Accéder au contenu principal

Dans la tête de Poutine

poutine

En 2016, le journaliste Michel Eltchaninoff signait chez Actes Sud « Dans la tête de Vladimir Poutine », un livre qui tentait de cerner quels étaient les objectifs du maître du Kremlin, sa vision du monde et de son pays, ses objectifs, ses obsessions même. Six ans plus tard et 21 jours après l’invasion de l’Ukraine et le déclenchement d’une guerre en Europe qui déstabilise l’ordre mondial né après 1945, l’énigme Poutine n’a toujours pas livré ses secrets.

De Kiev à Paris, de Berlin à Washington chacun se demande jusqu’où peut et veut aller Poutine ? Le président russe est-il « de plus en plus isolé », « en colère et frustré » de voir son armée ralentie par la résistance héroïque des Ukrainiens, comme l’affirme le directeur de la CIA, William Burns ? Est-il malade, atteint d’un cancer ou de la maladie de Parkinson que trahirait un visage bouffi, comme l’avancent certains observateurs ? Lui qui a reçu Emmanuel Macron, mais aussi son ministre la Défense et son chef d’Etat-major au bout de tables sans fin est-il devenu hyperangoissé face au risque d’une contamination au Covid-19 ? Vladimir Poutine, qui ne voyage plus et est resté isolé pendant la pandémie, s’est-il réfugié dans les livres des penseurs russes du XIXe et du XXe siècles qu’il affectionne au point de s’y perdre et de se convaincre de façon paranoïaque que, oui, l’Occident a juré la perte de la Russie ? Mystère.

À vrai dire personne ne sait réellement ce qui se passe dans la tête de Vladimir Poutine, mais l’examen de son parcours, d’agent du KGB moyen à chef de l’Etat, permet de déceler une volonté constante : celle de rendre sa grandeur à la Russie. Depuis son accession au pouvoir après les années Eltsine minées par les oligarques, Poutine n’a eu de cesse de poursuivre cet objectif et de surmonter le traumatisme de la chute de l’URSS en 1991, qu’il avait qualifié de « plus grande catastrophe géopolitique du XXe siècle » et qui, surtout, avait constitué selon lui une « désintégration de la Russie historique », à laquelle il fait désormais systématiquement référence.

Pourtant, pour voir la Russie occuper son rang dans le concert des nations, l’ancien espion du KGB avait un temps joué le jeu de l’ouverture avec l’Occident, et notamment les Etats-Unis, avant que des crispations ne se transforment en amertume, et l’amertume en rupture. Alors que des révolutions démocratiques éclatent en Géorgie (2003) et en Ukraine (2004), et que dix pays de l’Europe de l’est adhèrent à l’Union européenne (2004), Poutine se sent menacé et va alors livrer sa vision du monde. Radicale, brutale.

En 2007, lors de la conférence de Munich sur la sécurité, il lance « Qu’est-ce qu’un monde unipolaire ? C’est un seul centre de pouvoir, un seul centre de force, un seul centre de décision. C’est le monde d’un unique maître, d’un unique souverain. J’estime que dans le monde contemporain, le modèle unipolaire est non seulement inadmissible mais également impossible. » Tout était dit et, depuis quinze ans, entre opérations militaires, cyberattaques, soutien aux dictatures ou ingérences étrangères, Poutine est resté sur cette vision du monde jusqu’à l’obsession et maintenant jusqu’à la guerre.

Qui pourra le faire changer d’avis, lui qui s’est créé dans son Kremlin-bunker un entourage d’obligés qui lui doivent tout ? Qui pourra le convaincre qu’une sortie par le haut reste possible sans raser l’Ukraine ? Qui pourra vraiment entrer dans la tête de Vladimir Poutine ?

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 16 mars 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan