Accéder au contenu principal

De l'électricité dans l'air

 

nuclearplant

En laissant entendre qu’il allait se prononcer en faveur des Small Modular Reactor (SMR), ces petits réacteurs modulaires nouvelle génération qui viendraient en appoint dans les centrales classiques, mais aussi qu’il allait prendre une décision sur la construction de futurs EPR, les centrales de 3e génération, sans attendre la mise en service de l’EPR de Flamanville – dont les délais et les coûts ont explosé – Emmanuel Macron rouvre de façon fracassante le débat sur le nucléaire en France et en fait l’un des thèmes majeurs de la prochaine campagne présidentielle. Car autour de ce dossier gravitent de multiples sujets, aussi clivants qu’importants pour notre pays : la science, la souveraineté industrielle et énergétique, le pouvoir d’achat, l’environnement...

La science car le futur du nucléaire, dont la très attendue fusion, se dessine dans une course mondiale où la France, pionnière du nucléaire civil et puissance dotée de l’arme nucléaire, ne peut pas se permettre de laisser passer le coche. De cette maîtrise scientifique découlent des développements industriels futurs qui façonneront notre souveraineté, pour nos besoins propres comme pour l’export de notre savoir-faire dans ce domaine. En suivant, c’est bien aussi notre souveraineté énergétique qui est en jeu. Mieux vaut toujours produire son énergie que de dépendre d’importations de pays étrangers dont les prix fluctuants ont tôt fait d’asphyxier le pouvoir d’achat des ménages et la performance de nos entreprises. En produisant majoritairement son électricité grâce à son parc nucléaire, la France dispose aussi d’une électricité parmi les moins chères d’Europe…

Parler nucléaire c’est évidemment parler environnement avec cette épineuse question : les centrales nucléaires, qui n’émettent pas de CO2, sont-elles le meilleur moyen d’atteindre la neutralité carbone en 2050 comme la France s’y est engagée en signant l’accord de Paris, ou constituent-elles une fausse bonne idée compte tenu des déchets nucléaires qu’elles produisent et qui resteront un fardeau pour les générations futures ? Dès lors où placer le curseur du mix énergétique, entre le tout-nucléaire et le 100 % renouvelable ? En faisant le choix d’abandonner le nucléaire pour le renouvelable, l’Allemagne, pays autoproclamé le plus écologique d’Europe, est devenu le plus pollueur en étant contraint de laisser tourner des centrales à charbon polluantes… Peut-on suivre un tel exemple, surtout à l’heure où le pays est traversé par une fronde anti-éoliennes, celles-ci étant accusées de défigurer les paysages et d’être peu productrices ?

Les six mois de campagne présidentielle qui s’annoncent ne seront pas de trop pour répondre à toutes ces questions et déterminer où placer le fameux curseur. Mais déjà, on peut constater qu’il y a eu un basculement de l’opinion. La mauvaise image du nucléaire consécutive à la catastrophe de Fukushima semble bien loin : selon un sondage Odoxa paru la semaine dernière, 51 % des Français ont une image positive de l’énergie nucléaire…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 5 octobre 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan