Accéder au contenu principal

Pouvoir de vivre



L'expression est sans doute l'une des plus utilisée par les hommes et les femmes politiques, les organisations syndicales et patronales, les économistes de Bercy ou les statisticiens de l'Insee, les think-tanks ou les associations de solidarité, et évidemment par les Français eux-mêmes, quelle que soit la catégorie socioprofessionnelle à laquelle ils appartiennent. Le «pouvoir d'achat» – puisque c'est de lui dont il s'agit – se conjugue toujours avec une multitude de verbes et d'adjectifs : il faut en redonner, l'augmenter, le soutenir, le préserver ; il faut qu'il soit juste, équitable, développé, renforcé. De l'hémicycle de l'Assemblée nationale à l'Elysée, de la manifestation syndicale au bistrot du coin, de la machine à café entre collègues aux repas de famille, il s'agit là d'un sujet de conversation sans fin sur lequel chacun a un avis. L'expression est tellement usée, presque galvaudée, qu'on en oublie presque ce qu'elle signifie, ce qu'elle recouvre profondément.

Notre enquête mensuelle BVA-La Dépêche réalisée dans le cadre de l'Observatoire de la vie quotidienne des Français et consacrée ce mois-ci aux Français et à la gestion de leur budget, redonne de la chair au pouvoir d'achat, qui est pour beaucoup de nos concitoyens tout simplement le pouvoir de vivre. Derrière la majorité des personnes interrogées qui pensent que leur pouvoir d'achat risque de diminuer dans les mois à venir (57 %) se trouve en fait la crainte du déclassement et, surtout, la peur de devenir pauvres dans les prochaines années. 44 % le pensent, un pourcentage en hausse de 7 points en trois ans ! Cette inquiétude sourde de voir ses enfants vivre moins bien que soit est – à tort ou à raison – bien palpable, particulièrement auprès de certaines catégories de Français, les ruraux, les péri-urbains. Cette inquiétude explique pour partie l'émergence du mouvement des Gilets jaunes et elle a été bien présente dans les contributions ou lors des réunions locales du Grand débat national.

Ces Français inquiets sont dès lors en attente de gestes forts de la part du gouvernement. En annonçant en décembre un premier train de mesures de 10 milliards d'euros en faveur du pouvoir d'achat, auxquels s'ajoute près d'un milliard de primes exceptionnelles distribuées par les entreprises, Emmanuel Macron a favorisé le pouvoir d'achat. Peut-il aller plus loin et répondre favorablement aux 86 % de Français, qui, selon un sondage Viavoice, estiment que le Grand débat doit «réorienter la politique économique et sociale» du gouvernement ? Dit autrement, le Président, toujours désireux de garder son cap économique, plutôt marqué au centre droit depuis le début du quinquennat, peut-il apporter, en même temps, des réponses qui relèveraient finalement davantage d'une politique de gauche ?

Réponse d'Emmanuel Macron dans quelques jours.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 30 mars 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Symboles

La confirmation hier par la compagnie aérienne australienne Qantas qu'elle annulait la commande de huit Airbus A380 marque un nouveau revers pour le superjumbo du constructeur aéronautique européen. Un gros porteur dont la pérennité est désormais suspendue, sans beaucoup d'illusions, à une négociation avec la compagnie Emirates, qui avait passé une méga-commande de 36 A380. L'histoire semble désormais jouée et l'A380 va vraisemblablement – sauf surprise venue de Chine ou d'Inde – tirer bientôt sa révérence, devenant le symbole d'un terrible et douloureux échec commercial, mais aussi devenant une page importante de l'histoire aéronautique mondiale.

L'échec, c'est finalement celui d'un avion mal-né qui a accumulé les déconvenues au moment même où le paysage aérien mondial s'est retrouvé chamboulé. L'idée de départ était pourtant séduisante : le plus gros avion commercial du monde avec ses deux ponts, ses quatre réacteurs, capable d'em…

Responsabilité

Le retrait prochain des troupes américaines de Syrie, tel un jeu de dominos, a des répercussions profondes, dont le retour dans l'Hexagone de quelque 150 jihadistes français dont des familles jusqu'à présent détenus en Syrie et en Irak. Ainsi, la France vient d'être contrainte de changer de doctrine à leur égard. Jusqu'alors, en effet, le gouvernement français s'était toujours opposé à leur retour – sauf pour les mineurs –, estimant qu'ils devaient être jugés sur place et y purger leur peine, sous réserve de bénéficier d'un procès équitable. Désormais, le rapatriement de ces ressortissants français est inéluctable, fut-il facilité par des avions américains. Le retour de ces jihadistes constitue ainsi un véritable défi pour la France, mais aussi un casse-tête politique face à l'extrême sensibilité de l'opinion publique sur le sujet.

Car les Français restent durablement marqués par les attentats terroristes perpétrés par Daech sur notre sol, de l'…

L'alerte

L'enquête sur le complotisme que viennent de publier la Fondation Jean-Jaurès et l'organisme Conspiracy watch est capitale dans le sens où elle permet de mettre des chiffres sur un phénomène ancien dont l'ampleur constitue désormais une réelle menace pour la démocratie, en France comme ailleurs dans le monde.

Jusqu'à présent, les thèses complotistes restaient circonscrites à quelques cercles d'hurluberlus, particulièrement aux Etats-Unis où, au nom du premier amendement de la Constitution qui garantit une absolue liberté d'expression, tout un tas de théories ont pu se développer sans ambages. La Terre est plate, le monde est gouverné par la secte des Illuminati, les Américains ne sont jamais allés sur la Lune, etc.

Une digue contre ces élucubrations avait été bâtie au fil des ans par la classe politique dans sa majorité et par les médias. Cette digue a commencé à se fissurer en 2016 au moment de la campagne électorale présidentielle américaine qui a vu la vict…