Accéder au contenu principal

De l'électricité dans l'air

 

nuclearplant

En laissant entendre qu’il allait se prononcer en faveur des Small Modular Reactor (SMR), ces petits réacteurs modulaires nouvelle génération qui viendraient en appoint dans les centrales classiques, mais aussi qu’il allait prendre une décision sur la construction de futurs EPR, les centrales de 3e génération, sans attendre la mise en service de l’EPR de Flamanville – dont les délais et les coûts ont explosé – Emmanuel Macron rouvre de façon fracassante le débat sur le nucléaire en France et en fait l’un des thèmes majeurs de la prochaine campagne présidentielle. Car autour de ce dossier gravitent de multiples sujets, aussi clivants qu’importants pour notre pays : la science, la souveraineté industrielle et énergétique, le pouvoir d’achat, l’environnement...

La science car le futur du nucléaire, dont la très attendue fusion, se dessine dans une course mondiale où la France, pionnière du nucléaire civil et puissance dotée de l’arme nucléaire, ne peut pas se permettre de laisser passer le coche. De cette maîtrise scientifique découlent des développements industriels futurs qui façonneront notre souveraineté, pour nos besoins propres comme pour l’export de notre savoir-faire dans ce domaine. En suivant, c’est bien aussi notre souveraineté énergétique qui est en jeu. Mieux vaut toujours produire son énergie que de dépendre d’importations de pays étrangers dont les prix fluctuants ont tôt fait d’asphyxier le pouvoir d’achat des ménages et la performance de nos entreprises. En produisant majoritairement son électricité grâce à son parc nucléaire, la France dispose aussi d’une électricité parmi les moins chères d’Europe…

Parler nucléaire c’est évidemment parler environnement avec cette épineuse question : les centrales nucléaires, qui n’émettent pas de CO2, sont-elles le meilleur moyen d’atteindre la neutralité carbone en 2050 comme la France s’y est engagée en signant l’accord de Paris, ou constituent-elles une fausse bonne idée compte tenu des déchets nucléaires qu’elles produisent et qui resteront un fardeau pour les générations futures ? Dès lors où placer le curseur du mix énergétique, entre le tout-nucléaire et le 100 % renouvelable ? En faisant le choix d’abandonner le nucléaire pour le renouvelable, l’Allemagne, pays autoproclamé le plus écologique d’Europe, est devenu le plus pollueur en étant contraint de laisser tourner des centrales à charbon polluantes… Peut-on suivre un tel exemple, surtout à l’heure où le pays est traversé par une fronde anti-éoliennes, celles-ci étant accusées de défigurer les paysages et d’être peu productrices ?

Les six mois de campagne présidentielle qui s’annoncent ne seront pas de trop pour répondre à toutes ces questions et déterminer où placer le fameux curseur. Mais déjà, on peut constater qu’il y a eu un basculement de l’opinion. La mauvaise image du nucléaire consécutive à la catastrophe de Fukushima semble bien loin : selon un sondage Odoxa paru la semaine dernière, 51 % des Français ont une image positive de l’énergie nucléaire…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 5 octobre 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio