Accéder au contenu principal

Les mystères du virus

 

Covid

On les a parfois regardés de travers, certains ont mis en doute ce qu’ils ressentaient, pensant qu’ils exagéraient. Et pourtant, les malades atteints de Covid-19 dont les symptômes persistent des mois après leur infection sont bel et bien une réalité. Aux nombreux témoignages que ces malades ont livrés dans la presse, et notamment dans nos colonnes, la Haute autorité de santé (HAS) a ajouté une reconnaissance en livrant des préconisations pour que les professionnels de santé identifient et prennent en charge de façon personnalisée ces patients. Ces patients "Covid long" sont d’ailleurs loin d’être marginaux puisque la HAS estime à 10 % le nombre de malades qui ressentent au moins un des symptômes initiaux du Covid-19 six mois après le début de la maladie.

Ces patients, souvent inquiets et handicapés par leurs symptômes persistants dans leur vie quotidienne et leur activité professionnelle, devraient prochainement bénéficier de la reconnaissance du Covid long comme affection longue durée. C’est le combat de la députée de l’Hérault Patricia Mirallès, qui présente demain à l’Assembée nationale une proposition de résolution allant dans ce sens et qui devrait recueillir l’unanimité.

Enfin, au-delà de la juste et nécessaire prise en charge des Covid longs, la HAS préconise la poursuite de la recherche sur ce sujet. Une action nationale coordonnée de recherche a été créée sur l’épidémiologie des symptômes prolongés et sur les approches thérapeutiques. Des travaux qui vont permettre de mieux comprendre la maladie.

Car depuis un an et l’apparition du coronavirus, la recherche est confrontée aux mystères du SARS-CoV-2. Si la mobilisation internationale des scientifiques et des laboratoires publics et privés a permis d’obtenir des vaccins en un temps record, il reste encore beaucoup à apprendre de ce coronavirus. Les mutations qui se sont opérées pour déboucher sur des variants anglais, sud-africains ou brésiliens qui font craindre des flambées épidémiques un peu partout dans le monde, et notamment en France, montrent qu’il faut encore rester mobilisés pour comprendre comment fonctionne ce virus. Il le faut pour permettre de trouver, au-delà des vaccins, des traitements contre la maladie. Il le faut aussi parce que le monde sera sûrement confronté à l’avenir à d’autres coronavirus.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 16 février 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan