Accéder au contenu principal

Etre à la hauteur

europarlement


Dans deux mois jour pour jour, nous connaîtrons la physionomie du nouveau Parlement européen au terme d'élections dans les désormais – Brexit oblige – 27 Etats membres. Des élections qui sont celles de tous les dangers pour l'Union. Rarement depuis le traité de Rome en 1957, en effet, l'idée de la construction européenne, jusqu'ici partagée par les deux forces du Parlement – la droite chrétienne-démocrate et la gauche sociale-démocrate – n'aura paru aussi fragile. Bousculée sur la scène internationale par l'Amérique de Trump en guerre contre le multilatéralisme et par les ambitions diplomatiques et économiques inextinguibles de la Chine, l'Union Européenne se trouve minée en interne par la montée des populismes. Des populismes qui rêvent tous d'une Europe des nations bunkérisée par d'improbables règles protectionnistes et nationalistes qui sont la négation même de l'idéal européen, tel que défini par Jean Monnet comme «l'union des Hommes» plus que la coalition des Etats. Pire, les élections de mai sont d'ores et déjà la cible de cyberattaques massives, notamment en provenance de Russie, et les fake news polluent déjà les débats et les réseaux sociaux.

Face à ces défis, les partis de l'arc républicain sont-ils à la hauteur ? Face à ces dangers, les formations politiques françaises ont-elles pris la mesure des enjeux ? Assurément pas. Certaines listes ne sont toujours pas entièrement constituées, le choix de leur leader et de leurs membres donne ou a donné lieu à une cuisine politicienne peu ragoûtante dans laquelle les jeux de pouvoirs et les petits arrangements semblent être une règle. À droite – souvent – comme à gauche – parfois – il apparaît plus important de recaser de vieilles gloires en manque de visibilité ou d'indemnités parlementaires que de construire des programmes clairs avec des équipes mixant renouvellement et expérience. L'entrée en scène théâtrale et ratée de Nathalie Loiseau, l'incapacité des partis de gauche à se présenter unis ou la reconduction d'anciens ministres des Républicains à droite illustre tout cela.

Le 5 mars dernier, Emmanuel Macron a bien tenté de prendre de la hauteur en adressant une «lettre aux citoyens européens», mais l'étoile du Président qui se voulait leader du camp progressiste face aux nationalistes a bien pâli. Et in fine, sa «Renaissance européenne» – qui a le mérite d'exister – lance davantage la campagne électorale qu'elle ne relance l'Europe.

Pour autant, tout n'est pas perdu. Deux éléments redonnent espoir. Le premier, c'est l'immense manifestation en faveur d'un second référendum sur le Brexit, qui a réuni des centaines de milliers de Britanniques ce week-end à Londres. Cette marche sonne comme un avertissement : les lubies europhobes et les propositions mensongères des nationalistes conduisent au chaos. Veut-on vivre à l'échelle de l'Europe l'imbroglio britannique ? Le second motif d'espoir réside dans les derniers sondages : entre 59 % et 62 % des Français sont intéressés par les élections européennes et 51 % disent qu'ils voteront en fonction du projet des listes. Pour la classe politique française, c'est le moment d'être à la hauteur.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 26 mars 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan