Accéder au contenu principal

La force du symbole

 

ecole

Depuis le début de la crise sanitaire du Covid-19, l’école est une question centrale dans la gestion de l’épidémie, car vers elle convergent des dimensions sanitaires, éducatives, socio-économiques et politiques.

Dimension sanitaire en premier lieu, naturellement. Depuis mars 2020, les contaminations des élèves dans les écoles ont fait l’objet de nombreuses études, aussi contradictoires au fil du temps que l’on perçait peu à peu les mystères du coronavirus SARS-CoV-2. Entre ces incertitudes et ces études, le gouvernement a dû tâtonner pour bâtir puis renforcer sans cesse des protocoles sanitaires dont l’efficacité a légitimement été questionnée par les parents et les enseignants. Le dernier protocole en date censé freiner la progression des variants, en vigueur depuis le 1er février, n’échappe pas à ces inquiétudes croissantes.

Aspect éducatif ensuite. Le premier confinement a imposé à l’école une réorganisation rapide et complète en distanciel à laquelle elle n’était pas préparée. "L’école à la maison" n’a tenu qu’avec la créativité et l’implication sans faille des enseignants pour maintenir le lien avec leurs élèves ; et parallèlement la mobilisation des parents qui se sont transformés en maîtres pour leurs enfants. Cette opération, qui était nécessaire, a constitué aussi un amplificateur des inégalités scolaires – qui étaient déjà là avant. La catégorie sociale et le niveau d’études des parents, l’environnement du foyer familial, la difficulté ou la facilité dans la maîtrise des outils numériques ont approfondi les inégalités entre élèves que l’école tente toujours de corriger. 4 % des élèves – soit 500 000 enfants – étaient ainsi passés "sous le radar" durant le premier confinement.

Enfin, la fermeture des écoles a impacté la vie socio-économique du pays. L’école n’est certes pas une garderie, mais elle s’insère dans une vie quotidienne où les enfants apprennent pendant que leurs parents, pour la majorité d’entre eux, travaillent.

C’est pour toutes ces raisons qu’Emmanuel Macron et Jean-Michel Blanquer ont fait et font tout pour que l’école fonctionne le plus longtemps possible et ne soit pas fermée, contrairement à ce que font d’autres pays en ce moment. Préserver le lien pédagogique présentiel, maintenir les écoles ouvertes le plus possible en les encadrant de protocoles sanitaires toujours plus stricts ; et à la rentrée, mobiliser des tests salivaires pour mieux détecter les cas positifs. Il y a là un choix politique assumé, qui recueille d’ailleurs un consensus chez les Français. Un choix qui renvoie à la force symbolique de l’école républicaine qui forme les citoyens de demain. Un choix dans lequel se dessine, aussi, l’idée de dire que si l’école tient, le pays tiendra.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 11 février 2021).

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan