Accéder au contenu principal

Question de confiance

linky


Décidément, le déploiement du compteur connecté Linky n’est pas un long fleuve tranquille pour EDF et Engie. Depuis 2015, le lancement de ce compteur high-tech qui doit remplacer les vieux compteurs de quelque 35 millions de foyers d’ici fin 2021, cumule les embûches, subit les fake news et endure de multiples procédures judiciaires, au point d’apparaître in fine comme une opération dont les difficultés n’ont pas été suffisamment appréhendées et anticipées, particulièrement sur trois points.

Premier point, l’installation même des appareils. Dans les semaines qui ont suivi le début du déploiement, le compteur Linky a d’abord subi les foudres de particuliers concernant le remplacement des anciens compteurs. Un remplacement fait parfois à la hussarde, notamment chez les personnes âgées, par des sous-traitants peu respectueux. Particuliers, syndics de copropriété voire mairies se sont alors tournés vers la justice pour empêcher l’installation des compteurs Linky, qui contribuent pourtant à l’exercice d’une mission de service public. La justice, au lieu d’adopter une position claire sur tout le territoire, a fait du cas par cas, interdisant ici, autorisant là, ajoutant, de fait, à la confusion.

Second point d’achoppement, les conséquences des ondes émises par le nouveau compteur sur la santé humaine. En dépit de plusieurs études scientifiques qui ont montré l’innocuité des compteurs Linky sur la santé et l’absence de lien de causalité entre l’installation d’un compteur et des pathologies attribuées à une hypersensibilité aux champs électromagnétiques, le doute a persisté dans l’opinion. D’autant plus que des personnes souffrant d’hypersensibilité ont obtenu gain de cause devant des tribunaux. Dès lors, nombreux sont ceux qui, au nom du principe de précaution, réclament un moratoire, estimant qu’il faut poursuivre les recherches sur le sujet.

Enfin, troisième point de friction, la mise en demeure que vient d’adresser hier la Commission nationale de l’informatique et des libertés (Cnil) à EDF et Engie pour non-respect de certaines conditions de recueil du consentement concernant les données des compteurs communicants, et pour une durée de stockage de ces données excessive. Ce troisième point – qui avait suscité quelques craintes en 2015 – avait été éclipsé par les deux premiers. Il est pourtant essentiel car consubstantiel au projet Linky. Le nouveau compteur procède, en effet, d’un vaste projet industriel qui doit moderniser notre réseau électrique, l’adapter à l’évolution des modes de consommation (par exemple l’émergence de la voiture électrique), et évidemment garantir sa sûreté. Les données (de consommation et de production) sont la clé de voûte de cette architecture et doivent permettre de mieux planifier, mieux anticiper, mieux entretenir et mieux maîtriser la consommation, notamment pour les particuliers qui peuvent en espérer des économies.

Le défaut patent de transparence dans la collecte des données, l’absence d’une information compréhensible par tous, la non-prise en compte de particularités comme les électrosensibles, a fait que la défiance s’est installée. La mise en demeure de la Cnil peut être une chance pour rétablir, enfin, la confiance.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 12 février 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan