Accéder au contenu principal

Sortir de la confusion



À 24 heures désormais d'un quatrième week-end de contestation des Gilets jaunes, la confusion reste le maître-mot d'une situation sociale, économique et politique qui évolue d'heure en heure et reste imprévisible.

Confusion chez les Gilets jaunes d'abord. Ce mouvement social né sur internet, entre pétitions en ligne et vidéos virales postées sur Facebook, est totalement inédit et donc insaisissable, tant par les corps intermédiaires que par le gouvernement ou ses oppositions politiques. Délibérément déstructuré, à l'instar de Nuit debout ou d'Occupy Wall Street, mais logistiquement organisé via les réseaux sociaux, le mouvement des Gilets jaunes peine à se choisir des leaders. Ceux qui émergent ou apparaissent sur les chaînes d'information en continu sont immédiatement contestés quand ils ne sont pas menacés de mort. Dès lors, les Gilets jaunes sont fractionnés, certaines franges – qui versent dans les infox et le complotisme le plus crasse – ne s'interdisent plus rien. Si, heureusement, le mouvement est réputé rester majoritairement contre la violence et bénéficie du soutien d'une majorité de Français, faute de structure, il n'a pu empêcher de voir s'agréger autour de lui,sinon en son sein, des mouvements de l'ultra-droite et de l'ultra-gauche à l'origine des violences de la semaine dernière à Paris et en province. Des initiatives sont apparues ces dernières heures pour que chaque région, chaque département, presque chaque rond-point occupé puissent désigner des délégués, des porte-paroles. Ce retour à la démocratie est sans doute le seul à même de clarifier des revendications qui ont depuis longtemps dépassé les taxes sur les carburants pour réclamer justice fiscale et justice sociale.

Mais la confusion est également du côté de l'exécutif. Depuis son accession à l'Elysée, Emmanuel Macron avait montré aux Français – qu'on approuve ou pas sa politique – qu'il tenait un cap, celui de réformer coûte que coûte le pays contre vents et marées, donnant peu de prises à des oppositions sans idées laminées par la présidentielle et aux Français contestataires rebaptisés sans égards Gaulois réfractaires. Las ! Depuis le début de la crise des Gilets jaunes, Emmanuel Macron semble avoir perdu sa boussole sinon sa baraka. Après avoir martelé qu'il maintenait évidemment le cap des taxes sur les carburants au nom d'une nécessaire transition écologique – et de son budget 2019 –, voilà que le gouvernement fait marche arrière et propose d'abord un moratoire, annoncé bien trop tardivement pour calmer la colère. Le Premier ministre défend ce report devant l'Assemblée nationale, obtient un vote massif de la majorité présidentielle… avant d'être contredit le soir même par l'Elysée, qui annonce une annulation pure et simple des taxes. Dans la même journée, deux ministres évoquent à mi-mot un retour de l'ISF avant que l'Elysée n'indique que les deux impétrants ont été sévèrement recadrés par le Président en conseil des ministres…

Alors que la grogne s'étend aux lycéens, aux routiers et aux agriculteurs, que les colères convergent, il devient plus qu'urgent de sortir de la confusion. En ne sombrant pas dans la violence du côté des manifestants dont l'expression de l'exaspération, faut-il le rappeler, est constitutionnellement assurée. En trouvant rapidement, pour l'exécutif, une modalité de dialogue qui, au vu des attentes, nécessite a minima un Grenelle social. Principale cible de la vindicte, Emmanuel Macron n'a d'autres choix que de sortir de son silence pour proposer, avec humilité et lucidité, une solution s'il veut éviter que la colère ne vire à l'affrontement insurrectionnel.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 7 décembre 2018)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…

Les armes dans la peau

Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc da…