Accéder au contenu principal

Pouvoir de vivre



L'expression est sans doute l'une des plus utilisée par les hommes et les femmes politiques, les organisations syndicales et patronales, les économistes de Bercy ou les statisticiens de l'Insee, les think-tanks ou les associations de solidarité, et évidemment par les Français eux-mêmes, quelle que soit la catégorie socioprofessionnelle à laquelle ils appartiennent. Le «pouvoir d'achat» – puisque c'est de lui dont il s'agit – se conjugue toujours avec une multitude de verbes et d'adjectifs : il faut en redonner, l'augmenter, le soutenir, le préserver ; il faut qu'il soit juste, équitable, développé, renforcé. De l'hémicycle de l'Assemblée nationale à l'Elysée, de la manifestation syndicale au bistrot du coin, de la machine à café entre collègues aux repas de famille, il s'agit là d'un sujet de conversation sans fin sur lequel chacun a un avis. L'expression est tellement usée, presque galvaudée, qu'on en oublie presque ce qu'elle signifie, ce qu'elle recouvre profondément.

Notre enquête mensuelle BVA-La Dépêche réalisée dans le cadre de l'Observatoire de la vie quotidienne des Français et consacrée ce mois-ci aux Français et à la gestion de leur budget, redonne de la chair au pouvoir d'achat, qui est pour beaucoup de nos concitoyens tout simplement le pouvoir de vivre. Derrière la majorité des personnes interrogées qui pensent que leur pouvoir d'achat risque de diminuer dans les mois à venir (57 %) se trouve en fait la crainte du déclassement et, surtout, la peur de devenir pauvres dans les prochaines années. 44 % le pensent, un pourcentage en hausse de 7 points en trois ans ! Cette inquiétude sourde de voir ses enfants vivre moins bien que soit est – à tort ou à raison – bien palpable, particulièrement auprès de certaines catégories de Français, les ruraux, les péri-urbains. Cette inquiétude explique pour partie l'émergence du mouvement des Gilets jaunes et elle a été bien présente dans les contributions ou lors des réunions locales du Grand débat national.

Ces Français inquiets sont dès lors en attente de gestes forts de la part du gouvernement. En annonçant en décembre un premier train de mesures de 10 milliards d'euros en faveur du pouvoir d'achat, auxquels s'ajoute près d'un milliard de primes exceptionnelles distribuées par les entreprises, Emmanuel Macron a favorisé le pouvoir d'achat. Peut-il aller plus loin et répondre favorablement aux 86 % de Français, qui, selon un sondage Viavoice, estiment que le Grand débat doit «réorienter la politique économique et sociale» du gouvernement ? Dit autrement, le Président, toujours désireux de garder son cap économique, plutôt marqué au centre droit depuis le début du quinquennat, peut-il apporter, en même temps, des réponses qui relèveraient finalement davantage d'une politique de gauche ?

Réponse d'Emmanuel Macron dans quelques jours.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 30 mars 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette… Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la t