Accéder au contenu principal

Grosse fatigue

 

masque

La sixième vague de l’épidémie de Covid-19 qui se confirme en France comme partout dans le monde – avec le retour des confinements géants en Chine – nous replonge dans cette épidémie que nous nous apprêtions pourtant à oublier. Après deux ans de pandémie marquée par les couvre-feux et les confinements, les attestations ubuesques et le clic & collect, les gestes barrières et le port du masque, les pass sanitaire puis vaccinal, les tests PCR ou antigéniques, les QR Code et les protocoles scolaire, le télétravail et les règles d’isolement, les vaccins avec ou sans ARN messager, les doses de rappels et les rendez-vous sur Doctolib, les débats sans fin avec les antivax, sans oublier la douleur inconsolable de ceux qui ont perdu des proches depuis mars 2020 et celle que ressentent au quotidien tous ceux qui ont un Covid long ou gardent des séquelles d’une contamination. Oui, tout cela, nous souhaitions le laisser derrière nous, sans l’oublier pour autant, mais avec l’envie de tourner la page et d’en finir avec cette fatigue pandémique qui nous a tous atteint à des degrés divers.

Durant ces deux années sous Covid, nous nous sommes, en effet, laissés gagner parfois par une immense lassitude, par la démotivation, ballottés entre la peur que nous inspirait la maladie, la crainte de se contaminer ou de contaminer nos proches, mais aussi par l’absence de vie sociale et la privation de liberté. Cette pression psychologique, ce stress a été mesuré par plusieurs études, touchant tous les pans de la population et notamment la jeunesse. Après la cinquième vague Omicron de cet hiver, nous pensions en avoir fini et espérions passer à autre chose. Le déclenchement de la guerre en Ukraine le 24 février a fini par reléguer au second plan l’épidémie de Covid-19, comme l’a justement remarqué le Conseil scientifique. La moindre dangerosité du variant Omicron, la non-saturation des hôpitaux et la décision du gouvernement de lever les dernières restrictions sanitaires ont constitué comme une rassurante méthode Coué pour nous dire que le bout du tunnel était enfin là. Rassurante mais hélas trompeuse puisque l’épidémie a continué à progresser à bas bruit, avec le sous-variant BA.2, puis à rebondir au fur et à mesure que nous abandonnions les gestes barrière, pour constituer cette sixième vague qui avance.

Certes, nous sommes mieux armés pour y faire face, la couverture vaccinale des Français est bonne, mais l’inquiétude revient. Nous apprenons peu ou prou à « vivre avec le virus », mais cette vie reste tout de même sous contraintes et nous oblige aujourd’hui à redoubler de prudence, à remettre peut-être le masque abandonné prématurément, à renouer avec la distanciation sociale. Bref à faire preuve de responsabilité individuelle et de solidarité collective. On en aura particulièrement besoin pour que dans onze jours, le premier tour de l’élection présidentielle ne se transforme pas en un immense cluster, mais se déroule sans encombre et reste bien le rendez-vous clé de notre vie démocratique.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 30 mars 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan