Accéder au contenu principal

Chiffon rouge



La réforme de la fonction publique, présentée hier en Conseil des ministres par le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, et son secrétaire d'État, Olivier Dussopt, va-t-elle permettre de moderniser les services publics comme le proclame le gouvernement, ou, au contraire, en entériner leur recul selon les syndicats qui rejettent unanimement le texte ?

Le projet de loi, qui doit être adopté «avant l'été» pour une application «au 1er janvier 2020», présente en tout cas toute une série de mesures à même de hérisser les fonctionnaires : recours accru aux contractuels, rémunération individualisée au mérite, réforme des instances de représentation du personnel calquée sur ce qui a été décidé pour les entreprises par les ordonnances Pénicaud en 2017, renforcement de la mobilité, ruptures conventionnelles, etc. Les syndicats de fonctionnaires craignent un démembrement de fait de la fonction publique et la fin d'un statut que la réalité du travail quotidien des agents publics justifie encore amplement. Appliquer les méthodes du privé au public ? Très peu pour eux.

Sur cette réforme déjà explosive, Gérald Darmanin a jeté mardi un peu plus d'huile sur le feu en évoquant le temps de travail. S'appuyant sur un rapport de l'Inspection générale des finances (IGF) montrant que 310 000 agents de l'Etat sur 1,1 million travaillent moins que le seuil légal de 1 607 heures par an, le ministre a glissé qu'il «souhaiterai (t) que dans la Fonction publique d'Etat et la Fonction publique territoriale, les fonctionnaires fassent 35 heures comme tous les Français qui travaillent dans une entreprise.» Agiter – à dessein ? – le chiffon rouge des «fonctionnaires qui ne travaillent pas assez» et opposer public et privé est pour le moins très maladroit. L'ambitieux ministre n'aurait-il pas dû, plutôt que de stigmatiser, amener au contraire un peu de sérénité ?

Car ce dossier en manque cruellement alors même qu'il aurait pu dégager un consensus. Il est aussi légitime de mettre sur la table la hausse de 49 % de fonctionnaires en vingt ans dans les collectivités territoriales, la baisse de la d épense publique, que d'évoquer la rémunération, les conditions de travail et les évolutions de carrière des fonctionnaires. Pour honorer la promesse présidentielle qui doit permettre la suppression de 120 000 agents sur le quinquennat, le gouvernement a confondu vitesse et précipitation en ne donnant pas suffisamment leur place aux corps intermédiaires que sont les syndicats.

À l'heure où le bras de fer commence entre l'exécutif et les syndicats, il va pourtant bien falloir trouver le chemin du consensus, car la crise des Gilets jaunes comme les discussions du Grand débat ont montré combien les Français souhaitaient une réforme mais surtout combien ils étaient attachés aux fonctionnaires et à des services publics près de chez eux. La recherche de cet équilibre se fera davantage par l'écoute, la concertation et le dialogue que par l'agitation de chiffons rouges…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 28 mars 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan