Accéder au contenu principal

Obligation de consensus

5G

 

"Le meilleur moyen de se délivrer de la tentation… c’est d’y céder". Emmanuel Macron avait-il en tête cette phrase d’Oscar Wilde lorsqu’il s’est présenté lundi soir devant les start-up de la French Tech ? En tout cas, devant un auditoire acquis d’avance, le président de la République, qui voulait faire de la France une start-up nation au début du quinquennat, n’y est pas allé de main morte pour répondre aux élus écologistes et de gauche – dont ses opposants Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot – qui ont réclamé dimanche un moratoire sur le déploiement en France de la 5G. "J’entends beaucoup de voix qui s’élèvent pour nous expliquer qu’il faudrait relever la complexité des problèmes contemporains en revenant à la lampe à huile ! Je ne crois pas que le modèle Amish permette de régler les défis de l’écologie contemporaine", a taclé le chef de l’État, faisant référence à cette communauté religieuse américaine hostile à la technologie et qui vit comme au XVIIIe siècle. Cette nouvelle petite phrase cinglante a sans surprise immédiatement fait réagir, suscitant tollé et tweets rageurs. Mais au-delà de cette pique provocatrice et très politique, dont on peut juger très maladroit le bien-fondé, Emmanuel Macron soulève une vraie question : le rapport des Français à la science et à la technologie et l’inquiétante défiance qui s’est installée.

C’est peu dire, en effet, que depuis plusieurs années, les polémiques sur l’environnement, la santé, les technologies et les sciences se sont multipliées et les discussions se sont tellement polarisées qu’on n’arrive plus à débattre sereinement de nombreuses questions comme les organismes génétiquement modifiés, les vaccins, les ondes électromagnétiques de la téléphonie mobile – dont la 5G – le compteur communicant Linky, le nucléaire et plus récemment encore les masques pour lutter contre le coronavirus. Là où il faudrait de la prudence, de l’écoute, de la nuance, on assiste à des affrontements, des arguments parfois spécieux, de vrais fake news voire des théories complotistes. Les scientifiques, qui doutent par essence, n’arrivent plus à se faire entendre dans le brouhaha des réseaux sociaux qui entretiennent l’entre-soi ou sur les plateaux des chaînes d’information en continu qui ne se nourrissent que de clashs entre pseudos experts toutologues… Idem pour les institutions dont la moindre parole est contestée… Chacun est désormais sommé de choisir son camp, et malheur à ceux qui voudraient faire la part des choses. La situation s’est par ailleurs d’autant plus complexifiée que le principe de précaution, une belle idée pourtant, s’est délité au point de devenir un principe de refus a priori pour les tenants d’un illusoire risque zéro.

Comment retrouver un peu de sérénité ? La question semble insoluble tant les positions sont tranchées et paraissent irréconciliables autour d’une position commune. Et pourtant, cette capacité à dégager un consensus, en tenant compte des connaissances et des risques sanitaires, est capitale si l’on ne veut pas que la France et l’Europe ratent les innovations qui vont façonner le siècle et voient leurs souverainetés dominées par d’autres…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 16 septembre 2020)


Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Amers adieux

Un anniversaire… qui vire aux adieux. Air France, qui fête cette année ses 90 ans, a annoncé hier, à la surprise générale, qu’elle allait quitter en 2026 l’aéroport d’Orly et recentrer ses vols intérieurs sur son hub de Roissy-Charles de Gaulle. En quittant ainsi le deuxième aéroport du pays, la compagnie française tourne la page d’une histoire qui avait commencé en 1952, année de son arrivée à Orly. Histoire partagée depuis par des millions de Français qui, tous, peu ou prou, pour le travail ou les loisirs, ont un jour pris un avion d’Air France pour Paris-Orly, ont parfois confondu Orly-Ouest et Orly-Sud, ont accompagné le développement de la compagnie avec le lancement des Navettes vers Toulouse, Nice, Bordeaux, Marseille puis Montpellier, ont découvert au fil des ans les nouveaux Airbus, apprécié la qualité du service à bord, puis, une fois arrivés, emprunté l’OrlyVal pour rejoindre le centre de Paris ou continuer leur voyage avec une correspondance. Si l’annonce du départ d’Air Fr