Accéder au contenu principal

Un tartuffe à la barre

fillon
European People's Party — EPP Summit, Brussels, December 2016


Avec le procès de François Fillon et de son épouse qui s’ouvre ce lundi devant le tribunal correctionnel de Paris, pour les chefs de "détournement de fonds publics" sur plusieurs périodes entre 1998 et 2013, "complicité et recel" de ce délit, "complicité et recel d’abus de biens sociaux" et "manquement aux obligations déclaratives de la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique", c’est bien sûr une incroyable affaire judiciaire qui trouve son aboutissement après une minutieuse enquête.

Mais c’est aussi la fin d’un long chapitre de l’histoire politique française en général et de l’histoire de la droite en particulier – faite de rivalités, de rancunes et de trahisons à répétition – qui va s’inviter à la barre. Car cette affaire du Penelopegate a précipité la droite dans la défaite à l’élection présidentielle de 2017 en l’empêchant de se qualifier pour le second tour – une première dans la Ve République – et en la laissant dans un état de champs de ruines dont elle n’est toujours pas sortie et sur lequel Emmanuel Macron a bâti son nouveau monde.

Surtout, ce procès est avant tout celui de l’orgueil d’un homme qui a refusé de se retirer car estimant que son heure était venue. Pendant quarante ans, François Fillon, qui n’aura vécu que pour et par la politique, aura accompagné, collé même, aux soubresauts et aux revirements de sa famille politique jusqu’en 2016 où il était persuadé de pouvoir enfin concourir à une présidentielle imperdable… qu’il perdit pourtant après d’inattendues révélations sur le système familial qu’il avait mis en place pour tirer le maximum de profits personnels de ses mandats. Au fil de sa campagne-calvaire est de plus apparu le mélange des genres entre ses différentes casquettes de lobbyiste, d’intermédiaire, de député, et de candidat à l’élection présidentielle qu’il a maniées aux frontières de la légalité et du conflit d’intérêts.

Dès lors, ce procès va constituer la mise à nu d’un tartuffe. Car pendant quatre décennies François Fillon avait construit son programme, mais aussi son personnage public, sur des idées de rigueur, de sobriété, de modestie, d’honnêteté, de constance, de probité. Elles n’étaient donc que le paravent d’un homme obsédé par l’argent et les vêtements de luxe, et visiblement prêt à tout pour satisfaire ses envies…

À l’instar de l’affaire Cahuzac, l’affaire Fillon a eu le mérite de resserrer les exigences de transparence démocratique en mettant un terme à des pratiques dont l’ancien Premier ministre n’était, certes, pas le seul à profiter. Mais il y a encore du travail pour combler le fossé qui s’est creusé entre le peuple et ses représentants. L’exemplarité républicaine est décidément un long chemin…

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …