Accéder au contenu principal

Les vignobles à l’épreuve

vin


Les producteurs français de vin ont le blues. Dans les allées du salon Wine Paris-Vinexpo, premier événement de l’année pour les professionnels, qui vient de s’achever, l’heure est à l’inquiétude. Car depuis plusieurs mois, les nuages s’amoncellent au-dessus des vignobles français et donc aussi ceux d’Occitanie.

Inquiétude la plus exprimée, celle de la surtaxation à l’importation par les Etats-Unis. Ulcéré de voir l’Europe, et la France au premier rang, s’attaquer via une taxe GAFA à l’optimisation fiscale des géants d’internet – tous américains – Donald Trump a brandi l’été dernier la menace de mesures de rétorsion visant, entre autres, les vins français. "J’ai toujours dit que le vin américain était meilleur que le vin français !" fanfaronnait l’hôte de la Maison Blanche – qui ne boit pourtant jamais une goutte de vin. Instaurée en octobre, cette taxe de 25 % sur certains vins a eu des conséquences catastrophiques pour nombre de viticulteurs : les exportations se sont effondrées de 44 % en novembre… Dur pour la France qui exporte pour 1,6 milliard d’euros de ses bouteilles outre-Atlantique.

Depuis le mois dernier, un nouvel écueil menace les exportations : l’épidémie du coronavirus. Pour faire face au CoViD-19, la Chine est quasiment en quarantaine et les échanges économiques se sont réduits. Pire, la foire des vins et spiritueux de Chengdu, le plus grand salon professionnel dédié aux boissons alcoolisées en Chine continentale, a été reportée… Un coup d’autant plus dur que les importations de vins en Chine étaient orientées à la baisse.

Au-delà des seules exportations, les viticulteurs français doivent faire face à au moins d’autres problèmes domestiques. Le premier, récurrent, a donné lieu à une vive polémique au moment des fêtes entre professionnels du vin et addictologues autour de l’opération "Janvier sans alcool". Entre ceux qui dénoncent – à raison – les dangers de l’alcool et ceux qui plaident – à raison tout autant – pour la prise en compte du vin comme partie intégrante du patrimoine français, le débat a tout sauf été modéré.

Vient ensuite l’épineux dossier de l’usage des pesticides qui va franchir ce vendredi une étape-clé avec la décision du Conseil d’Etat sur le décret encadrant l’usage de ces substances, notamment sur les distances de précaution instaurées entre les zones d’épandage et les habitations.

Mais il est une autre menace beaucoup plus grave que toutes les autres pour les vignobles : le réchauffement climatique. La hausse de 2° des températures est inéluctable et sera atteinte bien avant 2050, ce qui va provoquer de profonds bouleversements. Floraison et vendanges plus précoces, augmentation du niveau alcoolique, difficulté à irriguer en raison de la multiplication des sécheresses, etc.

Les vignerons vont devoir s’adapter à ces nouvelles contraintes en travaillant sur les cépages ou les techniques de culture. Un véritable défi dans lequel se joue l’avenir d’une filière économique importante pour le pays mais aussi une part de l’art de vivre à la française.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 14 février 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E