Accéder au contenu principal

Nouvelles pratiques


"Le cinéma est un mélange parfait de vérité et de spectacle" disait François Truffaut. Si le réalisateur des 400 coups parlait des œuvres sur grand écran, son analyse peut aujourd’hui s’appliquer au milieu du cinéma français lui-même. Car depuis plusieurs semaines maintenant, le 7e art hexagonal est traversé par des vérités peu reluisantes et offre un singulier spectacle qui devrait logiquement le conduire à adopter de nouvelles pratiques. Ce serait là le seul moyen pour éviter que la 45e cérémonie des César qui se tient ce soir ne soit la dernière, engloutie par trois dossiers majeurs.

Le premier est celui des agressions sexuelles et des viols subis par des actrices. Si la libération de la parole des femmes a été déclenchée aux Etats-Unis par le mouvement #MeToo lors de l’affaire Weinstein, en France, cette parole-là aussi s’est libérée et doit être, mieux qu’écoutée, entendue. Après parfois de nombreuses années de silence, c’est avec beaucoup de pudeur et énormément de courage que des actrices nous racontent ce que leur ont fait subir des réalisateurs qui se croyaient tout permis et surtout protégés par un microcosme qui a trop souvent fermé les yeux. Dès lors Roman Polanski – visé par une nouvelle accusation de viol et toujours poursuivi par la justice américaine – apparaît aux yeux des défenseurs des victimes comme le symbole de ces comportements. Pas question de dissocier l’homme de l’œuvre et de le récompenser de César pour ces féministes qui avaient appelé à boycotter son "J’accuse" et s’apprêtaient à perturber la cérémonie s’il s’y rendait. Pour autant, si l’artiste et l’œuvre sont évidemment liés, ils ne sauraient se confondre. Si le comportement d’un homme est pénalement répréhensible, son œuvre devrait-elle subir l’opprobre et la censure ? Et dans ce cas qui se chargerait de lister les "bonnes" et les "mauvaises" œuvres, au cinéma comme dans la littérature ? "On ne peut pas forcer les gens à aller au cinéma ! Ou alors, on change de régime…" expliquait en 2013 Ettore Scola, qu’on peut extrapoler en disant qu’en démocratie on ne peut pas interdire au public de se faire sa propre opinion sur des œuvres, dès lors que celles-ci n’enfreignent pas la loi. D’ailleurs, nombre d’actrices victimes, comme Adèle Haenel, ne réclament aucunement un boycott des films de leurs agresseurs, mais plutôt des projections accompagnées de débats. Moins d’obscurité, plus de transparence.

Le second dossier qui mine cette année les César concerne la gouvernance de l’Académie. Dénonçant des "dysfonctionnements", une "opacité des comptes" et des statuts marqués par la cooptation, 400 personnalités du cinéma qui réclamaient une "réforme en profondeur" de l’institution, ont provoqué la démission collective du conseil d’administration présidé par Alain Terzian. Là aussi moins d’obscurité, plus de transparence.

Enfin, dernier dossier qui secoue le cinéma français – et qui a déjà été plusieurs fois abordé aux Oscars : celui de la représentation de la diversité. Une trentaine de réalisateurs et d’acteurs réclament une meilleure représentation dans le cinéma français des artistes issus des Dom-Tom et des immigrations africaine et asiatique, trop souvent cantonnés aux rôles secondaires ou stéréotypés. Là aussi il y a besoin de moins d’obscurité dans les castings et de plus de transparence.

Ces trois dossiers sont ainsi autant de défis à relever afin que le cinéma reflète davantage la société pour mieux la transcender.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 28 février 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan