Accéder au contenu principal

Comptes de Noël

noel



À désormais trois jours de Noël et au d ébut du dernier week-end avant le jour J, les Français font leurs comptes.

Pour les petits commerçants, ils sont aussi rouges que la tenue du père Noël. Après un mois de crise des gilets jaunes, l'impact du mouvement sur l'économie est, en effet, bien réel. La semaine dernière, Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie, avait chiffré la perte d'activité pour les commerces à «en moyenne – 25 %, avec des pointes à – 50, – 70, et dans certains endroits – 90 %». Les fermetures de magasins, les blocages d'accès aux centres commerciaux mais aussi les pillages lors des heurts survenus en marge des samedis de manifestation dans les grandes villes ont durement impacté l'économie. Les cinq week-ends de mobilisation ont coûté 2 milliards d'euros au secteur du commerce selon une estimation du Conseil national des centres commerciaux (CNCC). Des pertes quasiment impossibles à récupérer d'ici Noël, même si les jours qui viennent peuvent connaître une embellie.

Du côté des consommateurs aussi on fait les comptes. Selon notre Observatoire du quotidien des Français BVA-La Dépêche de décembre, consacré aux cadeaux de Noël, près de 4 Français sur 10 ont prévu de dépenser moins que l'année dernière pour faire leurs cadeaux (39 %), notamment les personnes ayant un revenu inférieur à 2 500 € (49 %)… Avec cette année un budget de 367 €, l'enveloppe de Noël est en baisse d'environ 85 € par rapport à 2017 et surtout atteint son niveau le plus bas depuis 2015. Preuve s'il en fallait une des difficultés de pouvoir d'achat des Français.

Pour l'heure, seul le secteur du e-commerce semble s'en tirer un peu mieux, bénéficiant du report des consommateurs qui, restant bloqués chez eux, font leurs emplettes sur internet et plus particulièrement sur Amazon. Mais pas de triomphalisme : «Les ventes sont en ligne avec les prévisions, ni plus ni moins, il n'y a pas eu du tout d'explosion des ventes sur internet», selon la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad).

Alors, côté vendeur ou acheteur, Noël s'annonce plus que morose. Les Français ont la tête ailleurs, perturbés par leur pouvoir d'achat en berne, une situation économique tendue voire la menace terroriste qui a frappé Strasbourg justement au cœur d'un marché de Noël. Mais sous les cendres de cette morosité rougeoie toujours une lueur d'espoir, qu'on l'appelle esprit de Noël ou envie d'être ensemble au-delà des difficultés. Depuis quelques heures sur les réseaux sociaux, une vidéo de Gilets jaunes dansant sur la chanson d'Édith Piaf Emporté par la foule à la lumière de braseros d'un rond-point de Savoie montre que derrière la colère et les batailles, il suffit d'une étincelle pour retrouver cet esprit-là qui nous laisse «épanouis, enivrés et heureux…»

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 22 décembre 2018)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan