Accéder au contenu principal

Question de souveraineté

medicaments

 

La crise sanitaire mondiale de l’épidémie de Covid, on le sait, a bouleversé bien des certitudes et dans de nombreux domaines, plus rien ne sera comme avant. C’est particulièrement vrai dans le domaine de la santé. On se souvient qu’au début de l’épidémie, on s’est aperçu que la quasi-totalité des masques chirurgicaux étaient produits à l’étranger, hors d’Europe, en Chine principalement. Idem pour des médicaments aussi basiques que le doliprane. La mondialisation était passée par là sans que l’on ne s’en rende compte et pour des raisons de coût de production et donc aussi de rentabilité financière, les stocks ont disparu au profit d’un fonctionnement par flux. Un système qui fonctionnait plutôt bien mais il a suffi d’un grain de sable – en l’occurrence un coronavirus – pour que la belle mécanique se grippe et que l’on mesure l’importance d’être maître de sa production. Il s’agit là d’une question de souveraineté industrielle et médicale, à laquelle les citoyens sont d’autant plus sensibles que les laboratoires pharmaceutiques bénéficient de nombreux crédits de recherche publics…

C’est dans ce contexte que la pénurie de certains médicaments – dont les lignes de production ont été délocalisées en Asie, en Chine ou en Inde – est devenue alarmante ces derniers mois. L’année dernière, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a ainsi recensé près de 2 446 signalements de ruptures de stock, soit 1 000 de plus qu’un an auparavant… quand en 2010, il n’y avait eu que 130 cas. Certes les chiffres ont augmenté depuis 2016 en raison de l’obligation faite aux entreprises pharmaceutiques de signaler plus en amont les risques de pénurie, mais l’explosion des signalements est bien due à une hausse très significative des pénuries, qui aurait touché un Français sur quatre selon un sondage réalisé par France Assos Santé. Et ces pénuries touchent de multiples pathologies : médicaments cardio-vasculaires, anti-infectieux et anticancéreux ont ainsi été victimes de pénuries.

Face à cette tendance de fond qui a démarré bien avant le Covid-19, il y a donc urgence à redresser la barre. Après deux ans de négociations avec les laboratoires, le gouvernement a enfin publié un décret pour que soient constitués des stocks stratégiques de médicaments d’intérêt thérapeutique majeur (MITM) – ceux pour lesquels une interruption de traitement peut mettre en danger la vie du patient – de deux mois. Mais c’est bien la relocalisation de la production de médicaments en Europe et en France qui reste le vrai défi à relever. Emmanuel Macron en a fait la promesse, 15 % des 100 milliards d’euros du plan France relance seront consacrés à l’innovation et aux relocalisations. Un chantier qui s’annonce de longue haleine…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 11 octobre 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio