Accéder au contenu principal

Relever le niveau

ecole

Pour la deuxième année consécutive, la rentrée scolaire se fera sous la menace de l’épidémie de Covid. Certes, septembre 2021 n’est pas septembre 2020 : la campagne vaccinale a atteint son rythme de croisière et affiche de bons résultats sur les 12-17 ans, l’exécutif, les collectivités locales et le corps enseignants ont appris des précédentes vagues, le protocole sanitaire a été revu et adapté, et s’il reste encore beaucoup d’inconnues, d’agacements et la crainte d’une « épidémie scolaire » que pronostiquent certains épidémiologistes, cette rentrée sera différente sur le plan logistique. En revanche, une crainte diffuse reste la même : entre les confinements du début de l’épidémie, les conséquences de l’école à la maison via internet qui a laissé quelque 500 000 élèves décrocher, l’impact psychologique de la pandémie sur les jeunes, la réforme du bac bousculée au point que le diplôme a été décerné quasiment avec le seul contrôle continu, une question lancinante se pose, celle du niveau des élèves.

Ce n’est évidemment pas la première fois que cette question est sur la table. Depuis une quinzaine d’années, de nombreuses études internationales et notamment l’étude Pisa menée dans les pays de l’OCDE, montrent que la performance du système scolaire français est médiocre et en baisse, en dépit d’un budget de l’éducation nationale qui affiche 76 milliards d’euros pour 2021, le premier de l’état. À l’analyse détaillée, on voit aussi et surtout que le niveau baisse non pas à cause d’une moindre réussite des meilleurs élèves, mais parce que les élèves les moins bons le sont de moins en moins.

Autrement dit, pendant que certains pays comme l’Allemagne, le Portugal ou la Pologne ont mené des réformes pour corriger leur mauvais classement Pisa, notre système scolaire a continué à cultiver à la fois l’élitisme pendant qu’il laissait se creuser les inégalités. Les dernières évaluations des CP et CE1 publiées en novembre 2020 ne disent pas le contraire. Si Jean-Michel Blanquer a estimé qu’on avait « évité la catastrophe » et trouvé dans les mesures qu’il a mises en place les raisons d’une bonne résistance au choc du Covid, il n’en reste pas moins que l’augmentation des inégalités scolaires était déjà présente avant la crise sanitaire, y compris, selon les syndicats enseignants, là où les dédoublements des CP et CE1 ont été opérés… D’ailleurs, la Commission européenne a rappelé que, déjà, avant la crise sanitaire, le contexte socio-économique était le « déterminant le plus important des résultats scolaires dans l’Union européenne », un effet plus marqué « en Hongrie, en Roumanie, en Bulgarie, au Luxembourg, en Slovaquie et en France ».

À sept mois de l’élection présidentielle, voilà une question qui devrait mobiliser les énergies tout en appelant chaque acteur à l’humilité, les différentes alternances politiques ces dernières années n’ayant, d’évidence, pas été couronnées de succès. Regarder ce qui marche ailleurs et peut être appliqué chez nous, éviter les vaines polémiques dogmatiques, laisser aux réformes le temps de s’installer et, surtout, écouter ce que les enseignants ont à dire, serait sans doute un bon début pour relever le niveau.

(Editorial publié dans La Dépêche du mercred 1er septembre 2021

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan