Accéder au contenu principal

Effet boomerang

 

covid

En nommant début juillet Jean Castex à Matignon, Emmanuel Macron avait trois objectifs. Le premier était d'inaugurer la dernière séquence de son quinquennat, un "monde d'après" centrée sur la relance économique après le difficile confinement. Le second, plus général, était d'opérer un changement de méthode avec les élus locaux : snobés au début du mandat, ils devaient (re)devenir des partenaires avec lesquels l'Etat dialogue de façon respectueuse et constructive. Enfin, le troisième objectif était d'accompagner un changement majeur de stratégie sanitaire : passer de la "guerre" très verticale du début contre le coronavirus, avec l'arme suprême du confinement généralisé, à une phase plus horizontale où, faute d'un vaccin, il faut apprendre à "vivre avec le virus" pour ne pas voir s'effondrer l'économie ; et donc mettre en place des mesures ciblées, locales, prises en concertation entre préfets et maires. Jean Castex, le "monsieur déconfinement" à la geste pompidolienne, le chantre des territoires à l'accent rassurant, semblait ainsi l'homme idéal.

Las ! C'était sans compter l'effet boomerang de la Covid-19... La relance reste toujours devancée par les questions sanitaires dans un contexte de rebond de l'épidémie voire menacée par une kyrielles de plan sociaux à venir, le dialogue de l'exécutif avec les élus locaux reste toujours difficile voire méfiant, et la concertation pour mettre en place des mesures ciblées vient de connaître un spectaculaire cafouillage avec

les annonces de nouvelles restrictions faites mercredi soir par le ministre de la Santé Olivier Véran. En décentralisant les décisions concernant l'épidémie, l'exécutif espérait partager les responsabilités et se concentrer sur la relance ; il se retrouve avec une fronde qui rappelle les batailles entre Girondins et Jacobins... A Marseille, où l'on cède facilement à l'exagération, les élus, rouge de colère, évoquent "un affront" pour n'avoir été prévenus qu'in extremis du passage de la ville en zone d'alerte renforcé, vu comme "une punition". Le gouvernent assume ses décisions au vu de l'évolution de l'épidémie, mais se retrouve désormais plongé dans une défiance généralisée sur l'air du "pourquoi nous et pas les autres" et dans les méandres des contradictions françaises. Car ceux qui pestaient contre le confinement généralisé et réclamaient un stratégie régionale il y a quelques mois sont peu ou prou les mêmes qui aujourd'hui déplorent des décisions locales qui, par essence, s'éloignent d'un cadre national.

Pour le gouvernement, qui s'adapte sans cesse à l'évolution de l'épidémie, la tache est d'autant plus rude qu'il souffre de son pêché originel sur l'utilité des masques, celui-ci faisant que toute parole officielle est suspecte pour une partie de la population voire instrumentalisée à des fins politiques par une partie des élus et des oppositions - qui n'auraient peut-être pas fait mieux si elles étaient aux affaires...

Hier sur France 2, Jean Castex a tenté de faire de la pédagogie pour éteindre la fronde des élus locaux et rassurer les Français dont l'acceptation des mesures restrictives est capitale. Pour le gouvernement "vivre avec le virus" c'est aussi vivre avec une multiplication des polémiques...

(Mon éditorial publié sur ladepeche.fr du vendredi 25 septembre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…