Accéder au contenu principal

L'autre virus



pirate

Les deux cyberattaques qui viennent de frapper coup sur coup deux hôpitaux français en pleine pandémie de Covid-19, paralysant complètement la quasi-totalité de leurs services sans heureusement faire de victimes, illustrent la grande vulnérabilité des institutions publiques. Car depuis plusieurs années, les pirates informatiques ne s’en prennent plus seulement aux entreprises mais ils visent désormais des institutions publiques, dont beaucoup ne sont pas suffisamment sécurisées pour contrer de telles attaques. Et surtout, les pirates disposent depuis ces dernières années d’un outil aussi simple que redoutable : le rançongiciel (ou ransomware), un virus informatique qui bloque et chiffre les données d’un ordinateur. Seul le paiement d’une rançon aux pirates permet aux victimes d’obtenir en échange la clé permettant de les déchiffrer – sans préjuger d’une nouvelle attaque ou de la vente frauduleuse des données…

En mai 2017, le virus WannaCry a ainsi été utilisé au cours d’une cyberattaque mondiale qui avait infecté plus de 300 000 ordinateurs dans plus de 150 pays. Depuis, le phénomène n’a cessé de prendre de l’ampleur. D’un côté les pirates se sont "professionnalisés" avec des plateformes de rançongiciels, utilisées par des centaines de malfrats, qui constituent de vrais réseaux criminels, agissant parfois pour le compte de certains Etats. De l’autre, de plus en plus d’organismes se retrouvent ciblés et déstabilisés. En 2020, l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI) a ainsi noté une augmentation de 255 % des signalements d’attaque par rançongiciel faits par des services de l’Etat, des administrations, et des opérateurs d’importance vitale (OIV)…

Face aux virus informatiques, il convient, comme pour le coronavirus, de mettre en place désormais rapidement des gestes barrière numériques… au premier rang desquels l’acquisition d’une véritable culture numérique en entreprise, dans les administrations comme dans la population. Si former les employés reste la meilleure façon de se protéger contre les cyberattaques, car le point faible de la sécurité réside souvent dans des vulnérabilités humaines exploitées par les pirates, il convient aussi d’investir dans des solutions de sécurité et de sauvegarde pour parer à ces attaques dont on met parfois longtemps à se relever. Dès lors, il est heureux que le plan de relance consacre des fonds en faveur de la cybersécurité, notamment 136 millions d’euros pour les collectivités. Mais face aux piratages dans une société de plus en plus numérisée, la cybersécurité doit devenir l’affaire de tous.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 17 février 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio