus largement la conquête spatiale, résonne en chacun d'entre nous. Qui n'a pas été marqué par un livre, un film, ou le témoignage d'un de nos astronautes de retour de la station spatiale internationale ? Qui n'espère pas aujourd'hui voir un jour l'Homme fouler le sol de Mars comme il a foulé le sol de la Lune ? Il y a dans l'immensité de l'univers, matière à se dépasser. Dans la conquête de l'espace, il y a pour l'Homme la conquête de sa propre Humanité.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 24 avril 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette… Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la t