Accéder au contenu principal

Effet boomerang

 

covid

En nommant début juillet Jean Castex à Matignon, Emmanuel Macron avait trois objectifs. Le premier était d'inaugurer la dernière séquence de son quinquennat, un "monde d'après" centrée sur la relance économique après le difficile confinement. Le second, plus général, était d'opérer un changement de méthode avec les élus locaux : snobés au début du mandat, ils devaient (re)devenir des partenaires avec lesquels l'Etat dialogue de façon respectueuse et constructive. Enfin, le troisième objectif était d'accompagner un changement majeur de stratégie sanitaire : passer de la "guerre" très verticale du début contre le coronavirus, avec l'arme suprême du confinement généralisé, à une phase plus horizontale où, faute d'un vaccin, il faut apprendre à "vivre avec le virus" pour ne pas voir s'effondrer l'économie ; et donc mettre en place des mesures ciblées, locales, prises en concertation entre préfets et maires. Jean Castex, le "monsieur déconfinement" à la geste pompidolienne, le chantre des territoires à l'accent rassurant, semblait ainsi l'homme idéal.

Las ! C'était sans compter l'effet boomerang de la Covid-19... La relance reste toujours devancée par les questions sanitaires dans un contexte de rebond de l'épidémie voire menacée par une kyrielles de plan sociaux à venir, le dialogue de l'exécutif avec les élus locaux reste toujours difficile voire méfiant, et la concertation pour mettre en place des mesures ciblées vient de connaître un spectaculaire cafouillage avec

les annonces de nouvelles restrictions faites mercredi soir par le ministre de la Santé Olivier Véran. En décentralisant les décisions concernant l'épidémie, l'exécutif espérait partager les responsabilités et se concentrer sur la relance ; il se retrouve avec une fronde qui rappelle les batailles entre Girondins et Jacobins... A Marseille, où l'on cède facilement à l'exagération, les élus, rouge de colère, évoquent "un affront" pour n'avoir été prévenus qu'in extremis du passage de la ville en zone d'alerte renforcé, vu comme "une punition". Le gouvernent assume ses décisions au vu de l'évolution de l'épidémie, mais se retrouve désormais plongé dans une défiance généralisée sur l'air du "pourquoi nous et pas les autres" et dans les méandres des contradictions françaises. Car ceux qui pestaient contre le confinement généralisé et réclamaient un stratégie régionale il y a quelques mois sont peu ou prou les mêmes qui aujourd'hui déplorent des décisions locales qui, par essence, s'éloignent d'un cadre national.

Pour le gouvernement, qui s'adapte sans cesse à l'évolution de l'épidémie, la tache est d'autant plus rude qu'il souffre de son pêché originel sur l'utilité des masques, celui-ci faisant que toute parole officielle est suspecte pour une partie de la population voire instrumentalisée à des fins politiques par une partie des élus et des oppositions - qui n'auraient peut-être pas fait mieux si elles étaient aux affaires...

Hier sur France 2, Jean Castex a tenté de faire de la pédagogie pour éteindre la fronde des élus locaux et rassurer les Français dont l'acceptation des mesures restrictives est capitale. Pour le gouvernement "vivre avec le virus" c'est aussi vivre avec une multiplication des polémiques...

(Mon éditorial publié sur ladepeche.fr du vendredi 25 septembre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan