Accéder au contenu principal

En finir avec un scandale sanitaire

Chevalement du puits Castan
Chevalement du puits Castan. Photo Raoul Rives


Frappés par des inondations historiques mi-octobre, les habitants de l'Aude subissent aujourd'hui une double peine.

Double peine, car après avoir tout perdu dans les flots en furie, après avoir vu leurs maisons, leurs entreprises, leurs villages, leurs paysages et finalement leur vie, ravagés par des pluies diluviennes, certains des habitants de l'Aude se retrouvent aujourd'hui confrontés à une pollution majeure des cours d'eau. C'est le cas des riverains de l'ancienne mine d'or de Salsigne.

Certes, la pollution laissée après un siècle d'exploitation intense par des résidus aujourd'hui enfouis dans des collines artificielles n'est pas nouvelle. Depuis l'arrêt en 2004 de l'exploitation de la mine de Salsigne – qui fut la principale mine d'or de France et la première mine d'arsenic du monde – des signaux d'alarme ont été maintes fois tirés, y compris par notre journal, quant aux conséquences sanitaires sur les populations. Mais après les inondations d'il y a deux mois, une nouvelle exigence s'impose à tous. Pour en finir avec ce qui est bel et bien un scandale sanitaire il convient de mener un triple combat, pour l'information, la santé et l'environnement.

Combat pour l'information en premier lieu. Depuis l'arrêt de l'exploitation de la mine, le moins que l'on puisse dire est que l'Etat aurait pu faire preuve de davantage de transparence. Chaque année depuis 1997, le préfet de l'Aude reconduit le même arrêté invitant la population à ne pas consommer certains légumes, ni utiliser les eaux pluviales ou celles des rivières pour arroser son jardin. Mais lorsqu'il s'agit de comprendre ce qui justifie l'arrêté, les détails manquent. Les pouvoirs publics parlent de risques négligeables pour des produits dont l'extrême toxicité et le caractère cancérogène potentiels sont pourtant réels, et opposent parfois un refus net aux riverains lorsque ceux-ci demandent la communication de documents administratifs. Ce combat pour l'information, auquel nous prenons part aujourd'hui en publiant le résultat de nos propres prélèvements, doit être mené. Les riverains ont le droit de savoir.

Combat ensuite pour la santé. En janvier 2006, notre journal révélait les conséquences de la pollution : les scientifiques constataient alors plus de 11 % de mortalité par cancer, tous types de cancers confondus. 10 000 personnes, écrivions-nous, étaient concernées dans un rayon de 15 kilomètres autour de Salsigne. Ce combat-là est évidemment celui de l'indemnisation des victimes et d'un suivi sanitaire qui doit être irréprochable. Sur ces deux points, il reste beaucoup à faire.

Enfin, le troisième combat est celui pour l'environnement. Alors qu'un rapport du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), classé confidentiel jusqu'en 2039, confirmait fin janvier que le pech de Montredon, où sont stockés les déchets miniers, ne présente pas les garanties d'étanchéité prévues, et que l'on estime que sept tonnes d'arsenic sont rejetées chaque année dans l'Orbiel, il est urgent de sécuriser le site, pollué pour plusieurs centaines d'années, mais aussi de tirer les leçons de Salsigne pour la préservation de l'environnement. Il est un principe qui aurait dû être appliqué : celui du pollueur-payeur. Les habitants de l'Aude ne sont clairement ni l'un ni l'autre…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 6 décembre 2018)

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio