Accéder au contenu principal

Le prix de la liberté

 

nordstream

La crise sanitaire de l’épidémie de Covid-19 avait révélé l’extrême vulnérabilité de l’Europe et sa dépendance à d’autres pays pour de nombreux produits manufacturés. Car depuis des années, au nom d’une économie de flux mondialisée et de la recherche du prix le plus bas, nous avions délocalisé et finalement perdu nos savoir-faire industriels, sacrifiant au passage des milliers de nos ouvriers. La pénurie de masques au début de la pandémie a été l’exemple frappant qui nous a ouvert les yeux sur la nécessité de réindustrialiser d’urgence l’Europe comme la France. Question de logique pour retrouver une souveraineté qui était jusqu’à présent accaparée, et dévoyée, par l’extrême droite.

La guerre en Ukraine, brutalement déclenchée par Vladimir Poutine, aura-t-elle le même effet de dessillement pour les Européens sur l’énergie ? Car si les prix du gaz, du pétrole ou du charbon – sans parler de ceux des céréales ou de certains métaux – étaient déjà à la hausse en raison de la reprise économique post-Covid, ce conflit aux portes de l’Europe fait de l’énergie une arme de déstabilisation massive de l’économie mondiale dans les mains du maître du Kremlin. Un geste de sa part et voilà l’Europe coupée du gaz russe alors qu’elle en dépend à hauteur de 40 % en moyenne…

« Pour arrêter Vladimir Poutine, arrêtons de lui acheter du gaz », estime à raison l’ancien président François Hollande, qui souligne l’incohérence qu’il y a aujourd’hui à appliquer d’un côté à la Russie des sanctions économiques auxquelles elle s’est d’évidence préparée depuis l’invasion de la Crimée en 2014 et dont l’impact reste encore à mesurer, et de l’autre côté à lui faire chaque jour un chèque de 800 millions d’euros… Se passer du gaz russe reste évidemment possible : l’Agence internationale de l’énergie vient d’ailleurs de livrer 10 pistes pour y parvenir. Mais cela prendra du temps – et des moyens logistiques et financiers considérables – pour changer de paradigme de façon concertée au niveau européen et, pour certains pays, comme l’Allemagne, de faire une sérieuse et douloureuse autocritique sur les choix énergétiques opérés ces dernières années, notamment l’arrêt du nucléaire et, donc, l’assujettissement à la fourniture de gaz, pétrole et charbon russes…

Cette transition vers un modèle énergétique européen indépendant va également se heurter aux engagements pris pour que cette transition soit écologique. Le risque est grand, en effet, que les objectifs de réduction d’émission de CO2 ne soient différés pour préserver l’alimentation énergétique de l’Europe l’hiver prochain.

Si l’objectif est de stopper Poutine et d’éviter l’extension de la guerre en Ukraine, se passer du gaz russe reste bien la seule voie possible, le seul moyen de pression réellement efficace. Cela coûtera très cher à l’Europe, qui devra sans doute mettre en place un « quoi qu’il en coûte » pour les particuliers et les entreprises. Mais à l’heure où les Ukrainiens se battent parfois jusqu’à la mort pour défendre les valeurs démocratiques que nous avons en partage, c’est là le prix de la liberté.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 9 mars 2022

Posts les plus consultés de ce blog

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio