Accéder au contenu principal

Enfin sur les rails...

 

tgv

Les lignes à grande vitesse (LGV) Toulouse-Bordeaux et Montpellier-Perpignan sont-elles enfin sur de bons rails ? Les 5 millions d’Occitans pourront-ils enfin prochainement embarquer gare Matabiau pour un trajet en TGV vers Paris ou gare Saint-Roch pour un voyage vers Barcelone ? Ces questions, cela fait désormais bien trop longtemps que les habitants de la région se les posent. L’impatience a laissé place à l’incompréhension, voire l’exaspération tandis que leur détermination n’a pas varié d’un iota au fil des ans.

En 2017, un sondage Ifop-La Dépêche montrait que 88 % d’entre eux souhaitaient ces deux projets… mais que 52 % craignaient que l’Etat ne tienne pas ses engagements. Tristement prémonitoire quand on voit la lenteur avec laquelle ces dossiers ont avancé, laissant l’Occitanie sur le bord du chemin de la grande vitesse, une région comme oubliée dans le maillage national du TGV… qu’elle a pourtant contribué à financer. À ce que l’on sache, les Occitans ont bien participé par leurs impôts au développement du TGV en France et notre région a bien financé en partie la ligne Bordeaux-Paris… Dès lors, le dossier des deux LGV a jusqu’à présent laissé la désagréable impression que l’Occitanie était moins bien traitée que d’autres par l’Etat, subissant des décisions parisiennes éloignées des réalités du terrain, et se retrouvant victime d’une insupportable fracture ferroviaire avec le reste du pays, comme il peut y avoir des fractures sociales ou numériques.

Bataillant depuis des années contre cette idée d’une France à deux vitesses – celle-là même sur laquelle a émergé en 2018 le mouvement des Gilets jaunes – les élus locaux de tous bords politiques, qui n’ont pas ménagé leur peine pour proposer des solutions de financement, ont cette année enfin eu l’oreille de l’exécutif et plus particulièrement du Premier ministre, alors même que la remise en cause de la coûteuse politique du "tout TGV" pour la SNCF était d’actualité. Il est vrai que Jean Castex, ancien maire de Prades dans les Pyrénées-Orientales, ne pouvait pas ignorer la situation anormale occitane.

Sous la pression de Carole Delga et Jean-Luc Moudenc, ulcérés de voir l’Etat financer sans barguigner 40 % de la LGV Marseille-Nice, le Premier ministre a acté en avril l’engagement de l’Etat à hauteur de 4,1 milliards d’euros, soit 40 % du coût total des 222 kilomètres de la LGV Toulouse-Bordeaux, les collectivités locales participant pour 40 % et l’Union Européenne pour 20 %.

Avec la nomination vendredi 3 septembre du préfet de la région Occitanie, Etienne Guyot, pour boucler le plan complet de financement et prévoir la création d’une société publique de financement, la LGV est enfin sur les rails. Les travaux pourraient démarrer en 2024 pour que Toulouse ne soit plus qu’à 3 h 20 de Paris en 2030, presque 50 ans après l’inauguration de la première ligne TGV Paris-Lyon…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 13 septembre 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat