Accéder au contenu principal

L'énergie est notre avenir

ligneTHT

« L’énergie est notre avenir, économisons-la. » Ce slogan bien connu des Français – qui est devenu une obligation légale depuis plus de quinze ans pour toute publicité émise par une entreprise du secteur de l’énergie – est plus que jamais d’actualité. Car depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine par Vladimir Poutine le 24 février dernier, l’Europe a brutalement pris conscience de sa dépendance aux énergies fossiles russes : gaz, pétrole et charbon. Tous les pays membres de l’Union européenne sont concernés à des degrés divers : la France importe ainsi 17 % de gaz russe contre 55 % pour l’Allemagne et 100 % pour la Finlande. Selon les chiffres d’Eurostat, l’énergie représentait en 2021 62 % des importations des 27 en provenance de Russie, pour un montant de 99 milliards d’euros, et l’Europe fait actuellement un chèque de 800 millions d’euros par jour à la Russie pour lui acheter l’énergie nécessaire pour se chauffer, s’éclairer ou faire tourner ses usines et ses entreprises.

Dans un contexte international qui, depuis plusieurs mois, était marqué par des prix des énergies en forte hausse – les Français le voient tous les jours à la pompe ou lorsqu’ils ont rempli leur cuve de fioul – la guerre en Ukraine a donc remis à l’ordre du jour de l’agenda européen la question de l’indépendance énergétique, qui permet une meilleure maîtrise des prix, mais aussi celle, indissociable, de la transition écologique. Pour réaliser la seconde et ses objectifs de neutralité carbone en 2050, de nombreux pays ont abandonné le charbon pour le gaz, comme l’Allemagne qui, en renonçant au nucléaire et en misant sur les énergies renouvelables, essentiellement les éoliennes, a bâti son mix énergétique avec du gaz venant de Russie via l’oléoduc Nordstream 1. La guerre en Ukraine a stoppé net le 2e oléoduc Nordstream 2 qui devait conforter cette stratégie et plongé le pays dans une situation très délicate. Car on ne peut évidemment pas changer du jour au lendemain toute une architecture énergétique ; cela nécessite de trouver des fournisseurs alternatifs, de nouveaux moyens de productions (renouvelables, nucléaire, biomasse…), de bâtir des infrastructures, d’imaginer de nouvelles connexions entre pays européens. Un véritable défi.

En attendant que le plan européen REPowerEU permette à l’Europe de se passer du gaz russe, l’heure est à la maîtrise et aux économies d’énergie. Et comme au moment du choc pétrolier de 1973 auquel la situation actuelle est comparée, on renoue avec les réflexes de la chasse au gaspi. « Il faut économiser du gaz et de l’électricité en France dès maintenant, sinon cela pourrait mal se passer l’hiver prochain », a prévenu hier le patron du régulateur français de l’énergie, appelant entreprises et citoyens s’impliquer. L’Agence internationale de l’énergie est sur la même ligne, qui vient de détailler un plan en 10 points pour faire baisser notre consommation de pétrole.

Au final, de cette crise énergétique consécutive à la guerre en Ukraine, l’Europe peut faire une chance et une force pour accélérer la transition énergétique. Il y a urgence car la crise climatique, elle, n’attend pas…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 29 mars 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Amers adieux

Un anniversaire… qui vire aux adieux. Air France, qui fête cette année ses 90 ans, a annoncé hier, à la surprise générale, qu’elle allait quitter en 2026 l’aéroport d’Orly et recentrer ses vols intérieurs sur son hub de Roissy-Charles de Gaulle. En quittant ainsi le deuxième aéroport du pays, la compagnie française tourne la page d’une histoire qui avait commencé en 1952, année de son arrivée à Orly. Histoire partagée depuis par des millions de Français qui, tous, peu ou prou, pour le travail ou les loisirs, ont un jour pris un avion d’Air France pour Paris-Orly, ont parfois confondu Orly-Ouest et Orly-Sud, ont accompagné le développement de la compagnie avec le lancement des Navettes vers Toulouse, Nice, Bordeaux, Marseille puis Montpellier, ont découvert au fil des ans les nouveaux Airbus, apprécié la qualité du service à bord, puis, une fois arrivés, emprunté l’OrlyVal pour rejoindre le centre de Paris ou continuer leur voyage avec une correspondance. Si l’annonce du départ d’Air Fr