Accéder au contenu principal

Responsabilité

Boeing


Les images de crashs aériens sont toujours marquantes pour l'opinion. Tout simplement parce que la disparition des avions, en mer ou sur terre, se traduit par une désintégration de tout ce qui compose les appareils en des milliers de débris, de terribles «confettis» qui prennent au cœur les familles des victimes, les sauveteurs et tous ceux qui voient de telles images. Le crash d'un avion de la compagnie Ethiopian Airlines, qui s'est écrasé alors qu'il effectuait la liaison Addis Abeba-Nairobi, faisant 157 morts dont 9 Français, ne déroge pas à cette sombre règle. Comme à chaque fois l'émotion va aussi laisser place aux questions pour comprendre ce qui a pu provoquer un tel drame.

Dans le cas particulier du Boeing 737 MAX-8, l'enquête qui s'engage fait d'ailleurs écho à celle concernant un autre crash survenu il y a à peine cinq mois sur le même type d'appareil. Un Boeing tout neuf de la compagnie indonésienne Lion Air s'était écrasé en mer, faisant 189 victimes.

Les causes sont-elles similaires dans les deux accidents aériens ? L'enquête le déterminera. Mais d'ores et déjà deux enseignements peuvent être tirés de ce crash.

Le premier, d'ordre très général, est que cette catastrophe aérienne met, à nouveau, en lumière l'extraordinaire automatisation qui s'est opérée ces dernières années dans les cockpits, reliés à une multitude de capteurs qui peuvent, hélas, subir des dysfonctionnements. Et si cette montée en puissance est commune aux deux rivaux que sont Airbus et Boeing, chaque avionneur a développé sa propre philosophie de la relation homme-machine. Jusqu'où doit s'imposer l'assistance, notamment en cas de problème grave en vol ? Quelle liberté d'appréciation – d'intuition même – est-elle laissée aux pilotes ; peuvent-ils avoir le dernier mot ? Vaste débat, autant technique que philosophique, vaste «bataille» entre l'homme et la machine…

Le second enseignement, beaucoup plus précis, illustre finalement une bataille autrement plus concrète et féroce : celle, économique, que se livrent Airbus et Boeing. Face à la nouvelle génération d'Airbus A320neo, Boeing a voulu riposter en développant son Being 737 MAX, devenu depuis une locomotive pour le constructeur de Seattle (5 011 commandes fermes). Ce nouvel avion a été livré très rapidement pour contrer l'arrivée sur le marché du rival européen. Trop rapidement ? Une enquête du New York Times a révélé en février que Boeing, pour limiter les coûts d'entraînement, avait décidé de ne pas informer les pilotes de changements dans le système de contrôle des commandes, notamment dans le système antidécrochage. L'avionneur américain assurait même que les fonctionnalités entre ses anciens et nouveaux 737 étaient similaires. Il aura fallu le crash de la Lion Air, et la mise en cause d'un capteur d'incidence, pour que Boeing envoie une note rappelant aux équipages les procédures existantes pour gérer de tels problèmes. Et ce n'est qu'ensuite que le constructeur a reconnu que son nouvel avion vedette n'avait pas les mêmes fonctionnalités que le modèle précédant. Dès lors, dans la recherche des responsabilités des deux crashs, autant dire que Boeing joue gros.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 12 mars 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio