Accéder au contenu principal

Talon d'Achille



La décision d'Emmanuel Macron de mobiliser aujourd'hui les militaires de l'opération Sentinelle, afin d'éviter de revoir les images de saccage des Champs-Elysées perpétré samedi dernier à Paris, suscite une vive polémique. À droite comme à gauche, des voix s'élèvent pour dénoncer le recours à l'armée dans un conflit social, une première depuis 1948. Cette décision, aussi forte qu'inattendue, illustre au fond la difficulté que rencontre depuis longtemps le chef de l'Etat dans le domaine de la sécurité, aujourd'hui son talon d'Achille.

Talon d'Achille par manque d'expérience d'une part. Lors du lancement de sa campagne présidentielle fin 2016, le candidat d'En Marche avait, en effet, été la cible de vives attaques venant de la droite sur sa capacité à incarner la dimension régalienne de l'ordre, consubstantielle au président de la République, chef des Armées. Critique finalement classique, la gauche étant pour la droite toujours trop laxiste… Emmanuel Macron, évidemment bien plus à l'aise dans le domaine économique, a dès lors toujours voulu montrer qu'il était en capacité de se saisir, personnellement, de cette mission régalienne.

Au soir de son élection, c'est par une marche martiale qu'il a parcouru la cour du Louvre en tant que nouveau Président. Une fois à l'Elysée, il a rappelé aux militaires – avec raison mais maladroitement – «je suis votre chef», provoquant la démission inédite du chef d'Etat-major des Armées, le général de Villiers. Un épisode d'autant plus paradoxal qu'Emmanuel Macron a largement conforté le budget des Armées et entretient depuis de bonnes relations avec les militaires.

Mais en matière de sécurité intérieure, les difficultés n'ont pas été levées. C'est que contrairement à ses prédécesseurs, le Président n'a jusqu'à présent pas pu s'appuyer sur des ministres de l'Intérieur incontestés et incontestables, et se retrouve seul en première ligne. Gérard Collomb, la tête à Lyon, n'a jamais vraiment endossé le costume de premier flic de France. Son successeur Christophe Castaner, pourtant lesté d'un adjoint expérimenté Laurent Nuñez, peine à faire corps avec ses troupes et a vu sa crédibilité entachée par sa sortie en boîte de nuit comme par les saccages parisiens du 16 mars.

Talon d'Achille par surenchère sécuritaire d'autre part. Lorsqu'il s'est agi de répondre aux dégradations commises en marge des samedis de manifestation, Emmanuel Macron a repris telle quelle la proposition de loi anticasseurs rédigée par la droite sénatoriale, quitte à faire tanguer sa propre majorité. Comme s'il lui fallait donner des gages de sa volonté de ne rien céder. Et après l'échec du maintien de l'ordre samedi dernier, Emmanuel Macron a donc voulu hausser le ton en mobilisant l'armée via l'opération Sentinelle.

Une décision forte, précipitée voire périlleuse, qui soulève des difficultés opérationnelles (la mission des militaires n'est pas le maintien de l'ordre), introduit de fait une rupture dans le maintien de l'ordre à la française, et, surtout, s'accompagne d'une forte charge symbolique.

Et en démocratie, les symboles comptent souvent autant que les actes. Les bousculer est toujours risqué…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 23 mars 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette… Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la t