Accéder au contenu principal

Talon d'Achille



La décision d'Emmanuel Macron de mobiliser aujourd'hui les militaires de l'opération Sentinelle, afin d'éviter de revoir les images de saccage des Champs-Elysées perpétré samedi dernier à Paris, suscite une vive polémique. À droite comme à gauche, des voix s'élèvent pour dénoncer le recours à l'armée dans un conflit social, une première depuis 1948. Cette décision, aussi forte qu'inattendue, illustre au fond la difficulté que rencontre depuis longtemps le chef de l'Etat dans le domaine de la sécurité, aujourd'hui son talon d'Achille.

Talon d'Achille par manque d'expérience d'une part. Lors du lancement de sa campagne présidentielle fin 2016, le candidat d'En Marche avait, en effet, été la cible de vives attaques venant de la droite sur sa capacité à incarner la dimension régalienne de l'ordre, consubstantielle au président de la République, chef des Armées. Critique finalement classique, la gauche étant pour la droite toujours trop laxiste… Emmanuel Macron, évidemment bien plus à l'aise dans le domaine économique, a dès lors toujours voulu montrer qu'il était en capacité de se saisir, personnellement, de cette mission régalienne.

Au soir de son élection, c'est par une marche martiale qu'il a parcouru la cour du Louvre en tant que nouveau Président. Une fois à l'Elysée, il a rappelé aux militaires – avec raison mais maladroitement – «je suis votre chef», provoquant la démission inédite du chef d'Etat-major des Armées, le général de Villiers. Un épisode d'autant plus paradoxal qu'Emmanuel Macron a largement conforté le budget des Armées et entretient depuis de bonnes relations avec les militaires.

Mais en matière de sécurité intérieure, les difficultés n'ont pas été levées. C'est que contrairement à ses prédécesseurs, le Président n'a jusqu'à présent pas pu s'appuyer sur des ministres de l'Intérieur incontestés et incontestables, et se retrouve seul en première ligne. Gérard Collomb, la tête à Lyon, n'a jamais vraiment endossé le costume de premier flic de France. Son successeur Christophe Castaner, pourtant lesté d'un adjoint expérimenté Laurent Nuñez, peine à faire corps avec ses troupes et a vu sa crédibilité entachée par sa sortie en boîte de nuit comme par les saccages parisiens du 16 mars.

Talon d'Achille par surenchère sécuritaire d'autre part. Lorsqu'il s'est agi de répondre aux dégradations commises en marge des samedis de manifestation, Emmanuel Macron a repris telle quelle la proposition de loi anticasseurs rédigée par la droite sénatoriale, quitte à faire tanguer sa propre majorité. Comme s'il lui fallait donner des gages de sa volonté de ne rien céder. Et après l'échec du maintien de l'ordre samedi dernier, Emmanuel Macron a donc voulu hausser le ton en mobilisant l'armée via l'opération Sentinelle.

Une décision forte, précipitée voire périlleuse, qui soulève des difficultés opérationnelles (la mission des militaires n'est pas le maintien de l'ordre), introduit de fait une rupture dans le maintien de l'ordre à la française, et, surtout, s'accompagne d'une forte charge symbolique.

Et en démocratie, les symboles comptent souvent autant que les actes. Les bousculer est toujours risqué…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 23 mars 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en