Accéder au contenu principal

Bombe à fragmentation

Alexandra de Taddeo, Piotr Pavleski et à droite l'avocat Juan Branco./ Photo DR


La renonciation à la candidature à la mairie de Paris de Benjamin Griveaux, après la publication de vidéos intimes à caractère sexuel, n’a pas suffi à éteindre l’affaire. Car celle-ci, cette "bombe Griveaux" comme nous le titrions à notre Une samedi, est une bombe à fragmentation qui entraîne de multiples conséquences dépassant très largement la seule personne de l’ancien ministre. Au-delà des débats sans fin sur l’imprudence ou l’impudence de Benjamin Griveaux d’avoir partagé, comme le premier adolescent venu, des vidéos très personnelles sans imaginer ce qu’elles pourraient devenir un jour, au-delà des suites judiciaires, l’affaire touche deux points majeurs.

Le premier, c’est le débat qu’elle a immédiatement suscité – réactivé plus précisément – sur l’anonymat des réseaux sociaux. Un débat plutôt étonnant puisqu’en l’espèce, les vidéos et les échanges de Benjamin Griveaux ont été publiés sur un site web et revendiqués par l’activiste russe Piotr Pavlenski. Les réseaux sociaux – qui n’ont jamais hébergé les contenus en question – ne sont intervenus que dans un second temps lorsque le lien du site a été mis en avant par deux personnes, elles aussi parfaitement identifiées – le Dr Laurent Alexandre et le député ex-LREM Joachim Son-Forget – qui ont contribué à l’emballement. En s’appuyant sur l’affaire Griveaux pour réclamer à hauts cris une législation pour lever l’anonymat sur les réseaux sociaux, certains parlementaires et commentateurs se trompent d’évidence de combat. D’une part, parce que la législation actuelle impose déjà aux plateformes numériques de lever les pseudonymes en cas de publications délictueuses si la justice le leur demande et d’autre part parce que l’anonymat a aussi ses vertus. Il permet aux lanceurs d’alerte de s’exprimer sans crainte de représailles, aux femmes violentées de témoigner sans peur, etc. Empêcher la publication sous pseudonyme relève davantage de régimes dictatoriaux que de démocraties matures.

Le second dossier que soulève l’affaire Griveaux a été souligné par son principal adversaire, Cédric Villani, lorsque celui-ci a réagi le premier en estimant que "l’attaque indigne qu’il subit est une menace grave pour notre démocratie." De fait, au-delà du détestable procédé qui consiste à violer l’intimité d’un candidat pour le déstabiliser, c’est bien une attaque contre la démocratie dont il est question puisqu’il s’agit d’en miner un moment clé, le scrutin, via des publications numériques volées ou mensongères. Ces perturbations n’ont cessé de se multiplier ces dernières années, de l’élection de Donald Trump en passant par le référendum sur le Brexit, du piratage des e-mails d’Hillary Clinton à ceux des équipes d’Emmanuel Macron et jusqu’aux élections européennes qui ont vu de nombreuses tentatives de piratage d’organismes européens, notamment en provenance de hackers liés à la Russie.

Dès lors, l’affaire Griveaux constitue une alerte pour les responsables publics et doit les inviter à relever trois défis : la nécessité de connaître et de maîtriser les outils numériques, ce qui passe par davantage de formation, d’éducation ; la nécessité de donner les moyens à la justice d’intervenir plus rapidement ; et la nécessité, enfin, de muscler la lutte contre les ingérences, d’où qu’elles viennent.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 18 février 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan