Accéder au contenu principal

Trompe-l'oeil

argent

Le redémarrage de l’économie mondiale au sortir de l’été 2021 après 18 mois d’épidémie de Covid-19, puis la perspective et la survenue d’une guerre en Ukraine il y a deux mois ont contribué au retour de l’inflation, à une hausse des prix sur le gaz et l’électricité, les carburants et certains produits alimentaires ou du quotidien. Il est donc logique que le pouvoir d’achat soit devenu la priorité numéro 1 des Français, loin devant la santé, l’environnement – et la pourtant très menaçante crise climatique – l’insécurité ou l’immigration. Tous les candidats à l’élection présidentielle se sont saisis de ce thème, faisant des propositions tous azimuts et tombant parfois dans un festival de mesures démagogiques, au mieux difficilement finançables, au pire totalement ubuesques. Depuis dimanche dernier, les Français ont le choix entre deux candidats qui rivalisent de propositions pour assurer qu’avec eux les Français verront leur pouvoir d’achat préservé voire augmenté.

D’un côté Emmanuel Macron se fait fort de défendre son bilan, assurant que « le pouvoir d’achat des Français n’avait jamais autant augmenté depuis dix ans ». À l’appui de sa démonstration, une étude de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) qui montre, effectivement, que le pouvoir d’achat global des Français a bien augmenté durant le quinquennat, en moyenne de 300 euros (+0,9 %) chaque année… À ceci près qu’il persiste d’importantes disparités, les plus pauvres ayant proportionnellement moins profité que les plus aisés. Emmanuel Macron, qui espère toujours se débarrasser de l’étiquette de « président des riches », doit aussi faire face au ressenti des Français qui, en dépit des mesures gouvernementales, ne perçoivent pas un changement significatif sur leur budget.

De l’autre côté, Marine Le Pen a eu l’intuition que le thème du pouvoir d’achat serait non seulement central dans cette campagne présidentielle, mais qu’il lui servirait aussi à parachever l’entreprise de dédiabolisation du Rassemblement national. De fait, la candidate a laissé Eric Zemmour préempter avec outrance la sécurité et l’immigration pour se concentrer sur le pouvoir d’achat. De meetings en déplacements, elle a ainsi martelé des propositions claires, simples et compréhensibles (baisser la TVA, renationaliser les autoroutes…), « chiffrées » assure-t-elle, quand Emmanuel Macron, tardivement entré en campagne, a détaillé des mécanismes d’aides plus complexes.

La campagne du second tour doit désormais permettre de comparer les programmes de chacun, leur crédibilité, leur faisabilité. Derrière le vernis de la simplicité et du « bon sens » des mesures de Marine Le Pen, les experts pointent un financement mal préparé et de nature à mettre en péril la soutenabilité des finances publiques. L’abaissement de la TVA par exemple, mesure-phare de Mme Le Pen, non ciblée vers les plus modestes, amputerait ainsi les recettes de l’État et donc ses moyens d’action pour assurer, entre autres, les services publics que les Français réclament…

Plus que jamais, à l’heure du choix, les Français doivent se méfier des promesses en trompe-l’œil.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 15 avril 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan