Accéder au contenu principal

Le prix de la liberté

 

nordstream

La crise sanitaire de l’épidémie de Covid-19 avait révélé l’extrême vulnérabilité de l’Europe et sa dépendance à d’autres pays pour de nombreux produits manufacturés. Car depuis des années, au nom d’une économie de flux mondialisée et de la recherche du prix le plus bas, nous avions délocalisé et finalement perdu nos savoir-faire industriels, sacrifiant au passage des milliers de nos ouvriers. La pénurie de masques au début de la pandémie a été l’exemple frappant qui nous a ouvert les yeux sur la nécessité de réindustrialiser d’urgence l’Europe comme la France. Question de logique pour retrouver une souveraineté qui était jusqu’à présent accaparée, et dévoyée, par l’extrême droite.

La guerre en Ukraine, brutalement déclenchée par Vladimir Poutine, aura-t-elle le même effet de dessillement pour les Européens sur l’énergie ? Car si les prix du gaz, du pétrole ou du charbon – sans parler de ceux des céréales ou de certains métaux – étaient déjà à la hausse en raison de la reprise économique post-Covid, ce conflit aux portes de l’Europe fait de l’énergie une arme de déstabilisation massive de l’économie mondiale dans les mains du maître du Kremlin. Un geste de sa part et voilà l’Europe coupée du gaz russe alors qu’elle en dépend à hauteur de 40 % en moyenne…

« Pour arrêter Vladimir Poutine, arrêtons de lui acheter du gaz », estime à raison l’ancien président François Hollande, qui souligne l’incohérence qu’il y a aujourd’hui à appliquer d’un côté à la Russie des sanctions économiques auxquelles elle s’est d’évidence préparée depuis l’invasion de la Crimée en 2014 et dont l’impact reste encore à mesurer, et de l’autre côté à lui faire chaque jour un chèque de 800 millions d’euros… Se passer du gaz russe reste évidemment possible : l’Agence internationale de l’énergie vient d’ailleurs de livrer 10 pistes pour y parvenir. Mais cela prendra du temps – et des moyens logistiques et financiers considérables – pour changer de paradigme de façon concertée au niveau européen et, pour certains pays, comme l’Allemagne, de faire une sérieuse et douloureuse autocritique sur les choix énergétiques opérés ces dernières années, notamment l’arrêt du nucléaire et, donc, l’assujettissement à la fourniture de gaz, pétrole et charbon russes…

Cette transition vers un modèle énergétique européen indépendant va également se heurter aux engagements pris pour que cette transition soit écologique. Le risque est grand, en effet, que les objectifs de réduction d’émission de CO2 ne soient différés pour préserver l’alimentation énergétique de l’Europe l’hiver prochain.

Si l’objectif est de stopper Poutine et d’éviter l’extension de la guerre en Ukraine, se passer du gaz russe reste bien la seule voie possible, le seul moyen de pression réellement efficace. Cela coûtera très cher à l’Europe, qui devra sans doute mettre en place un « quoi qu’il en coûte » pour les particuliers et les entreprises. Mais à l’heure où les Ukrainiens se battent parfois jusqu’à la mort pour défendre les valeurs démocratiques que nous avons en partage, c’est là le prix de la liberté.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 9 mars 2022

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan