Accéder au contenu principal

La République nous appelle

 

macron le pen

« Il n’y a rien dans le monde qui n’ait son moment décisif, et le chef-d’œuvre de la bonne conduite est de connaître et de prendre ce moment. » Le grand photographe Henri Cartier-Bresson avait mis en exergue cette citation du cardinal de Retz dans son livre publié en 1952 et fait sa marque de cet « instant décisif », ce moment bref, assurément éphémère, qui peut déboucher sur une rupture, une profonde bascule. Mais où tout ce qui le précède, le suspense d’avant l’événement, porte des signaux d’alerte pour peu qu’on y soit attentif.

En politique, chaque élection, et plus encore l’élection présidentielle, clef de voûte de nos institutions, a aussi son instant décisif : le moment du vote, du choix. Un choix décisif que vont faire ce dimanche 48,7 millions d’électeurs appelés aux urnes pour déterminer qui d’Emmanuel Macron ou de Marine Le Pen doit devenir chef de l’État pour les cinq ans qui viennent. Pour la troisième fois en vingt ans, un front républicain veut éclairer ce choix décisif que le pays va faire, car la possibilité d’une rupture avec les valeurs démocratiques qui fondent la République, d’une bascule vers l’inconnu, la division et le chaos est toujours là. Par lassitude de revivre la même configuration qu’en 2002 et 2017, par refus de devoir choisir par rejet plutôt que par adhésion, par la certitude que, finalement, cette bascule est impossible, par colère contre un système où ils se sentent mal ou pas représentés, ou encore par déception vis-à-vis de leur famille politique éliminée au premier tour, de nombreux électeurs vont décider de ne pas voter ou de voter blanc ou nul.

Un non-choix risqué car une bascule reste pourtant bien possible : qui imaginait l’élection de Trump ? Qui imaginait le vote en faveur du Brexit d’une Grande Bretagne pourtant si proche et pleinement actrice de l’Union européenne ? Les Français qui votent aujourd’hui doivent penser à ces instants décisifs et à leurs conséquences, à la responsabilité qu’ils prennent pour l’avenir du pays mais aussi vis-à-vis de nos partenaires et de nos alliés qui comptent sur la France.

Le choix décisif de ce dimanche, qui ne saurait être un blanc-seing pour le vainqueur, devra aussi déboucher sur des décisions ambitieuses pour rénover notre vie démocratique. Peut-on se satisfaire de tels taux d’abstention ? La démocratie ne s’use que si l’on ne s’en sert pas : il est temps de proposer un nouveau cadre, de nouvelles règles institutionnels. Pour réenchanter la politique et redonner aux Français l’envie de s’engager dans les affaires de la cité, les pistes ne manquent pas, entre la proportionnelle, le retour au septennat, le vote obligatoire, le référendum d’initiative citoyenne, la démocratie participative, une nouvelle étape de la décentralisation…

« Une république n’est point fondée sur la vertu ; elle l’est sur l’ambition de chaque citoyen, qui contient l’ambition des autres » disait Voltaire. Ce dimanche, la République nous appelle. Soyons au rendez-vous et soyons ambitieux.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du dimanche 24 avril 2022)


Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan