Accéder au contenu principal

Clarification

debat


Après leur débat d’entre deux tours de l’élection présidentielle, suivi mercredi soir par quelque 15,6 millions de téléspectateurs – bien moins qu’en 2017 – Emmanuel Macron et Marine Le Pen ont retrouvé hier le terrain pour la dernière ligne droite de la campagne qui s’achève ce soir. Hier matin, ils ont laissé leurs soutiens décrypter le débat et donner leur avis sur les prestations de leurs champions ; ceux du président sortant l’ayant trouvé forcément solide et compétent, ceux de Marine Le Pen se plaignant du ton professoral et arrogant du chef de l’État… tout en se gardant de trop revenir sur les difficultés rencontrées par la candidate RN. Car à désormais 48 heures du second tour, ce débat – le premier et le seul auquel aura participé M. Macron – sans réelle surprise, courtois mais parfois tendu, a permis de décrypter très concrètement les propositions des deux candidats.

Bien plus que toutes les injonctions parfois paternalistes et moralisatrices qui appellent les Français depuis le 10 avril à faire barrage pour la troisième fois en vingt ans à une extrême droite qui n’a cessé de progresser, le décorticage des propositions de Marine Le Pen effectué en direct par Emmanuel Macron s’est avéré la méthode la plus efficace pour en souligner les approximations, les incohérences voire l’infaisabilité constitutionnelle. Sur le pouvoir d’achat, la laïcité, les relations internationales, l’énergie… le président sortant a su dévoiler les dessous de propositions avenantes en surface, « ripolinées en façade », mais parties prenantes d’un programme d’extrême droite qui n’a finalement pas bougé d’un iota depuis des années, toujours aussi porteur de divisions et de chaos économique et social. Parfois sonnée par l’aplomb de son adversaire, Marine Le Pen a été, elle, dans l’incapacité d’en faire autant et de le contrer en soulignant ses quelques oublis ou tout simplement en parlant de son bilan.

Au final, ce débat a participé à la clarification très nette qui manquait depuis le début de la campagne et que les derniers rendez-vous de ce vendredi ne devraient pas modifier. C’est en toute connaissance de cause que les électeurs vont désormais pouvoir choisir dimanche – par adhésion ou élimination – entre deux projets aux antipodes, deux propositions d’avenir pour le pays radicalement différentes, deux conceptions aussi de l’exercice de l’État et de la République qui garantit notamment l’égalité des droits entre tous les citoyens, le respect les libertés fondamentales dont le droit à la libre expression et la laïcité. L’un des candidats inscrit son projet – aussi critiquable soit-il – dans ce champ républicain, l’autre nous en éloignerait irrémédiablement.

(Editorial publié dans La Dépêche du vendredi 22 avril 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan