Accéder au contenu principal

Alertes rouges

tomate


Le hasard du calendrier aura voulu que le ToBRFV, le "virus de la tomate", dont la présence a été confirmée dans des serres du Finistère et qui fait peser un risque économique pour toute la filière, apparaisse au moment où le monde est en crise avec une crise sanitaire majeure, celle du coronavirus chinois CoViD-19. D’un côté comme de l’autre, l’on fait face à des maladies sans traitement connu, potentiellement mortelles et qui, toutes proportions gardées, partagent trois traits communs.

Le premier, c’est la rapidité de propagation. Dans un monde à l’économie globalisée, l’accroissement permanent de la circulation des marchandises et des personnes, le brassage des denrées et des individus favorisent la dissémination de nombreuses maladies infectieuses. Comme le rappelait récemment le Haut conseil de la santé publique, "le vieux concept de maladies tropicales, ou de maladies exotiques, est en passe de perdre sa spécificité." Le coronavirus s’est diffusé dans le monde très rapidement et a touché plus rapidement plus d’individus que le Sras il y a vingt ans. Le virus de la tomate, apparu en 2014 en Israël, mais aussi d’autres maladies comme celle qui touche les oliviers, s’est diffusé plus lentement mais tout aussi sûrement en passant par la Jordanie, le Mexique ou les Etats-Unis. La progression des maladies des plantes et cultures est de plus parfois facilitée par les conséquences du réchauffement climatique, par les importations illégales et parfois par le commerce de semences ou de végétaux hôtes.

Le second point commun entre ToBRFV et CoViD-19, c’est le besoin absolu de transparence pour endiguer – ou tenter de le faire – ces épidémies. En refusant d’écouter les lanceurs d’alerte de Wuhan, les autorités chinoises, locales et nationales, ont perdu du temps et ont vraisemblablement permis une première dissémination dans la région du Hubei qui aurait, peut-être, pu être empêchée. En lançant dès le 3 février une alerte sur le virus de la tomate, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a permis à toute la filière de production de tomates de prendre les premières mesures prophylactiques. Et dans un cas comme dans l’autre, c’est le respect des consignes de confinement qui permet de limiter la propagation.

Enfin, le troisième point commun entre les deux virus, c’est la communauté scientifique qui est mobilisée. La recherche d’un vaccin contre le coronavirus implique ainsi des laboratoires publics et des biotechs dans plusieurs pays engagés dans une course contre la montre. La recherche biologique est de son côté beaucoup plus complexe. On peut être tenté de recourir à des pesticides qui impactent négativement l’environnement ou des plantes génétiquement modifiées auxquelles le grand public n’adhère pas. Il existe toutefois une autre voie qui a été illustrée de façon éclatante en 2017. L’Institut national de la recherche agronomique a créé par croisements une nouvelle variété de tomate, non-génétiquement modifiée, plus goûteuse et résistante à huit pathologies, donc nécessitant moins de pesticides.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 19 février 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio