Accéder au contenu principal

Electrochoc

larcher
Gérard Larcher, président LR du Sénat.


Emmanuel Macron n'en a décidément pas fini avec l'encombrante affaire Benalla, qui, tel le sparadrap du capitaine Haddock, revient à intervalles réguliers lui gâcher son agenda politique. De révélations en révélations, on découvre, en effet, mois après mois les agissements stupéfiants de son ancien collaborateur au comportement et aux relations bien troubles, d'évidence incompatibles avec le poste qu'il occupait à l'Elysée. Mais hier, lorsque le bureau du Sénat a décidé de signaler à la justice le cas de trois collaborateurs directs du président de la République, estimant qu'ils avaient possiblement fait de faux témoignages devant la commission d'enquête sénatoriale sur les graves dysfonctionnements de l'Elysée après les événements de la Contrescarpe, la rocambolesque affaire a pris une autre dimension, judiciaire certes, mais surtout politique et institutionnelle. Paradoxalement, ce nouvel épisode pourrait constituer un utile électrochoc pour tout le monde.

Du côté du Sénat, où la décision du bureau est restée incertaine jusqu'au dernier moment, on se félicite, désormais, d'avoir tenu la ligne dure et d'avoir rempli jusqu'au bout le rôle de contrôle de l'exécutif dévolu au Parlement. Aussi scrupuleusement que l'a été le travail méticuleux et de longue haleine de la commission d'enquête qui a duré six mois, là où celle de l'Assemblée à majorité LREM s'est divisée avant de sombrer… Bien sûr, il serait naïf de croire qu'il n'y a aucune arrière-pensée politique derrière la décision d'un Sénat à majorité de droite. L'envie d'élus madrés de donner une bonne leçon du «vieux monde» à ce jeune et brillant président qui ambitionnait de réduire drastiquement le nombre de sénateurs était bien là. En décidant de viser les trois collaborateurs du chef de l'Etat, le Sénat fait donc bien passer un message et montre qu'il existe par rapport à l'Assemblée, quitte à passer pour un bastion d'opposition au président. Mais la Haute Assemblée, souvent décriée, se rapproche aussi, avec sa décision coup de poing, d'un modèle parlementaire beaucoup plus incisif avec l'exécutif, un contre-pouvoir que l'on retrouve dans plusieurs autres pays. À commencer par les Etats-Unis dont les commissions d'enquêtes sénatoriales sont aussi redoutées qu'utiles pour la démocratie.

Du côté d'Emmanuel Macron, le coup est rude, d'autant plus que son bras droit Alexis Kohler, est visé. Le chef de l'Etat n'imaginait sans doute pas le Sénat, présidé par le modéré Gérard Larcher, lui faire une aussi mauvaise manière, à l'heure où il a commencé à renouer avec les élus locaux à l'occasion du Grand débat. La majorité présidentielle aura beau crier au «procès politique», le Président serait bien inspiré de ne pas chercher à appliquer la loi du Talion et entrer en guerre contre le Sénat. Au contraire, il a là l'occasion de réorganiser en profondeur ses équipes à l'Elysée pour corriger une faute originelle commise lors de son installation à l'Elysée. Faute de disposer d'un vivier de personnalités suffisant dans son jeune parti, Emmanuel Macron a embarqué avec lui au Château la quasi-totalité de son équipe de campagne, les désormais fameux «mormons», ces trentenaires qui lui sont d'une loyauté sans faille… oubliant que la conquête du pouvoir est bien différente de l'exercice du pouvoir.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 22 mars 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette… Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la t