Accéder au contenu principal

Comprendre pour protéger

 terrorisme


Le 9 janvier 2016, lors d’un hommage rendu aux victimes de l’attaque terroriste de l’Hyper Kacher, survenue un an auparavant, le Premier ministre Manuel Valls avait lâché avec l’aplomb dont il est coutumier : « Il ne peut y avoir aucune explication qui vaille. Car expliquer, c’est déjà vouloir un peu excuser. » Une petite phrase qui avait suscité un tollé auprès des chercheurs qui travaillent de longue date sur le terrorisme. Car évidemment, expliquer, ce n’est en rien excuser mais c’est chercher à comprendre quels sont les ressorts, les réseaux, les filières, les modalités, les moyens de radicalisation et leur évolution qui conduisent à des attentats. Et ce travail de décryptage permet justement de prévenir les attaques. « Connaître les causes d’une menace est la première condition pour s’en protéger », relevait d’ailleurs, à raison, un rapport du CNRS publié en mars 2016 (Recherches sur les radicalisations, les formes de violence qui en résultent et la manière dont les sociétés les préviennent et s’en protègent)…

Ce travail d’analyse et de compréhension, indispensable pour faire face à la menace terroriste, est aussi celui mené par la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol) qui vient de publier sous la direction de Dominique Reynié la mise à jour d’une remarquable étude « Les attentats islamistes dans le monde 1979-2021 ».

Quantifier le terrorisme islamiste, en repérer les formes qu’il a pu prendre au fil de ces décennies, en recenser les actes qu’il a pu inspirer ou initier, en estimer le nombre de ses victimes, en identifier les organisations les plus meurtrières et les pays les plus touchés, donne, d’évidence, des clés de compréhension mais aussi des faits permettant de contrer certains discours extrémistes ou complotistes. Ainsi il est important de rappeler que « la majorité des attentats islamistes (89,5 %) touchent des pays musulmans et que les victimes sont principalement des musulmans, dans les mêmes proportions ». Cela n’enlève rien de l’horreur des attentats qui ont été commis en France, et notamment en Occitanie, notre pays étant le plus frappé de l’Union européenne avec au moins 82 attentats islamistes et 332 morts…

En refaisant l’historique du terrorisme mondial, 20 ans après les attentats du 11-Septembre, l’étude de la Fondapol permet de mesurer combien le terrorisme islamiste a mué passant d’organisations structurées en un terrorisme low cost émergeant d’un « jihadisme d’atmosphère » pour reprendre l’expression de Gilles Képel. Un terrorisme porté par des individus radicalisés, en prison, parfois, et sur internet, souvent. Détecter ces individus avant qu’ils ne passent à l’acte est dès lors un travail de longue haleine mené par les services de renseignements.

La menace terroriste est toujours là, élevée et multiple. Y faire face demande des moyens, du sang froid mais aussi la conviction qu’il faut toujours agir dans le cadre de nos valeurs démocratiques, celles-là mêmes que les terroristes ne supportent pas.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 18 octobre 2021)


Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan