Accéder au contenu principal

Question de confiance

linky


Décidément, le déploiement du compteur connecté Linky n’est pas un long fleuve tranquille pour EDF et Engie. Depuis 2015, le lancement de ce compteur high-tech qui doit remplacer les vieux compteurs de quelque 35 millions de foyers d’ici fin 2021, cumule les embûches, subit les fake news et endure de multiples procédures judiciaires, au point d’apparaître in fine comme une opération dont les difficultés n’ont pas été suffisamment appréhendées et anticipées, particulièrement sur trois points.

Premier point, l’installation même des appareils. Dans les semaines qui ont suivi le début du déploiement, le compteur Linky a d’abord subi les foudres de particuliers concernant le remplacement des anciens compteurs. Un remplacement fait parfois à la hussarde, notamment chez les personnes âgées, par des sous-traitants peu respectueux. Particuliers, syndics de copropriété voire mairies se sont alors tournés vers la justice pour empêcher l’installation des compteurs Linky, qui contribuent pourtant à l’exercice d’une mission de service public. La justice, au lieu d’adopter une position claire sur tout le territoire, a fait du cas par cas, interdisant ici, autorisant là, ajoutant, de fait, à la confusion.

Second point d’achoppement, les conséquences des ondes émises par le nouveau compteur sur la santé humaine. En dépit de plusieurs études scientifiques qui ont montré l’innocuité des compteurs Linky sur la santé et l’absence de lien de causalité entre l’installation d’un compteur et des pathologies attribuées à une hypersensibilité aux champs électromagnétiques, le doute a persisté dans l’opinion. D’autant plus que des personnes souffrant d’hypersensibilité ont obtenu gain de cause devant des tribunaux. Dès lors, nombreux sont ceux qui, au nom du principe de précaution, réclament un moratoire, estimant qu’il faut poursuivre les recherches sur le sujet.

Enfin, troisième point de friction, la mise en demeure que vient d’adresser hier la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) à EDF et Engie pour non-respect de certaines conditions de recueil du consentement concernant les données des compteurs communicants, et pour une durée de stockage de ces données excessive. Ce troisième point – qui avait suscité quelques craintes en 2015 – avait été éclipsé par les deux premiers. Il est pourtant essentiel car consubstantiel au projet Linky. Le nouveau compteur procède, en effet, d’un vaste projet industriel qui doit moderniser notre réseau électrique, l’adapter à l’évolution des modes de consommation (par exemple l’émergence de la voiture électrique), et évidemment garantir sa sûreté. Les données (de consommation et de production) sont la clé de voûte de cette architecture et doivent permettre de mieux planifier, mieux anticiper, mieux entretenir et mieux maîtriser la consommation, notamment pour les particuliers qui peuvent en espérer des économies.

Le défaut patent de transparence dans la collecte des données, l’absence d’une information compréhensible par tous, la non-prise en compte de particularités comme les électrosensibles, a fait que la défiance s’est installée. La mise en demeure de la Cnil peut être une chance pour rétablir, enfin, la confiance.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 12 février 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…

Les armes dans la peau

Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc da…