Accéder au contenu principal

Pollution sans fin

pollution
Philippe Behra effectuant un prélèvement dans la cour d’école de Lastours, en avril 2019./Photo DDM P.C.

La première étude scientifique indépendante sur la pollution en métaux et métalloïdes dans la vallée de l’Orbiel, qui vient de paraître, ne constitue, hélas, pas le premier signal d’alerte des conséquences de l’exploitation minière de la région de Salsigne, ni une surprise pour les connaisseurs du dossier ou les populations concernées qui se battent depuis des années pour davantage de transparence et d’informations. Mais elle représente, incontestablement, une terrible confirmation et le nouvel épisode d’une histoire sans fin qui mêle manquements des autorités, inquiétude des populations, enjeux de santé publique et de protection de l’environnement.

Depuis l’arrêt en 2004 de l’exploitation de la mine de Salsigne – qui fut la principale mine d’or de France et la première mine d’arsenic du monde – des signaux d’alarme ont, en effet, été maintes fois tirés. En janvier 2006, notre journal révélait déjà les conséquences de la pollution : les scientifiques constataient alors plus de 11 % de mortalité par cancer, tous types de cancers confondus. 10 000 personnes, écrivions-nous, étaient concernées dans un rayon de 15 kilomètres autour de Salsigne… Depuis, études et rapports se sont succédé, comme celui du Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), classé confidentiel jusqu’en 2039, qui confirmait fin janvier 2018 que le Pech de Montredon, où sont stockés les déchets miniers, ne présentait pas les garanties d’étanchéité prévues, alors que l’on estimait que sept tonnes d’arsenic étaient rejetées chaque année dans l’Orbiel…

Après les inondations d’octobre 2018, une nouvelle étape semblait avoir été franchie. La pollution à l’arsenic de la vallée de l’Orbiel consécutive à ces violentes crues historiques qui ont frappé l’Aude et dont La Dépêche avait révélé des taux jusqu’à 1 000 fois supérieurs à la norme, a montré que la vallée n’en avait pas fini avec l’héritage de Salsigne, et sans doute pour longtemps.

Fin août 2019, dix mois après les crues de 2018, des analyses des urines d’une trentaine d’enfants avait montré que 18 d’entre eux avaient plus de 10 microgrammes d’arsenic par gramme de créatinine, seuil de référence fixé par l’Agence régionale de santé (ARS), qui de son côté se bornait à assurer que ces doses "ne sont pas dangereuses" et que "les chances (sic) d’être contaminé à l’arsenic sont infimes"…

Cette pollution majeure et persistante de la vallée de l’Orbiel, attestée par la nouvelle étude scientifique, appelle une nouvelle fois des mesures plus fortes de protection et de surveillance des populations, de sécurisation des sites d’enfouissement et une exigence de vérité et de transparence totale qui doit s’imposer aux pouvoirs publics et qui a malheureusement trop souvent fait défait ces dernières années. Au-delà, l’histoire de la pollution de Salsigne doit servir de leçon et déclencher une prise de conscience collective. Il y aurait près de 7 000 anciens sites industriels pollués ou potentiellement pollués en France, et quelque 300 000 friches, polluées par des hydrocarbures, des solvants, des métaux lourds, voire parfois des traces de radioactivité, restent encore à répertorier… Un défi qu’il faut relever pour les générations futures.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 25 octobre 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan