Accéder au contenu principal

Etre à la hauteur

europarlement


Dans deux mois jour pour jour, nous connaîtrons la physionomie du nouveau Parlement européen au terme d'élections dans les désormais – Brexit oblige – 27 Etats membres. Des élections qui sont celles de tous les dangers pour l'Union. Rarement depuis le traité de Rome en 1957, en effet, l'idée de la construction européenne, jusqu'ici partagée par les deux forces du Parlement – la droite chrétienne-démocrate et la gauche sociale-démocrate – n'aura paru aussi fragile. Bousculée sur la scène internationale par l'Amérique de Trump en guerre contre le multilatéralisme et par les ambitions diplomatiques et économiques inextinguibles de la Chine, l'Union Européenne se trouve minée en interne par la montée des populismes. Des populismes qui rêvent tous d'une Europe des nations bunkérisée par d'improbables règles protectionnistes et nationalistes qui sont la négation même de l'idéal européen, tel que défini par Jean Monnet comme «l'union des Hommes» plus que la coalition des Etats. Pire, les élections de mai sont d'ores et déjà la cible de cyberattaques massives, notamment en provenance de Russie, et les fake news polluent déjà les débats et les réseaux sociaux.

Face à ces défis, les partis de l'arc républicain sont-ils à la hauteur ? Face à ces dangers, les formations politiques françaises ont-elles pris la mesure des enjeux ? Assurément pas. Certaines listes ne sont toujours pas entièrement constituées, le choix de leur leader et de leurs membres donne ou a donné lieu à une cuisine politicienne peu ragoûtante dans laquelle les jeux de pouvoirs et les petits arrangements semblent être une règle. À droite – souvent – comme à gauche – parfois – il apparaît plus important de recaser de vieilles gloires en manque de visibilité ou d'indemnités parlementaires que de construire des programmes clairs avec des équipes mixant renouvellement et expérience. L'entrée en scène théâtrale et ratée de Nathalie Loiseau, l'incapacité des partis de gauche à se présenter unis ou la reconduction d'anciens ministres des Républicains à droite illustre tout cela.

Le 5 mars dernier, Emmanuel Macron a bien tenté de prendre de la hauteur en adressant une «lettre aux citoyens européens», mais l'étoile du Président qui se voulait leader du camp progressiste face aux nationalistes a bien pâli. Et in fine, sa «Renaissance européenne» – qui a le mérite d'exister – lance davantage la campagne électorale qu'elle ne relance l'Europe.

Pour autant, tout n'est pas perdu. Deux éléments redonnent espoir. Le premier, c'est l'immense manifestation en faveur d'un second référendum sur le Brexit, qui a réuni des centaines de milliers de Britanniques ce week-end à Londres. Cette marche sonne comme un avertissement : les lubies europhobes et les propositions mensongères des nationalistes conduisent au chaos. Veut-on vivre à l'échelle de l'Europe l'imbroglio britannique ? Le second motif d'espoir réside dans les derniers sondages : entre 59 % et 62 % des Français sont intéressés par les élections européennes et 51 % disent qu'ils voteront en fonction du projet des listes. Pour la classe politique française, c'est le moment d'être à la hauteur.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 26 mars 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette… Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la t