Accéder au contenu principal

Réalité et ressenti

 

feu vert

Les bons chiffres économiques s’enchaînent depuis quelques jours. Taux de chômage bientôt au niveau inespéré de 2008, prévision de croissance la plus forte de tous les pays européens, reprise économique de nombreux secteurs au fur et à mesure de l’allègement des restrictions anti-Covid : les voyants sont au vert et laissent espérer que l’onde de choc de l’épidémie de Covid-19 sur l’économie française commence enfin à s’éloigner.

Certes, il reste encore beaucoup d’inconnues pour que ce qui ne sont, pour l’heure, que des prévisions ou des frémissements se confirment. En raison des perturbations de production et de logistique en Asie, des pénuries touchent toujours de nombreux secteurs (BTP, automobile, électronique mais aussi jouets, vêtements ou chaussures, agro-alimentaire), reposant la question de la relocalisation et de la souveraineté industrielle. Le niveau de notre dette, conséquence du salvateur « quoi qu’il en coûte », atteint des sommets jamais vus, et la perspective du retour des critères stricts de Maastricht, suspendus pendant la crise sanitaire, pourrait casser la dynamique de la reprise, comme cela s’était passé après la crise des subprimes en 2008. Les difficultés de recrutement dans de nombreux domaines comme l’hôtellerie-restauration et la crainte de voir repartir à la hausse en 2022 les défaillances d’entreprises sont autant de gros nuages qui menacent notre économie. Et que dire de la hausse continue des prix des énergies – gaz, électricité, pétrole – ces derniers mois, qui inquiète à raison les Français.

Pour autant, le gouvernement peut se réjouir de voir les voyants passer au vert après le sombre tunnel des 19 mois d’épidémie et se féliciter que le taux de chômage, sur lequel Nicolas Sarkozy et plus encore François Hollande se sont cassé les dents, retrouve le niveau de 2008 – qui reste toutefois encore haut. À l’heure où s’esquisse le bilan du quinquennat et où les militants LREM trépignent de demander « 5 ans de plus » pour Emmanuel Macron via des milliers de tracts, ces bonnes nouvelles sont les bienvenues et il est logique que l’exécutif mette ces bons résultats économiques du moment à son crédit et les explique par les réformes entreprises depuis 2017. 

Mais il doit se garder de tout triomphalisme car en matière économique, les situations peuvent vite fluctuer et, surtout, la réalité des chiffres se heurte souvent au ressenti de la population. Ainsi lorsque la majorité trompette qu’il y a eu une augmentation du revenu brut disponible global des ménages de 8 % en cinq ans – ce qui est vrai – il ne faudrait pas qu’elle oublie l’extrême hétérogénéité des situations, qui fait que tous les ménages n’ont pas vu leur pouvoir d’achat augmenter de la même façon. Certains semblent même n’avoir rien vu du tout puisque, selon un sondage OpinionWay, 56 % des Français estiment que leur pouvoir d’achat a baissé depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron à l’Elysée…

Autrement dit, si les bons résultats économiques sont nécessaires, ils ne sont pas forcément suffisants pour convaincre une opinion toujours plus sensible à l’égalité sociale qu’aux performances économiques.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 8 octobre 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio