Accéder au contenu principal

Les mystères de Notre-Dame


Il y a trois ans nous regardions, en direct à la télévision, les flammes d’un incendie géant ravager l’un des joyaux de notre patrimoine, la cathédrale Notre-Dame de Paris. Le ciel de la capitale obscurci par l’immense panache de fumée, la flèche de Viollet-le-Duc, incandescente, en train de s’effondrer sous nos yeux, l’impuissance des pompiers qui ont tout tenté pour sauver la toiture de l’édifice, la stupeur dans les yeux de tous ceux qui étaient témoins de cette scène qu’on n’aurait pas imaginée, restent gravés dans nos mémoires.

Qu’on soit Parisien ou provincial, qu’on soit chrétien, musulman, juif ou athée, l’émotion qui nous a étreint à ce moment-là était celle que l’on ressent lorsqu’un symbole de la France est atteint, lorsqu’un haut lieu de notre Histoire est menacé de disparition. Car de Charles VII à Henri IV, de la Révolution française à la Libération, du couronnement de Napoléon Bonaparte à la conversion de Paul Claudel, des mariages royaux aux obsèques présidentielles, la cathédrale Notre-Dame a marqué chaque étape de l’Histoire du pays.

Mais pas seulement. L’édifice est un symbole qui dépasse nos frontières. L’incendie du 15 avril 2019 a montré que cette cathédrale millénaire était aussi Notre-Dame du monde, non seulement un lieu de culte majeur pour les catholiques mais bien un symbole universel, la célébration du génie créatif des Hommes. Dans son « Notre-Dame de Paris » paru en 1831, Victor Hugo, qui fit de la cathédrale mal en point un monument populaire à sauver, ne s’y était d’ailleurs pas trompé. « L’architecture est le grand livre de l’Humanité, l’expression principale de l’Homme à divers états de développement, soit comme force soit comme intelligence. » Le vrai mystère de Notre-Dame réside ainsi dans sa capacité à susciter le meilleur en nous.

L’immense chantier de reconstruction qui a suivi a été à la hauteur de l’émotion mondiale. Et même si la cathédrale ne sera pas reconstruite en cinq ans comme l’avait un peu vite promis Emmanuel Macron, force est de constater que les travaux avancent et nous donnent l’occasion d’en découvrir encore un peu plus sur Notre-Dame. La restauration de l’édifice, qui mobilise des milliers d’entreprises, d’artisans, de compagnons et d’ouvriers, nous replonge ainsi dans les savoir-faire ancestraux qui ont permis de construire la cathédrale. Et les fouilles archéologiques ont permis de mettre au jour des merveilles comme ce sarcophage de plomb qui va être prochainement analysé à Toulouse. Nous croyions tout savoir de Notre-Dame, elle nous dévoile de nouveaux secrets, nous offre d’autres mystères à percer.

Enfin, à l’heure où la France est appelée à faire un choix crucial pour son avenir à l’occasion de l’élection présidentielle, à l’heure où certains s’interrogent sur ce qui fait notre identité, l’anniversaire de l’incendie de Notre-Dame est l’occasion de regarder notre Histoire en face. « L’avenir est une porte, le passé en est la clé » assurait Victor Hugo, comme une invitation à s’appuyer sur notre résilience pour aller de l’avant, ouvrir un nouveau chapitre et non pas revenir aux pages les plus tragiques.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 16 avril 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan