Accéder au contenu principal

Etre à la hauteur

europarlement


Dans deux mois jour pour jour, nous connaîtrons la physionomie du nouveau Parlement européen au terme d'élections dans les désormais – Brexit oblige – 27 Etats membres. Des élections qui sont celles de tous les dangers pour l'Union. Rarement depuis le traité de Rome en 1957, en effet, l'idée de la construction européenne, jusqu'ici partagée par les deux forces du Parlement – la droite chrétienne-démocrate et la gauche sociale-démocrate – n'aura paru aussi fragile. Bousculée sur la scène internationale par l'Amérique de Trump en guerre contre le multilatéralisme et par les ambitions diplomatiques et économiques inextinguibles de la Chine, l'Union Européenne se trouve minée en interne par la montée des populismes. Des populismes qui rêvent tous d'une Europe des nations bunkérisée par d'improbables règles protectionnistes et nationalistes qui sont la négation même de l'idéal européen, tel que défini par Jean Monnet comme «l'union des Hommes» plus que la coalition des Etats. Pire, les élections de mai sont d'ores et déjà la cible de cyberattaques massives, notamment en provenance de Russie, et les fake news polluent déjà les débats et les réseaux sociaux.

Face à ces défis, les partis de l'arc républicain sont-ils à la hauteur ? Face à ces dangers, les formations politiques françaises ont-elles pris la mesure des enjeux ? Assurément pas. Certaines listes ne sont toujours pas entièrement constituées, le choix de leur leader et de leurs membres donne ou a donné lieu à une cuisine politicienne peu ragoûtante dans laquelle les jeux de pouvoirs et les petits arrangements semblent être une règle. À droite – souvent – comme à gauche – parfois – il apparaît plus important de recaser de vieilles gloires en manque de visibilité ou d'indemnités parlementaires que de construire des programmes clairs avec des équipes mixant renouvellement et expérience. L'entrée en scène théâtrale et ratée de Nathalie Loiseau, l'incapacité des partis de gauche à se présenter unis ou la reconduction d'anciens ministres des Républicains à droite illustre tout cela.

Le 5 mars dernier, Emmanuel Macron a bien tenté de prendre de la hauteur en adressant une «lettre aux citoyens européens», mais l'étoile du Président qui se voulait leader du camp progressiste face aux nationalistes a bien pâli. Et in fine, sa «Renaissance européenne» – qui a le mérite d'exister – lance davantage la campagne électorale qu'elle ne relance l'Europe.

Pour autant, tout n'est pas perdu. Deux éléments redonnent espoir. Le premier, c'est l'immense manifestation en faveur d'un second référendum sur le Brexit, qui a réuni des centaines de milliers de Britanniques ce week-end à Londres. Cette marche sonne comme un avertissement : les lubies europhobes et les propositions mensongères des nationalistes conduisent au chaos. Veut-on vivre à l'échelle de l'Europe l'imbroglio britannique ? Le second motif d'espoir réside dans les derniers sondages : entre 59 % et 62 % des Français sont intéressés par les élections européennes et 51 % disent qu'ils voteront en fonction du projet des listes. Pour la classe politique française, c'est le moment d'être à la hauteur.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 26 mars 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio