Accéder au contenu principal

Le sérieux des faits

 

police

L’étude inédite « Géographie de la délinquance à l’échelle communale » publiée ce mois-ci dans une relative indifférence par Inter Stats, le service statistique ministériel de la sécurité intérieure (SSMSI), est importante car, en pleine campagne présidentielle, elle permet d’éclairer d’un jour nouveau le débat sur la délinquance et les solutions à mettre en œuvre pour la combattre.

À écouter certains candidats à l’élection présidentielle, la France serait à feu à a sang, minée par une délinquance quasi incontrôlable par un exécutif macroniste suspecté d’un coupable laxisme. Une « France Orange mécanique » – en référence au film éponyme de Stanley Kubrick mettant en scène des personnages ultraviolents, mais aussi au livre de Laurent Obertone paru en 2013 – dont parlent depuis des mois Eric Zemmour ou Marine Le Pen, sans éviter les outrances de la simplification voire les fake news.

La réalité, évidemment, est tout autre, bien plus complexe et nuancée. L’étude statistique parue début mars permet justement de prendre de la hauteur, d’analyser finement les chiffres, en l’occurrence ceux de dix indicateurs correspondant à des grandes catégories de crimes et délits enregistrés par la police et la gendarmerie nationales. Sans surprise, on voit que la délinquance s’agrège autour des grandes agglomérations, mais l’étude montre aussi qu’en 2021, pour chacune des catégories étudiées, la majorité des actes de délinquance sont commis… dans seulement 1 % des communes métropolitaines. Et que 15 % des communes – essentiellement rurales – n’enregistrent aucune de ces infractions.

À ce constat, et à l’heure où Emmanuel Macron va rendre compte de son bilan quinquennal en matière de sécurité, il convient aussi de mesurer l’évolution de la délinquance en France avec des faits marqués à la hausse (violences sexuelles enregistrées par les services de police et gendarmerie, escroqueries, trafic de stupéfiants, coups et blessures volontaires, violences intrafamiliales) et d’autres qui se sont stabilisés (homicides) ou sont en baisse (atteintes aux biens, cambriolages de logement, vols de véhicules et vols violents sans armes).

Il ne s’agit évidemment pas de nier les difficultés inadmissibles en termes d’agressions, de vols ou de cambriolages que subissent trop de nos concitoyens. Ni même de moquer le « sentiment d’insécurité » que ressentent de bonne foi certains Français qui vivent au quotidien les tensions réelles de notre société, trop souvent passées sous la loupe grossissante, et donc déformante, des réseaux sociaux ou des chaînes d’information en continu.

Mais les études statistiques sont un élément nécessaire, mais pas suffisant, pour mieux comprendre l’évolution de la délinquance et permettre d’y apporter les bonnes réponses (budgétaires et humaines), loin des propositions démagogiques dignes du Far West qu’on a pu lire ici où là, loin de l’angélisme de certains aussi qui voudraient tout excuser au nom d’un déterminisme social, loin enfin de l’opposition que certains veulent systématiquement instiller entre la police et la justice. S’attaquer à la délinquance demande du sérieux en prenant en compte la réalité des faits.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 12 mars 2022)


Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan