Accéder au contenu principal

Electrochoc

larcher
Gérard Larcher, président LR du Sénat.


Emmanuel Macron n'en a décidément pas fini avec l'encombrante affaire Benalla, qui, tel le sparadrap du capitaine Haddock, revient à intervalles réguliers lui gâcher son agenda politique. De révélations en révélations, on découvre, en effet, mois après mois les agissements stupéfiants de son ancien collaborateur au comportement et aux relations bien troubles, d'évidence incompatibles avec le poste qu'il occupait à l'Elysée. Mais hier, lorsque le bureau du Sénat a décidé de signaler à la justice le cas de trois collaborateurs directs du président de la République, estimant qu'ils avaient possiblement fait de faux témoignages devant la commission d'enquête sénatoriale sur les graves dysfonctionnements de l'Elysée après les événements de la Contrescarpe, la rocambolesque affaire a pris une autre dimension, judiciaire certes, mais surtout politique et institutionnelle. Paradoxalement, ce nouvel épisode pourrait constituer un utile électrochoc pour tout le monde.

Du côté du Sénat, où la décision du bureau est restée incertaine jusqu'au dernier moment, on se félicite, désormais, d'avoir tenu la ligne dure et d'avoir rempli jusqu'au bout le rôle de contrôle de l'exécutif dévolu au Parlement. Aussi scrupuleusement que l'a été le travail méticuleux et de longue haleine de la commission d'enquête qui a duré six mois, là où celle de l'Assemblée à majorité LREM s'est divisée avant de sombrer… Bien sûr, il serait naïf de croire qu'il n'y a aucune arrière-pensée politique derrière la décision d'un Sénat à majorité de droite. L'envie d'élus madrés de donner une bonne leçon du «vieux monde» à ce jeune et brillant président qui ambitionnait de réduire drastiquement le nombre de sénateurs était bien là. En décidant de viser les trois collaborateurs du chef de l'Etat, le Sénat fait donc bien passer un message et montre qu'il existe par rapport à l'Assemblée, quitte à passer pour un bastion d'opposition au président. Mais la Haute Assemblée, souvent décriée, se rapproche aussi, avec sa décision coup de poing, d'un modèle parlementaire beaucoup plus incisif avec l'exécutif, un contre-pouvoir que l'on retrouve dans plusieurs autres pays. À commencer par les Etats-Unis dont les commissions d'enquêtes sénatoriales sont aussi redoutées qu'utiles pour la démocratie.

Du côté d'Emmanuel Macron, le coup est rude, d'autant plus que son bras droit Alexis Kohler, est visé. Le chef de l'Etat n'imaginait sans doute pas le Sénat, présidé par le modéré Gérard Larcher, lui faire une aussi mauvaise manière, à l'heure où il a commencé à renouer avec les élus locaux à l'occasion du Grand débat. La majorité présidentielle aura beau crier au «procès politique», le Président serait bien inspiré de ne pas chercher à appliquer la loi du Talion et entrer en guerre contre le Sénat. Au contraire, il a là l'occasion de réorganiser en profondeur ses équipes à l'Elysée pour corriger une faute originelle commise lors de son installation à l'Elysée. Faute de disposer d'un vivier de personnalités suffisant dans son jeune parti, Emmanuel Macron a embarqué avec lui au Château la quasi-totalité de son équipe de campagne, les désormais fameux «mormons», ces trentenaires qui lui sont d'une loyauté sans faille… oubliant que la conquête du pouvoir est bien différente de l'exercice du pouvoir.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 22 mars 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Les armes dans la peau

Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc da…

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…