Accéder au contenu principal

Redonner envie

macron

En 2017, les adversaires d’Emmanuel Macron fustigeaient son « en même temps » qui ambitionnait d’être et de droite et de gauche, et critiquaient l’ex-ministre de l’Economie qui, selon eux, était incapable de présenter un programme. Le démenti fut cinglant, offrit à Emmanuel Macron l’une des plus fameuses séquences de sa campagne – « Parce que c’est notre projet » crié devant ses militants – et lui permit d’égrener des propositions de rupture.

Cinq ans plus tard, les adversaires de celui qui est devenu chef de l’Etat reprenaient peu ou prou la même antienne, affirmant que le président sortant qui tardait à annoncer sa candidature, n’avait rien d’autre à offrir que la continuation de son quinquennat. Là encore, le candidat Macron a montré, hier à Aubervillers, qu’il était bien capable de dessiner un nouveau programme autour de grands enjeux – éducation, indépendance, Europe, travail, santé – façonnés autant par les leçons tirées des crises du quinquennat qui s’achève que par les circonstances exceptionnelles qu’imposent aujourd’hui le Covid-19 et la guerre en Ukraine.

L’avenir dira si ce jeudi 17 mars entrera comme une date clé dans l’histoire de la Macronie. En tout cas, cet exercice était plus que nécessaire pour le président-candidat. Accusé par les oppositions de fuir le débat en refusant toute confrontation télévisée avec ses adversaires, voire de vouloir « enjamber » l’élection présidentielle pour être élu comme par tacite reconduction, il fallait qu’Emmanuel Macron explicite hier le sens de sa candidature à un second quinquennat et qu’il explique sa volonté d’être réélu non pas par défaut, mais par envie.

Pour redonner cette « envie d’avoir envie » de lui, le candidat a préféré, au souffle militant et plus charnel d’un meeting, l’austérité d’une conférence de presse quasi-professorale, parfois technique et très – trop ? – détaillée. Au-delà du bilan qu’il a à peine esquissé, il a ainsi expliqué qu’il restait cohérent depuis 2017 et n’avait rien perdu de sa volonté de transformation du pays. Et de fait, parmi les très nombreuses propositions présentées hier, la disruption était toujours présente. Sur le fond, au risque parfois de la volte-face par rapport à ses positions passées (sur la Corse ou les droits de succession) et/ou d’une triangulation à droite (conditions au RSA, retraite à 65 ans) qui lui permet d’assécher un peu plus l’électorat de Valérie Pécresse. Sur la forme, le candidat a promis une nouvelle méthode – comme il l’avait déjà fait après la crise des Gilets jaunes – moins verticale et plus horizontale avec les citoyens ou les collectivités.

L’exercice aura-t-il convaincu les Français et suscitera-t-il leur adhésion ou leur rejet ? Ou alors ces derniers, principalement inquiets par les conséquences de la guerre en Ukraine, préfèreront-ils conserver à l’Elysée l’actuel chef des Armées, Président désormais expérimenté, peu importe son programme ? Dans cette drôle de campagne – où le sentiment d’un scénario « écrit d’avance » nourrit le risque d’une abstention historique – 61 % des Français, selon un sondage OpinionWay, pronostiquaient cette semaine une victoire d’Emmanuel Macron… mais seulement 28 % souhaitaient qu’une telle victoire advienne. Pour Emmanuel Macron, tout l’enjeu désormais est bien de resserrer cet écart qui, s’il est réélu, sera aussi celui entre la légitimité et la représentativité.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 18 mars 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Moine-soldat

Dans le marathon de l’examen de la réforme des retraites à l’Assemblée nationale, le calendrier a marqué une pause ce jeudi à l’occasion de la niche parlementaire du Parti socialiste. Une pause mise à profit par le gouvernement pour aller sur le terrain défendre une réforme toujours massivement rejetée par 7 Français sur 10. À l’avant-veille de la quatrième journée de manifestation appelée par l’intersyndicale, Elisabeth Borne et Gérald Darmanin se sont ainsi rendus hier à Neuville-en-Ferrain, dans le Nord, Olivier Dussopt à Toulouse, où il a notamment rencontré six lecteurs de La Dépêche du Midi au siège de notre journal pour répondre à leurs questions et leurs inquiétudes. Celui qui enchaîne à un rythme soutenu les interviews dans les matinales et défend depuis lundi son texte devant une Assemblée nationale survoltée s’est montré tel qu’en lui-même : un moine-soldat de la macronie. Moine, parce que le ministre connaît sur le bout des doigts le catéchisme de la réforme, son dogme du r

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l