Accéder au contenu principal

Un tartuffe à la barre

fillon
European People's Party — EPP Summit, Brussels, December 2016


Avec le procès de François Fillon et de son épouse qui s’ouvre ce lundi devant le tribunal correctionnel de Paris, pour les chefs de "détournement de fonds publics" sur plusieurs périodes entre 1998 et 2013, "complicité et recel" de ce délit, "complicité et recel d’abus de biens sociaux" et "manquement aux obligations déclaratives de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique", c’est bien sûr une incroyable affaire judiciaire qui trouve son aboutissement après une minutieuse enquête.

Mais c’est aussi la fin d’un long chapitre de l’histoire politique française en général et de l’histoire de la droite en particulier – faite de rivalités, de rancunes et de trahisons à répétition – qui va s’inviter à la barre. Car cette affaire du Penelopegate a précipité la droite dans la défaite à l’élection présidentielle de 2017 en l’empêchant de se qualifier pour le second tour – une première dans la Ve République – et en la laissant dans un état de champs de ruines dont elle n’est toujours pas sortie et sur lequel Emmanuel Macron a bâti son nouveau monde.

Surtout, ce procès est avant tout celui de l’orgueil d’un homme qui a refusé de se retirer car estimant que son heure était venue. Pendant quarante ans, François Fillon, qui n’aura vécu que pour et par la politique, aura accompagné, collé même, aux soubresauts et aux revirements de sa famille politique jusqu’en 2016 où il était persuadé de pouvoir enfin concourir à une présidentielle imperdable… qu’il perdit pourtant après d’inattendues révélations sur le système familial qu’il avait mis en place pour tirer le maximum de profits personnels de ses mandats. Au fil de sa campagne-calvaire est de plus apparu le mélange des genres entre ses différentes casquettes de lobbyiste, d’intermédiaire, de député, et de candidat à l’élection présidentielle qu’il a maniées aux frontières de la légalité et du conflit d’intérêts.

Dès lors, ce procès va constituer la mise à nu d’un tartuffe. Car pendant quatre décennies François Fillon avait construit son programme, mais aussi son personnage public, sur des idées de rigueur, de sobriété, de modestie, d’honnêteté, de constance, de probité. Elles n’étaient donc que le paravent d’un homme obsédé par l’argent et les vêtements de luxe, et visiblement prêt à tout pour satisfaire ses envies…

À l’instar de l’affaire Cahuzac, l’affaire Fillon a eu le mérite de resserrer les exigences de transparence démocratique en mettant un terme à des pratiques dont l’ancien Premier ministre n’était, certes, pas le seul à profiter. Mais il y a encore du travail pour combler le fossé qui s’est creusé entre le peuple et ses représentants. L’exemplarité républicaine est décidément un long chemin…

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E