Accéder au contenu principal

Fraternité

réfugiés


Alors que la journée internationale des migrants et réfugiés se tenait hier, le débat sur les politiques migratoires divise toujours autant les opinions publiques occidentales, comme le montre notre sondage BVA-La Dépêche. 7 Français sur 10 jugent négativement la politique d'immigration de la France et celle de l'Europe, 6 sur 10 estiment que l'Union européenne devrait faire preuve de plus de fermeté sur un sujet qui menacerait son avenir, 63 % de nos compatriotes estiment que la France accueille trop de migrants et seuls 52 % sont aujourd'hui favorables au droit d'asile.

On comprend, dès lors, les réserves de certains quant à la proposition d'Emmanuel Macron d'aborder l'immigration lors du grand débat de trois mois qui va s'ouvrir dans les territoires. « Je veux que nous mettions d'accord la Nation avec elle-même sur ce qu'est son identité profonde, que nous abordions la question de l'immigration. Il nous faut l'affronter », assurait le chef de l'État le 10 décembre, ravivant le souvenir des débats et polémiques houleux sur l'identité nationale qui avaient émaillé le quinquennat de Nicolas Sarkozy.

Débattre de l'immigration en pleine montée des populismes en Europe, n'est-ce pas la certitude d'ouvrir la boîte de Pandore de toutes les outrances, de tous les racismes, de toutes les peurs, de tous les mensonges ? Certainement. Mais débattre de l'immigration peut aussi être l'occasion de tordre le cou à toutes ces rumeurs colportées par l'extrême droite et parfois par la droite, ces fake news qui inondent les réseaux sociaux et dont on a vu ces derniers jours un exemple édifiant avec le pacte de Marrakech. Ce pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières proposée par l'ONU recense quelques principes comme la défense des droits de l'Homme ou des enfants. En une vingtaine de propositions, il veut aider les pays à faire face à la question migratoire. Ce pacte, qui n'a rien de contraignant, est devenu la machine à fantasmes des milieux d'extrême droite qui, à coups de pétition et de tweets abjects, y voient le symbole de la submersion migratoire, de l'islamisation de l'Europe. Emmanuel Macron s'est même retrouvé accusé de «trahison» par un quarteron de généraux en retraite qui pensent que le Président veut «vendre la France»…

Évidemment, tout cela est faux et archifaux. Et un débat honnête, cadré peut être l'occasion de le démontrer.

Mais pour que ce débat soit constructif il faut que tout soit sur la table, sans hystérie ni angélisme. Il faut que ce débat sur les flux migratoires et l'accueil des migrants puisse développer des solutions au diagnostic que posait, déjà, Michel Rocard : « La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde… mais elle doit en prendre sa part. » La seconde partie de la phrase de l'ancien Premier ministre – souvent oubliée par tous ceux qui rêvent d'une France verrouillée et recroquevillée sur elle-même – impose de regarder la réalité qui est que notre pays, chiffres à l'appui, n'est pas à la hauteur de sa tradition d'accueil en comparaison de ses partenaires européens. Et si la question migratoire se réglera au niveau européen, la France doit renouer avec son histoire et sa devise qui a fait de la fraternité un idéal universaliste. Celui-là même qui faisait dire à Jean-Paul Sartre que « le premier des droits de l'Homme, c'est le devoir pour certains d'aider les autres à vivre. »

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 19 décembre 2018)

Posts les plus consultés de ce blog

Si loin, si proche

Depuis 20 ans et l'incroyable développement des compagnies aériennes low cost comme Easyjet ou Ryanair, les Français, tout comme leurs homologues européens, découvrent le monde à moindre coût. Là où, pour nos parents et grands parents, les premiers congés payés se traduisaient par des départs familiaux aussi aventureux que joyeux vers la mer, l'océan, la campagne ou la montagne, tout en restant bien dans l'Hexagone, les générations suivantes, et notamment celles d'Erasmus, peuvent aujourd'hui s'offrir d'un clic sur internet des séjours à l'étranger tout compris. Et de plus en plus loin. C'est que les compagnies low cost ne se contentent plus de vols au cœur du Vieux continent ou vers les rivages de l'autre côté de la Méditerranée. Elles visent désormais les vols long-courriers, et notamment les vols transatlantiques entre l'Europe et les États-Unis.

Pour autant, l'aventure ne peut-elle être qu'à des milliers de kilomètres de chez so…

F(r)acture sociale

Les hasards du calendrier font parfois s'entrechoquer les événements, parvenant à les éclairer souvent, à en multiplier la force quelques fois. Alors que le mouvement des Gilets jaunes bloque ronds-points et bretelles d'autoroute depuis deux semaines pour réclamer davantage de pouvoir d'achat et moins de taxes, une étude réalisée par l'Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), publiée le 20 novembre, indique que le revenu disponible des ménages – ce qui reste aux ménages une fois déduits les impôts et les cotisations – aurait baissé en moyenne de 440 euros en France entre 2008 et 2016. Une perte qui avoisine quelque 160 euros pour les 5 % de foyers les plus modestes et 2 500 euros pour les 5 % les plus aisés.

Les auteurs de l'étude se sont concentrés exclusivement sur l'impact des réformes sociales et fiscales mises en place sous les deux précédents quinquennats, les évolutions démographiques et celles du marché du travail. Il en ressort que l…

Sous le soleil

S'il est bien un mythe qui traverse l'histoire de l'Humanité, c'est bien le mythe solaire. Râ et Aton dans l'Égypte antique, Hélios dans le panthéon grec, Sol dans la mythologie romaine, ou encore Huitzilopochtli chez les Aztèques : le soleil déifié a accompagné de tout temps les hommes dans leur vie quotidienne, rythmant leurs journées et les saisons, apportant la vie avec son immense énergie, inépuisable, renouvelable. La seule dont a disposé l'humanité avant que celle-ci ne découvre le charbon, le gaz puis l'atome. En ce début de XXIe siècle, c'est donc comme un retour aux sources qu'opère l'Humanité en investissant de plus en plus dans cette énergie solaire millénaire en passe de devenir un enjeu majeur, à la fois énergétique, technologique, environnemental et géopolitique.

Face au réchauffement climatique et à l'urgence de limiter les émissions polluantes de gaz à effet de serre ou de CO2, les pays participants à la COP 21 en décembre …