Accéder au contenu principal

Recomposition

assemblee

Pour reprendre la fameuse expression de l’ancien Premier ministre Edouard Philippe lorsqu’il voulait illustrer le siphonnage des Républicains par la République en Marche en 2017, on peut dire que « la poutre travaille » encore. À sept semaines des élections législatives, ce sont même les poutres de touts les partis qui sont en train de travailler, au risque pour certaines de provoquer l’effondrement total de plusieurs maisons politiques.

Si en 2017, l’élection d’Emmanuel Macron a constitué un big bang faisant éclater la gauche et la droite de gouvernement, cinq ans plus tard, force est de constater que la recomposition politique est toujours à l’œuvre et s’oriente vers une simplification qui pourrait au final s’avérer dangereuse pour notre démocratie. L’élection présidentielle a accouché d’une France divisée en trois blocs : un bloc de gauche radicale autour de Jean-Luc Mélenchon, un bloc d’ « extrême centre », celui de la majorité présidentielle amenée à encore s’élargir selon le souhait d’Emmanuel Macron, et un bloc d’extrême droite autour du Rassemblement national.

Dans cette configuration, les possibilités d’alternances s’amenuisent et l’extrême centre – ce concept hérité de la période allant du Consulat à la Restauration tel que théorisé par l’historien Pierre Serna, qui y voit « un poison français » – deviendrait l’alpha et l’oméga de la vie politique. Faute de débouchés politiques, les Français en désaccord n’auraient alors le choix que des extrêmes ou de rejoindre un quatrième bloc qui ne cesse de grossir, celui des abstentionnistes, pour exprimer leur déception hors les urnes et dans la rue. Ce risque-là a parfaitement été identifié par François Bayrou. Le maire de Pau, qui plaide de longue date pour une réforme significative des institutions, et notamment plus de proportionnelle, sera-t-il entendu ?

En attendant, les opposants à Emmanuel Macron tentent de s’organiser, certains rêvant d’une improbable cohabitation pour des législatives pensées comme un 3e tour de la présidentielle ; d’autres espérant juste survivre à cette nouvelle séquence. Pour le Parti socialiste et Les Républicains, les deux grands partis qui ont structuré la vie politique de la Ve République, l’heure est d’autant plus grave qu’ils se sont eux-mêmes mis dans la difficulté. Depuis cinq ans, aucune des deux formations n’a travaillé pour proposer aux Français une alternative crédible à Emmanuel Macron.

Le PS s’est refusé à faire l’inventaire du quinquennat Hollande et n’a réalisé aucun travail programmatique ou de mise à jour idéologique comme l’avait concédé d’ailleurs Anne Hidalgo à La Dépêche. Quant aux LR, ils n’ont pas su trouver la parade à la politique économique d’Emmanuel Macron qu’ils auraient pu mener lorsqu’ils étaient au pouvoir et se sont perdus dans des débats identitaires contre-productifs.

Contraints pour survivre de s’allier avec LFI pour le PS ou de tenter de rester indépendant pour LR, les deux partis pourront toujours se replier sur leurs élus locaux qui constitueront, peut-être, la clé de leur renaissance.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 28 avril 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio